Conférence climat : 22 pays s’engagent pour la neutralité carbone en 2050

Le, 25 novembre 2016

 

Lors de la conférence sur le climat à Marrakech (COP22), 22 pays dont les Etats-Unis, le Canada, le Brésil, le Japon, la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, 15 grandes villes, 17 régions et 196 entreprises, ont pris l’engagement de communiquer leurs plans de décarbonisation pour résoudre la question des gaz à effet de serre à l’horizon 2050.

C’est une initiative très importante dans le processus engagé au niveau international pour contenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C.

 
Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Des quotas de pêche instaurés pour l’espadon

Le, 25 novembre 2016

 

La Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta), qui regroupe une cinquantaine de pays, a décidé lundi 21 novembre d’instaurer pour la première fois des quotas de pêche pour l’espadon de Méditerranée.

Le texte adopté par la Cicta  fixe le quota à 10 500 tonnes pour 2017 et prévoit qu’il baissera de 3% par an de 2018 à 2022.

L’adoption de ce plan de reconstitution constitue une étape importante pour la préservation de l’espadon.

En effet, selon l’ONG « Oceana », la population d’espadon a chuté de 70% en 30 ans à cause de la surpêche.

 

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Des routes dans un état très inquiétant

Le, 18 novembre 2016

L’association « 40 millions d’automobilistes » a compilé 31 186 signalements de route dégradée issus de témoignages recueillis sur le site jaimalamaroute.com.

Glissières de sécurité endommagées ou non remplacées, panneaux illisibles, dos-d’âne mal conçu, marquage au sol effacé, nids-de-poule, fissures et ornières… la liste des dysfonctionnements est longue…

Selon le Syndicat des équipements de la route, une route sur deux en France ne dispose pas de marquage au sol et 30 à 40% des panneaux ont dépassé leur durée de vie !

Ces données sont particulièrement inquiétantes quand on sait qu’un accident sur deux est en partie dû à un problème d’infrastructure routière.

J’invite les pouvoirs publics à se saisir de cette question. Il en va de la sécurité de nos concitoyens.

 

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Des conditions d’abattage choquantes

Le, 10 novembre 2016

La diffusion d’images tournées au sein de l’abattoir municipal de Limoges par l’association L214 ne peut nous laisser indifférents.

Elles montrent des salariés ouvrir au couteau l’utérus des vaches et en extraire des fœtus pour les jeter dans une benne à déchets remplie de boyaux.

Si ces pratiques sont légales, elles sont choquantes en termes d’éthique et traduisent une forme de maltraitance animale difficilement acceptable.

Il appartient aujourd’hui aux pouvoirs publics de se saisir de la question à l’image des propositions qui ont été faites dans le récent rapport de la commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Election Présidentielle Américaine : Réaction de Laurent HENART, Président du Parti Radical et Maire de Nancy

Le, 8 novembre 2016

 

Laurent HENART, Président du Parti Radical et Maire de Nancy tenait tout d’abord à rendre hommage à Barack OBAMA. Président progressiste, soucieux d’améliorer le quotidien de son peuple, Barack OBAMA a su faire des Etats-Unis un pays ouvert sur le monde dans une logique de partenariat équilibré.

Le Parti Radical prend acte de l’élection de Donald TRUMP, comme 45ème Président des Etats-Unis d’Amérique et respecte le choix souverain du peuple Américain.

Pour Laurent HENART, « Il s’agit de tirer les leçons de cette élection.  Après le Brexit ce résultat est avant tout la traduction de la volonté des Américains les plus modestes d’un changement complet de système face aux inégalités générées par une économie de marché mondialisée​ que l’on ne maîtrise pas.

Si les forces politiques d’aujourd’hui ne répondent pas aux aspirations de justice sociale indissociable de la performance économique, et d’autorité de l’Etat garantissant la sécurité des habitants, alors les scrutins de 2017 et à venir viendront faire le lit des partis populistes.

Il s’agit de répondre au besoin de nos concitoyens de changer profondément le système politique et économique actuel. C’est l’objectif que les Radicaux se sont fixés à travers le Manifeste et pour lesquels ils militeront lors des élections présidentielles et législatives ».

Enfin, l’élection de Donald TRUMP est aussi un appel aux Européens : construire une Europe politique forte qui garantira l’indépendance des peuples qui la compose, et assumera toutes ses responsabilités dans les équilibres du monde".

La mer de Ross protégée : une bonne nouvelle pour l’environnement

Le, 4 novembre 2016

Après cinq ans de négociations, les vingt-quatre Etats qui siègent avec l’Union européenne au sein de la Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique ont annoncé vendredi 28 octobre la création d’une très vaste aire maritime protégée dans la mer de Ross.

Cette dernière couvre 1,57 millions de kilomètres carrés dont 1,12 millions totalement protégés, où tout prélèvement, et particulièrement la pêche, sera interdit.

Le « dernier océan » est aujourd’hui sanctuarisé pour une durée de trente cinq ans.

C’est incontestablement une avancée majeure pour les eaux de l’Antarctique et pour l’environnement en général.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Les baleines gravement menacées !

Le, 4 novembre 2016

La Commission baleinière internationale a rejeté le 25 octobre dernier la proposition de créer une nouvelle zone protégée pour les baleines dans l’Atlantique sud.

C’est un mauvais coup porté par les derniers pays chasseurs à cette espèce animale si fragile.

Aujourd’hui, il ne reste plus que quelques centaines de baleines bleues dans l’hémisphère sud…

Il faut se mobiliser pour développer de nouvelles mesures de protection pour les baleines.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Chiffres du chômage : réaction de Nathalie DELATTRE, Secrétaire Générale du Parti Radical

Le, 25 octobre 2016

Le Parti Radical se réjouit des chiffres du chômage annoncés aujourd'hui. Cependant pour Nathalie DELATTRE Secrétaire Générale du Parti Radical "Il faudra rester très attentifs aux chiffres des prochains mois. Ce résultat​ doit s'inscrire dans la durée pour permettre à notre pays de renouer avec la croissance​. Or sans véritable réforme structurelle, la baisse du chômage risque de rester très précaire​"​.

Les Radicaux ont toujours insisté sur la nécessité de mettre en œuvre un plan de relance axé sur trois priorités :

• L’allongement du temps de travail et réforme du financement de la sécurité sociale (TVA sociale...)

• L’investissement massif en faveur des formations en alternance

• L’investissement massif dans les besoins sociaux de proximité : logement, soutien aux mères isolées, dotations aux collectivités, etc.

Nous espérons que l'exécutif saura cette fois prendre en compte les propositions d'une opposition constructive.

Nathalie DELATTRE,
Secrétaire générale

Démantèlement de la « Jungle » : le problème des migrants reste total

 

Le, 27 octobre 2016  

L’État aura finalement acté le démantèlement de la « Jungle » de Calais où survivaient dans des bidonvilles entre 6 000 et 8 000 migrants.

Le Parti Radical tient tout d'abord à saluer les élus ayant accepté d'accueillir de nombreuses familles. Cependant, Laurent HENART, son Président s’interroge quant à l’avenir de ces hommes, ces femmes et ces enfants que le gouvernement français a abandonnés à des conditions de vie indécentes pendant trop longtemps.

À grand renfort de moyens et convocation de la presse, l’État a donc fait évacuer et démantèler la « Jungle » en seulement trois jours, après des années d’inaction.

Le Parti Radical souhaite mettre en garde ceux qui, parmi les responsables politiques au pouvoir, voudraient se féliciter d’avoir réglé le problème en effaçant de la carte l’exemple le plus inhumain de leur échec à rétablir la « justice sociale » telle qu’en appelait de ses vœux François Hollande lors de la campagne de 2012. Car si la « Jungle » n’existera bientôt plus, le problème des migrants reste quant à lui, toujours aussi réel.

Pour Laurent HENART, Président du Parti Radical, « Il est urgent de mettre en place une politique européenne en matière d’immigration, qui dans un premier temps concernerait un groupe pionnier de pays européens. Sans une telle politique commune, l’Union ne pourra résoudre de manière efficace et juste le problème posé par la vague des migrants ».

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Les Jeunes Radicaux-UDI saluent le positionnement des sénateurs en faveur d’une expérimentation du revenu de base

Le, 20 octobre 2016

Les Jeunes Radicaux-UDI saluent le positionnement des sénateurs en faveur d’une expérimentation du revenu de base et appellent les élus UDI à se saisir plus largement de ce sujet

Lancée à l’initiative du groupe socialiste et regroupant des sénateurs de tous bords politiques, une mission d’information du Sénat propose d’expérimenter pendant trois ans le revenu de base sur un échantillon de la population française d’au moins 20 000 à 30 000 personnes, au sein de territoires volontaires. D’un montant de 500 euros par mois et par personne âgée de 18 à 65 ans, ce revenu de base viendrait se substituer aux minima sociaux.

Les Jeunes Radicaux-UDI saluent cette initiative qui nourrit le débat autour d’une mesure qu’ils portent depuis maintenant plusieurs mois. « Bien que nous n’en soyons pas encore à un consensus autour de sa mise en place en France, nous ne pouvons que nous réjouir de cette décision d’expérimenter le revenu de base. Ce dernier fait partie des propositions d’avenir que nous défendons avec les Jeunes Radicaux. Il figure parmi nos mesures phares au sein de notre Manifeste, repris notamment par celui du Parti Radical », explique Anne-Sophie PALA-MASSONI, présidente des Jeunes Radicaux - UDI.

« Il est plus qu’encourageant de voir nos sénateurs travailler sur la faisabilité de cette mesure. Le revenu de base permettrait notamment de réduire les inégalités sociales et d’enrayer le phénomène de précarisation des Français. A noter par ailleurs qu’il s’agit d’un vrai travail de fond qui commence à déconstruire la soit disant incitation à l’assistanat » ajoute-t-elle.

Les Jeunes Radicaux – UDI appellent leurs élus UDI à se saisir plus largement de ce sujet afin de le porter encore plus loin »
 
Anne-Sophie PALA-MASSONI ,
Présidente des Jeunes Radicaux

Accord de Kigali : une avancée majeure pour le climat

Le, 20 octobre 2016

L’accord de Kigali adopté samedi 15 octobre est une décision historique.

En effet, il signe la fin progressive des hydrofluorocarbures, gaz dont l’effet de serre est 14 000 fois plus puissant que le CO2.

Les Etats ont pris leur responsabilité avec cet accord ambitieux en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

La signature de l’accord de Kigali et l’entrée en vigueur en novembre lors de la COP22 de Marrakech de l’accord de Paris sont des engagements forts pour sauver notre planète des pires effets du réchauffement climatique.

 

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Appel à la « Marche de la colère policière et citoyenne » le 26 octobre prochain

Le, 19 octobre 2016


Appel à la « Marche de la colère policière et citoyenne » le 26 octobre prochain :

les Jeunes Radicaux-UDI réaffirment leur plein et entier soutien aux forces de l’ordre

Voilà près d’un an que le gouvernement fait voter et revoter l’état d’urgence, encore en vigueur pour au moins quelques mois. Depuis la mise en place d’un plan Vigipirate renforcé, nos forces de l’ordre sont plus que jamais mobilisées pour la sécurité des Français.

Déjà en mai dernier, les Jeunes Radicaux - UDI dénonçaient les nombreux incidents illustrant la violence et la haine dont sont de plus en plus souvent victimes les fonctionnaires de police et les militaires en marge de certaines manifestations. Les Jeunes du Parti Radical demandaient en effet au gouvernement de réagir avec fermeté dans l’intérêt de ces hommes et ces femmes qui, mobilisés de manière intense, assurent notre sécurité au péril de la leur mais s’épuisent face aux mouvements sociaux de plus en plus nombreux et virulents.

Il semble que le gouvernement n’ait pas souhaité réagir, sinon reporter aux calendes grecques ses promesses de renforts. Il aura fallu que les policiers se mobilisent spontanément pour que le ministre de l’Intérieur - Bernard Cazeneuve –, normalement « premier flic de France », entende leur souffrance professionnelle du quotidien et daigne les recevoir.

« Plutôt que de donner des interviews à répétition qui – à minima - écornent sa fonction, François Hollande devrait mieux se soucier des conditions de travail de ceux qui permettent à la République de tenir face aux menaces de l’extrémisme et de la barbarie » explique Anne-Sophie PALA-MASSONI, Présidente des Jeunes Radicaux – UDI. « Nous réaffirmons notre soutien aux forces de l’ordre et appuyons l’appel à la « marche [silencieuse] de la colère policière et citoyenne » du 26 octobre à Paris et partout en France » ajoute-t-elle.
 
Anne-Sophie PALA-MASSONI,
Présidente des Jeunes Radicaux - UDI

Des pesticides dans le muesli !

Le, 18 octobre 2016

L’association « Générations futures » a fait analyser dans un laboratoire spécialisé quinze  paquets de muesli aux fruits non bio et cinq paquets bio.

Les résultats publiés dans le journal le Parisien du 11 octobre dernier sont édifiants !

100% des échantillons non bio analysés contenaient des pesticides ! En revanche aucun des échantillons bio n’en contenait.

Ces résultats sont particulièrement inquiétants en termes de santé publique. Il appartient désormais aux pouvoirs publics de réagir au nom du principe de précaution.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

[REGIONALES] Le Parti Radical demande à l'UDI de retirer l'investiture accordée à Dominique Reynié

Le, 8 décembre 2015

Communiqué du Bureau national du Parti Radical

Le Parti Radical réuni en bureau politique ce mardi 8 décembre a tenu à rappeler solennellement sa position face au Parti de Marine Le Pen : Le Parti Radical appelle à faire partout, et sans relâche barrage à l’extrême droite, et a demandé dans les régions ou le FN est en tête le retrait de la liste arrivée en 3ème position pour permettre à la formation la mieux placée de le battre.

Ainsi, le Parti Radical demande à l’Union des Démocrates et Indépendants de retirer l’investiture accordée à Dominique REYNIÉ, candidat LR-UDI-MODEM en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées arrivé en troisième position qui a souhaité se maintenir malgré le risque FN.

[REGIONALES] Garantir une victoire républicaine dans toutes les régions

Le, 6 décembre 2015

Dans les Régions où le Front National est en tête, nous souhaitons le retrait de la liste arrivée en 3ème position pour permettre à la formation la mieux placée de le battre.

Après les attaques terroristes du 13 novembre, alors que le chômage en France atteint des records historiques et que le pays se déchire, ces élections régionales sont particulièrement importantes pour l'avenir de la France. Elle doivent en effet permettre de désigner, dans tout le pays, des assemblées qui protégeront la République et lutteront contre toutes les dérives extrémistes sans attiser les haines.

Laurent HÉNART
Président du Parti Radical et Maire de Nancy

Hausse du chômage : les engagements de François HOLLANDE semblent bien loin !

Le, 26 novembre 2015

Hausse du chômage : les engagements de François HOLLANDE semblent bien loin !

 
Trois ans après les promesses de campagne de François HOLLANDE durant la présidentielle, un constat : la courbe du chômage ne s'inverse toujours pas et enregistre désormais la plus forte hausse depuis 2013.

Les Français qui écoutaient les promesses en 2012, et auront subi la politique menée pendant cinq ans par le gouvernement socialiste, ne manqueront pas d'en tirer toutes les conclusions en 2017. 

Il est donc urgent de réagir, et de ne plus se contenter d'une succession de petites réformes sans effet. 

Au-delà du combat actuel prioritaire face au terrorisme, n'oublions pas ce qui fait le terreau de la radicalisation : la pauvreté, l'exclusion, le sentiment de rejet.

Aussi, le Parti Radical propose immédiatement une union nationale autour d'une grande réforme de l'emploi, destinée à enfin relâcher la bride des entreprises afin de redonner du souffle à notre économie.

Il est dommage que, jusqu'ici, le gouvernement ait fait la sourde oreille aux mesures proposées par l'opposition constructive.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Projet « Loi de Santé » de Marisol TOURAINE

Le, 20 novembre 2015

Devant l’obstination dogmatique et idéologique du gouvernement les médecins poursuivent leur mobilisation, nouvelle journée de grève


Au moment où les médecins libéraux manifestent une nouvelle fois contre le projet « Loi de Santé » de Marisol TOURAINE, le Parti Radical rappelle son attachement à notre système de santé basé sur la coexistence d’un secteur public et d’un secteur privé qui assure l'accès à des soins de qualité dans le cadre de la solidarité nationale.

Comme le déclare la ministre de la santé (« J’ai l’ambition de l’adapter, de repenser ses valeurs et ses priorités … Avec ce projet de loi nous pouvons réussir la transformation de notre système de santé … ») le gouvernement persiste dans sa volonté dogmatique et idéologique de modifier profondément le système de soins en France.

Beaucoup vantent, à juste titre, la qualité du système de santé en France. Nous devons cependant garder à l'esprit la fragilité d'une organisation de plus en plus technique et complexe, dans un environnement économique contraint et basée sur des piliers fondamentaux. Parmi ceux-ci citons le libre choix par le patient, de son médecin (généraliste, spécialiste) et de sa structure hospitalière de soins (public ou privée), et la responsabilisation du corps médical et des patients.

Contrairement aux affirmations de la ministre de la santé la question de l'accessibilité aux soins ne saurait se limiter à la généralisation du tiers-payant. Le tiers-payant social existe déjà en France et doit être maintenu. Sa généralisation ne réglera en rien les véritables freins à l’accès aux soins dans notre pays : inégalités territoriales entre les zones urbaines et les zones rurales, délais d’obtention de rendez-vous pour des consultations spécialisées (50 jours en moyenne, 100 jours pour certaines disciplines) ou examens complémentaires nécessitants des plateaux techniques ou équipements lourds (Table de coronarographie, IRM …) … Il faut envisager un « choc ou un pacte accessibilité aux soins » qui prendrait en considération l'ensemble des éléments de la problématique.

Nous dénonçons la volonté du gouvernement, pour des raisons purement dogmatiques et idéologiques, de mettre en péril la liberté de choix de son praticien et de renoncer à notre système de soins solidaire et égalitaire.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Attentats à Paris

Le, 14 novembre 2015

État d'urgence et contrôle aux frontières : ces mesures s'imposent alors que notre pays est de nouveau frappé par la barbarie, dans des attentats sans précédent.

J'approuve les décisions annoncées par le chef de l'Etat et demande que la campagne soit suspendue car l'unité nationale doit s'exercer.

Toutes mes pensées vont aux victimes de ces odieux attentats, à leurs familles et à leurs proches.
Force doit rester à la République et justice doit être rendue. Les responsables publics doivent aujourd'hui plus que jamais servir la protection de nos concitoyens.

J'apporte donc tout mon soutien aux forces de l'ordre dans leur difficile mission.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Disparition d’Helmut Schmidt

Le, 10 novembre 2015

La disparition d’Helmut Schmidt, ancien chancelier de la République fédérale d’Allemagne, survenue ce mardi 10 novembre, est une grande perte pour l’Allemagne, mais également pour l’Europe. La Ville de Nancy s’associe à la grande tristesse de ses voisins d’outre Rhin et partage la peine du peuple allemand.

Artisan de l’amitié franco-allemande dont il a patiemment renforcé les liens avec Valéry Giscard d’Estaing, élu président de la République française au moment de l’arrivée au pouvoir du chancelier, Helmut Schmidt a toujours eu à cœur de nourrir l’entente franco-allemande par des actions marquées par le pragmatisme et de construire ainsi, par des réalisations concrètes, une authentique solidarité au service de l’Europe qui lui était si chère. 

Si cette figure historique laisse un grand vide, les chemins qu’elle a tracés, continueront à être empruntés par les nombreux acteurs de l’amitié franco-allemande que sont aujourd’hui les citoyens des deux pays, les associations ou les institutions comme le Goethe-Institut, l’Office franco-allemand pour la Jeunesse et le campus européen franco-allemand de Sciences Po, qui font rayonner, à Nancy, la force et l’esprit de cette solide amitié.

Laurent Hénart, maire de Nancy, ancien ministre et président du Parti Radical, exprime à la famille du chancelier Helmut Schmidt et au peuple allemand ses condoléances les plus sincères et forme le vœu que l’exemple qu’Helmut Schmidt nous aura offert, demeurera le terreau fertile pour une Europe toujours plus fraternelle.

Laurent HÉNART
Président du Parti Radical et Maire de Nancy

Journée Internationale des stagiaires : Les Jeunes Radicaux dénoncent une « génération stagiaire »

Le, 10 novembre 2015

La Nouvelle Génération – Jeunes Radicaux souhaite profiter de cette Journée internationale des stagiaires du 10 novembre pour rappeler la précarité grandissante des jeunes lors de leur entrée dans le monde du travail.

Trop souvent, l’insertion professionnelle des moins de 25 ans se fait par des emplois précaires, comme des stages ou des CDD. Les Jeunes Radicaux dénoncent la « génération stagiaire » qui demain pourrait laisser place à une « génération chômage ».

Pour Anne-Sophie PALA-MASSONI, Présidente des Jeunes Radicaux, « les stages ne doivent pas servir de porte d’entrée dans le monde du travail. Ils n’ont pas vocation à être un premier emploi mais doivent, au contraire, permettre aux jeunes d’acquérir une expérience complémentaire au cours de leurs études, dès le collège, essentielle pour appréhender sereinement leur vie active ».

Les efforts portés par le gouvernement pour la revalorisation de la rémunération des stagiaires sont louables, mais ne vont pas assez loin dans la sécurité qu’ils apportent aux jeunes face à la précarisation du monde du travail.

Cette Journée internationale des stagiaires rappelle à chacun que beaucoup de travail reste à faire, alors même que les organisations internationales telles que l’ONU et l’UNESCO ne rémunèrent pas leurs stagiaires.

Il est nécessaire que l’on conforte le rôle de l’apprentissage dans les cursus scolaires des jeunes, avec plus de place donnée à la formation plutôt qu’aux stages. « Pour cela, les employeurs ont besoin d’être rassurés et il est nécessaire qu’on leur fasse enfin confiance, avec un marché de l’emploi et des contrats plus flexibles » précise la Présidente des Jeunes Radicaux.

 
Anne-Sophie PALA-MASSONI,
Présidente des Jeunes Radicaux - UDI

Simplification du Code du Travail : Attention aux habituels rétropédalages !

Le, 6 novembre 2015

Suite aux annonces faites par le Premier ministre Manuel VALLS, le Parti Radical salue l’engagement du gouvernement vers une simplification du Code du travail.

Le Parti Radical défend l’idée d’un Code du travail garant d’un cadre fondamental assurant la sécurité des travailleurs comme des employeurs ; et instaurant un dialogue social renouvelé avec une place plus importante donnée aux accords de branche ou d’entreprise.

Il est impératif aujourd’hui de réduire l’empilement de réglementations que constitue le Code du travail pour enfin l’adapter aux besoins réels des entreprises, et leur donner les armes nécessaires pour être compétitifs dans une économie mondialisée.

Nous souhaitons pour autant mettre en garde le gouvernement face à ses trop habituels rétropédalages. Les entreprises françaises ont plus que jamais besoin de stabilité et de la garantie d’une réforme ambitieuse et solide, qui s’inscrit dans le temps.

Le Parti Radical en appelle à une réforme audacieuse dans laquelle il ne doit pas y avoir de sujets tabous en particulier s’agissant du contrat de travail et du temps de travail auxquels il faut apporter une réponse concrète.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

A l'approche de la cop 21 maintenons la pression

Le, 6 novembre 2015


A un mois de l’ouverture officielle de la Conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris, les Nations Unies ont fait le bilan des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ces engagements conduisent à un réchauffement de la planète proche de 3°C. Nous sommes à ce stade très loin de l’objectif fixé à la COP21, qui vise à parvenir à un accord contenant la hausse des températures à 2°C.

Nous sommes loin des scénarios catastrophes de l’inaction en matière de politique de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Néanmoins les scénarios climatiques avec un réchauffement à 3°C restent très inquiétants.
Le chemin à parcourir reste très important.

Dans le processus de négociation qui a commencé en 1992, au sommet de la Terre à Rio, la 21e conférence des parties, qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre prochain à Paris, est un moment clef dans la lutte contre le réchauffement climatique de notre planète.

La France a un rôle considérable à jouer pour entraîner avec elle les grandes nations industrielles dans un accord historique pour notre planète et pour les générations futures.

Nous devons tous être totalement mobilisés pour que cette conférence permette la signature d’un accord universel pour contenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau
Maire de Bourges

Ouverture du don du sang aux homosexuels

Le, 5 novembre 2015

L’Assemblée nationale et le Sénat ont adopté l’amendement déposé par Arnaud RICHARD, député UDI-PR des Yvelines, permettant aux homosexuels de faire don de leur sang.

Cet amendement avait été déposé dans le cadre du projet de loi santé porté par le gouvernement en avril 2015. Il s’inscrit dans une lutte menée par le Parti Radical contre toute forme de discrimination.

Aujourd’hui, force est de constater que la Ministre de la Santé Marisol TOURAINE reprend à son compte une initiative issue des bancs de l’opposition constructive centriste.

Il est regrettable qu’elle y intègre, en contradiction avec le vote du Parlement, une condition de 12 mois d’abstinence sexuelle pour les donateurs masculins. L’on ne peut que regretter l’hypocrisie de la Ministre, qui assure un alignement progressif sur les conditions de don du sang pour les hétérosexuels, alors même que ceux-ci doivent seulement certifier ne pas avoir changé de partenaire dans les 4 mois précédant leur don.

Aussi, le Parti Radical dénonce une discrimination volontaire portée par le gouvernement.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Réaction suite au drame de Puisseguin

Le 23 octobre 2015

Nous sommes tous profondément attristés par la tragédie qui a frappé ce matin la Gironde.

Au nom du conseil municipal de la Ville de Nancy, je présente mes plus sincères condoléances aux familles des personnes décédées dans cette effroyable collision et j'adresse chaleureusement mes meilleurs vœux de rétablissement aux personnes blessées.

Mes pensées vont également vers mes collègues, maires des communes concernées, qui entourent depuis ce matin les familles et les amis des victimes de ce drame.

Laurent Hénart 
Maire Nancy, Président du Parti Radical

Réaction suite au drame de Puisseguin

Le 23 octobre 2015

 
Le Parti Radical souhaite exprimer sa douleur suite à l’annonce du tragique accident de la route survenu à Puisseguin, ayant coûté la vie à 42 personnes. 

C’est un drame insupportable pour les familles dont il faudra faire toute la lumière.

Nathalie DELATTRE présente ses sincères condoléances aux familles et aux proches des victimes et salue la mobilisation des secours.

Nathalie DELATTRE
Secrétaire générale du Parti Radical
Adjointe au Maire de Bordeaux

Une inquiétante infiltration des réseaux salafistes dans des clubs de sports ?

Le 21 octobre 2015

Le ​Parti ​Radical, par la voix ​de son Secrétaire national à la Laïcité et aux Droits de l’Homme Jean-Luc CADEDDU, dénonce la récupération par l’Islam radical des clubs de sport amateurs dans certaines villes de France !


Une note confidentielle du service central du renseignement nous alerte sur les dérives sectaires et communautaires d’extrémistes de religion musulmane sévissant non seulement dans le football mais également dans les sports de combats.

Des prières seraient pratiquées sur les pelouses de certains stades,​ ​des messages feraient la promotion du Salafisme,​ ​les filles non voilées ne pourraient participer à certaines disciplines et les horaires ​seraient ​modifiés en fonction des fêtes musulmanes​.

En outre, les non croyants seraient exclus des clubs noyautés par des islamistes radicaux, eux-mêmes à la solde de commerçants hallal les subventionnant.

La note précise également l’interdiction de se laver dans les douches en étant dénudé et le port de tenues intégrales pour les sportives​.

Ces dérives montrent à quel point le respect de la laïcité est fragile et appellent une vigilance au quotidien de chacun pour la préserver.

Jean-Luc CADEDDU
Secrétaire national à la Laïcité et aux Droits de l’Homme

Mais que veut réformer HOLLANDE avec sa Conférence sociale, si tous les grands sujets en sont écartés ?

Le 20 octobre 2015

Alors que François HOLLANDE met en avant le dialogue social dans sa politique de lutte contre le chômage et d’amélioration des conditions de travail, il est étonnant que le gouvernement puisse "oublier" des sujets clés lors de la Conférence sociale, tels que la réforme du code du travail. 

Il annonce maintenant que les orientations relatives à la réforme du Code du travail seront dévoilées la semaine prochaine, tout en prévenant que le contrat de travail, le SMIC et le temps de travail seront totalement mis de côté, par frilosité.

Gouverner, ce n’est pas avoir peur d’aborder les sujets qui fâchent. C’est se saisir des dossiers importants, proposer des solutions aux blocages de notre société et de notre économie.

Outre la nécessaire simplification du code du travail, nous devons aller vers beaucoup plus de souplesse du marché de l’emploi tout en sécurisant les salariés et ne pas avoir peur de remettre en cause les 35 heures, qui ont toujours été une aberration économique.

Nous voulons qu’enfin HOLLANDE redonne confiance à ceux qui créent de l’emploi et de la richesse, qu’enfin la France ne soit plus le pays de la complexité et des restrictions, qu’enfin l’on rénove un dialogue social crispé par l’immobilisme

Nathalie DELATTRE
Secrétaire générale du Parti Radical

Pour une juste réforme de l'aide juridictionnelle

Le, 12 octobre 2015

Le Conseil national des Barreaux a appelé tous les bâtonniers et les barreaux de France à cesser toute désignation et mise à disposition de moyens nécessaires au fonctionnement de l'aide juridictionnelle pour protester contre la réforme de la Ministre de la Justice qui veut imposer une participation financière supplémentaire de la profession d'avocat, alors que les avocats supportent seuls la charge de la solidarité nationale en percevant une rétribution dérisoire.

Le Parti Radical réaffirme son attachement à l’aide juridictionnelle, véritable clef de voûte de la justice pour tous, qui permet aux plus démunis d'accéder à la justice en bénéficiant de la prise en charge par l’État des frais de justice. Mais cette garantie citoyenne de l’accès au droit ne peut pas se faire dans n’importe quelles conditions.

L’Etat doit assumer pleinement ses missions régaliennes et ses responsabilités et ne pas faire peser sur les principaux acteurs de l’aide juridictionnelle sa propre carence.

Face à un système à bout de souffle, le Parti Radical appelle le gouvernement à procéder enfin à une véritable réforme de l'Aide Juridictionnelle et de la Justice.

Julien AYOUN,
Secrétaire national Justice

Budget 2016 : Un mauvais signe pour l’écologie !

Le, 7 octobre 2015

Alors que la France doit accueillir la conférence sur le climat (COP 21) dans quelques semaines, alors que le Président de la République a fait de la lutte contre le réchauffement climatique et de l’application de la loi sur la transition énergétique des priorités de la fin de son quinquennat, le budget du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie va baisser d’une centaine de millions d’euros dans le projet de loi de finances pour 2016. C’est un bien mauvais signe donné à l’écologie !

Pascal Blanc
Secrétaire national en charge de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

La Sécurité Sociale a 70 ans

Le, 6 octobre 2015

La sécurité sociale fête aujourd’hui ses 70 ans. Ce qui est une fête ne doit pas devenir un enterrement. Car la sécurité sociale est un des dispositifs républicains garantissant la démocratie.
 
La sécurité sociale est une idée généreuse magnifiquement appliquée pendant plus de 50 ans d'expansion économique. Le système de répartition devient difficilement applicable dès lors que notre société compte 25 % d'actifs. Il faut donc proposer aujourd'hui, pour la préserver, des aménagements permettant de garder au moins le principe d'égalité aux soins.
 
Aujourd’hui, 81% des citoyens sont inquiets, à juste titre, pour son avenir. Car le PLFSS 2016, présenté par Marisol Touraine et Michel Sapin s'attaque, une fois encore, aux conséquences au lieu de traiter les causes ! Tailler dans les budgets des structures de soin et sanctionner les médecins n’est certes pas la solution.

 Il est nécessaire que notre gouvernement ait la volonté politique de sauver la sécurité sociale :

  • Car 250 000 salariés supplémentaires permettraient d’équilibrer les comptes de la branche maladie.
  • Car la mise à jour des gisements d’économies considérables qui existent, permettrait de préserver la qualité des soins et l’égalité d’accès au système de santé.
  • Car la sécurité sociale ne sera sauvée qu’en proposant des réformes structurelles, de fond.
  • Car il faut avoir le courage politique, qui jusqu’ici a fait défaut, qui permette de définir 
    - qui a droit à l'accès aux soins en France,
    - et ce qui justifie ou non un remboursement par la sécurité sociale.

 Brigitte MAUROY, 
Secrétaire nationale en charge de l'autonomie, des handicapés et des personnes âgées

Donnons-nous les moyens de développer la filière éolienne !

Le, 24 septembre 2015

Le 11 septembre, le nouveau parc éolien Seine Rive-Gauche et ses 75 mégawatts de puissance installées ont été inaugurés.

Avec Seine Rive Gauche, notre pays passe le cap des 10 000 mégawatts éoliens.

C’est un bon signe donné au développement de l’énergie éolienne mais c’est néanmoins encore très insuffisant pour atteindre l’objectif fixé par les pouvoirs publics de 19 000 mégawatts installés en 2020.

Aujourd’hui l’énergie éolienne représente 4% de la production d’électricité en France. Nous pouvons et nous devons faire mieux.

N’oublions pas que la loi sur la transition énergétique prévoit que les énergies renouvelables devront assurer 40% de la production d’électricité à l’horizon de 2025.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Sécurité routière : une nouvelle hausse de la mortalité en août

Le, 24 septembre 2015

Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 9,5% en août par rapport au mois d’août de l’année passée.

Ces mauvais chiffres, portent à 2 253 le nombre de personnes tuées sur les routes au cours des huit premiers mois de l’année, soit 99 de plus que sur les huit premiers mois de 2014.

Mois après mois cette tendance à la hausse se poursuit et nous ne pouvons que regretter une nouvelle fois le manque de volonté politique du gouvernement sur ce sujet.

Au-delà des demi-mesures et des effets d’annonce, c’est un vrai plan de sécurité publique qu’il faut mettre en place.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

6ème conférence de presse du Président de la République

Le, 7 septembre 2015

Responsabilité, humanisme et fédéralisme !

Face au drame des migrants auquel la France et l’Europe ont dû faire face ces derniers mois, si le Parti Radical salue la volonté de François Hollande d’accueillir 24 000 réfugiés, et approuve les décisions de mise en place d’un centre d’identification aux frontières de l’UE ainsi qu’un mécanisme d’accueil permanent et obligatoire des réfugiés à l’échelle européenne ; Le Parti Radical considère que ces mesures restent néanmoins insuffisantes face à la gravité de la situation.

Pour Laurent HÉNART Président du Parti Radical, «  La seule solution à la question migratoire réside dans le fédéralisme. Aussi nous proposons l’ouverture de négociations avec un groupe pionnier rassemblant tous ceux qui veulent une même loi sur l’asile. Un même encadrement du regroupement familial. Un office européen des migrations. Une police européenne de l’air et des frontières pour les faire respecter. Des tribunaux nationaux susceptibles de recours devant la cour de Justice. Et bien évidemment, un budget fédéral pour mettre en place toutes ces mesures ».

Quant à l’attitude à adopter vis à vis de la Syrie dans la lutte contre l’EI le Parti Radical prend acte de l’augmentation graduelle de la présence de la France sur le théâtre des opérations dans la lutte contre Daesh. C’est sans doute inévitable, espérons que cela soit salutaire.

Enfin, concernant le Code du travail, comme nous avons pu le rappeler lors de notre 115e Congrès, le Parti Radical plaide pour une réforme basée sur le dialogue social et les accords de branche, nous serons donc particulièrement attentifs aux propositions qui ressortiront du rapport Combrexelle dans les jours à venir.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Sécurité routière : un manque évident de volonté politique !

Le, 19 août 2015

Le nombre de morts sur les routes a augmenté de 19,2 % en juillet par rapport au mois de juillet de l’année passée.

360 personnes ont perdu la vie sur nos routes au cours de ce mois de juillet contre 302 à la même période l’année dernière.

Depuis plusieurs mois, des experts du Conseil national de la sécurité routière (CNSR) et les associations de prévention routière, dénoncent le manque d’initiative du gouvernement sur les questions de sécurité routière.

Des propositions fortes ont été énoncées tant par les experts du CNSR que par les associations et notamment la baisse de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes à double sens sans séparation centrale.

Malheureusement, le gouvernement n’a pris jusqu’à présent que des demi-mesures.

Au-delà du « relâchement des comportements » des automobilistes  invoqué par le gouvernement, c’est surtout un manque évident de volonté politique qu’il faut souligner.

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Réforme territoriale : réaction de Thibault Chenevière, secrétaire national du Parti Radical en charge de la réforme territoriale et des collectivités locales

Le, 6 août 2015

« À l’occasion d’un point presse Damien Alary, actuel président de la région Languedoc-Roussillon, confirme que le gouvernement travaille à la création d'un poste de président délégué dans les 13 futures grandes régions. Au coeur de l’été, les promesses de simplification du millefeuille administratif s’évaporent encore un peu plus.

Alors que les finances publiques sont exsangues et que nos concitoyens ne comprennent plus le fonctionnement de notre démocratie locale, le Parti Socialiste, pour des raisons politiciennes, s’apprête à alourdir le fonctionnement et la facture des futures grandes régions.

Cette création de poste de complaisance ne répond à aucune logique de fonctionnement des futurs exécutifs régionaux. Le Parti Radical condamne fermement cet arrangement. Il réaffirme la nécessité d’une simplification du fonctionnement de nos institutions locales et le positionnement des nouvelles régions comme chef d’orchestre d’une décentralisation efficace et compréhensible."

Thibault CHENEVIERE,
Secrétaire national en charge de la réforme territoriale et des collectivités locales

Renforcement de l'engagement de la Turquie dans la lutte contre Daech

Le, 31 juillet 2015
 
Cette semaine, la Turquie a significativement renforcé son soutien à la coalition internationale contre Daech, notamment en permettant aux Etats-Unis d’utiliser la base d’Incirlik, mais également en bombardant directement les positions ennemies en Syrie.
 
Pour Ankara, qui partage une frontière terrestre et maritime avec la Syrie, s’engager frontalement contre Daech n’est pas une décision anodine. Ainsi, l’UDI salue la fermeté et le courage de la Turquie dans la lutte contre notre ennemi commun.
 
Force est de constater qu’en s’engageant de la sorte, la Turquie fournit un soutien qui pourra être déterminant dans la conduite de cette guerre.
 
L’UDI estime néanmoins qu’en attaquant les positions kurdes dans le même temps, la Turquie court le risque de se tromper d’ennemi.
 
Les forces kurdes sont, depuis longtemps, au cœur de la lutte contre Daech et ont à maintes reprises témoigné de leur courage et de leur efficacité dans celle-ci. Les attaquer revient in fine à jouer le jeu de notre ennemi.
 
Ainsi, l’UDI souhaite ardemment que le processus de paix entre Ankara et le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), engagé par le Président Erdogan en 2013, soit relancé. Les effets de l’engagement turc aux côtés de la coalition seront d’autant plus déterminants s’ils ne s’accompagnent pas d’un affaiblissement des forces kurdes.
 
Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

Visite officielle du Ministre Laurent Fabius à Téhéran : la diplomatie française a répondu présente

Le, 30 juillet 2015

Alors que Laurent Fabius est revenu de sa visite officielle à Téhéran, l’UDI salue cette reprise nécessaire et positive des relations entre la France et l’Iran. La diplomatie française a ainsi, comme elle le devait, répondu présente à l’occasion du retour de l’Etat perse dans le concert des nations.

Que cette page historique ne soit pas source d’aveuglement : une force conservatrice subsiste toujours en Iran et accepte sans doute difficilement les conditions posées par l’accord de Vienne du 14 juillet dernier. Néanmoins, l’Iran c’est aussi une société civile qui aspire à une normalisation des relations au monde extérieur, à la reprise économique et à la poursuite de la modernisation de son pays.
 
Ainsi, si bien sûr nous devons rester prudents dans nos relations à l’Iran, dont la normalisation repose sur la mise en œuvre effective et transparente de l’accord de Vienne, nous devons également aller dans le sens du rapprochement.
 
Outre le soulagement que cela apportera à la population iranienne, qui a souffert du régime de sanctions, la normalisation des relations entre Paris et Téhéran permettra à notre diplomatie de défendre nos intérêts et de travailler au maintien de la stabilité au Moyen-Orient, nécessaire à notre sécurité nationale.
 
Alors que Daech menace la région, mais également nos valeurs – y compris sur notre territoire – l’UDI estime que la France doit maintenant encourager la reprise du dialogue entre l’Iran, Israël et les pays du Golfe. Ensemble, nous pourrons combattre plus efficacement notre ennemi commun.

Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

Crise agricole : le gouvernement s’embourbe

Le, 21 juillet 2015

Dans plusieurs villes de France, comme à Caen, Evreux, ou au Mont-Saint-Michel, les agriculteurs intensifient le mouvement protestataire amorcé hier. Ceux-ci dénoncent le non-respect par les groupes de grande distribution des accords du 17 juin conclus entre les acteurs de la chaîne agricole.

Ce matin, le Président de la République a annoncé un plan d’urgence pour l’élevage et les producteurs de lait, alors que le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, déclarait hier attendre un énième rapport sur le sujet.

Le Parti Radical s’inquiète de l’absence d’un ministre de l’Agriculture dépassé par les événements et plus préoccupé par les intérêts du Parti Socialiste que par l’avenir de milliers d'exploitants et d’un secteur qui incarne durablement l’image de la France dans le monde. 

Au-delà d’une solution d’urgence indispensable à la survie à court terme des quelques 25 000 exploitations menacées, et d’une nécessaire meilleure répartition de la valeur ajoutée entre producteurs et distributeurs, c’est toute la politique nationale agricole qui doit être clairement redéfinie, avec la reconnaissance de l’agriculture comme véritable acteur économique, créateur d’emploi. 

Seule une agriculture d'excellence pourra répondre aux attentes de nos concitoyens (traçabilité, qualité, sécurité alimentaire…)  et maintenir une dynamique économique dans nos territoires ruraux. Le Parti Radical propose ainsi que l’agriculture soit enfin érigée par le gouvernement en grande cause nationale.

Nathalie DELATTRE,
Secrétaire Générale du Parti Radical

Conclusions de la Commission mixte paritaire sur l’actualisation de la loi de programmation militaire

Le, 16 juillet 2015

Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin, ancien ministre, a participé hier soir, à l’Assemblée Nationale, à la réunion de la Commission mixte paritaire chargée de proposer un texte sur le projet de loi actualisant la programmation militaire pour les années 2015 à 2019 et portant diverses dispositions concernant la défense.

Monsieur BOCKEL a soutenu le travail de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, dont il fait partie, qui avait visé à « protéger le budget de la défense ».

En effet, si le sénateur salue l’actualisation de la loi de programmation militaire, il a considéré qu’il convenait de rester vigilant sur certains points d’incertitudes, notamment budgétaires.

Comme il l’avait déjà exprimé en séance publique au Sénat, le sénateur a considéré que face à ce sujet majeur pour nos armées et, plus largement, pour la défense nationale, l’essentiel était néanmoins « d’aboutir à un accord » à l’occasion de ce dialogue entre les deux assemblées, notamment sur la question du financement des opérations extérieures et intérieures.

Monsieur BOCKEL a insisté sur l’importance que revêt la question des opérations intérieures qui, « dans un monde qui change », sont « appelées à durer ». Sur ce point, il a notamment attiré l’attention de la Commission sur la question de la « coordination entre les forces armées et les forces de gendarmerie et de police ».

Il a jugé qu’au vu de l’ampleur du sujet, la question du financement ne devait pas être d’ores et déjà « figée » dans une disposition de loi. Ainsi, il a salué l’organisation d’un débat au parlement sur les conditions d’emploi des forces armées sur le territoire national au début de l’année 2016 et a considéré que les modalités d'un financement interministériel pourraient être évoquées à ce moment-là.

L’ancien ministre a ainsi salué l’esprit constructif de la Commission mixte paritaire, dont la réussite dans le cadre de l’examen de ce projet de loi saura soutenir utilement l’effort de nos armées. 

Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

Accord sur le nucléaire iranien : l’espoir d’un retour de l’Iran à son rôle historique de puissance stabilisatrice au Moyen-Orient

Le, 15 juillet 2015

L’UDI se réjouit de la conclusion de l’accord iranien à Vienne, après vingt mois de négociations acharnées. Dans ce monde dangereux, cet accord a le mérite de prévenir le risque majeur que constituerait la prolifération nucléaire au Moyen-Orient.

Bien sûr, il convient de rester prudent. L’enjeu des sanctions a très certainement contribué au sérieux des négociations. La vigilance ne doit pas être relâchée. C’est l’application de l’accord plus que l’accord lui-même qu’il conviendra de célébrer. La communauté internationale doit donc veiller au strict respect des termes de l’accord par le gouvernement iranien.


Reste qu’en acceptant une réduction significative de son programme nucléaire, la nation perse a démontré que la communauté internationale a eu raison de renouer le dialogue, dialogue qui s’est d’ores et déjà avéré fructueux.


L’UDI se réjouit de ce retour iranien dans le concert des nations. À l’heure où le Moyen-Orient est secoué par les conflits et meurtri par des actes barbares motivés par la haine et l’intolérance religieuse, l’Iran a prouvé qu’elle pouvait jouer son rôle historique de force d’équilibre.

Cette force stabilisatrice, nous ne pouvons que l’accueillir positivement.

La conclusion de cet accord est également source de joie pour le peuple iranien, à présent soulagé du poids des sanctions internationales.

L’UDI estime que cette levée des sanctions doit être le point de départ de nouveaux échanges. Le temps est venu pour la France, ses autorités publiques, ses investisseurs et ses entreprises de redynamiser leurs relations économiques avec l’Iran et sa population. C’est ce que les Iraniens attendent de nous, et c’est là que la normalisation de nos relations doit débuter.

Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

Réaction de Laurent HÉNART à l’intervention du Président de la République, 14 juillet 2015

Le, 14 juillet 2015

En ce 14 juillet le Parti Radical, parti fédéraliste européen se réjouit que les négociations sur la Grèce aient abouti dimanche à un accord, ainsi qu’à l’annonce ce jour de l’instauration d’un parlement de la zone euro.

Laurent Hénart salue aussi l’accord sur le nucléaire iranien qui après des mois d’intenses négociationséloigne définitivement l’Iran de la course à la bombe, et contribue à rétablir la paix au Proche et Moyen Orient et dans le monde entier.

Alors que ces heureux progrès sur la scène Européenne et Internationale devraient l’inciter à redoubler d’efforts sur la scène nationale, le Président de la République reste dans une posture attentiste s’agissant du redémarrage de l’économie et de la baisse du chômage. Le numérique mérite mieux que d’être le cache misère de la politique économique et sociale du gouvernement.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Crise Grecque : Un accord dans l’intérêt de l’Europe

Le, 13 juillet 2015

Le Parti Radical qui appelait la semaine dernière à la plus grande fermeté dans les négociations conduites avec la Grèce se réjouit qu’un accord ait été trouvé cette nuit en contrepartie de « réformes sérieuses » menées par le gouvernement Tsipras.

Cet accord soumet le déclenchement d'un troisième plan de sauvetage évalué à 80 milliards d'euros, au vote par le parlement grec d’une réforme de la TVA et des retraites.

Malgré cette victoire, le Parti Radical rappelle que le chemin à parcourir reste long puisqu’Alexis Tsipras devra encore faire adopter et mettre en oeuvre toutes les réformes promises aux pays de la zone euro ; mesures qui avaient largement été rejetées par la population grecque lors du référendum du 5 juillet dernier.
 
Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Les collectivités territoriales et les aires d’accueil des gens du voyage

Le, 9 juillet 2015

Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin et ancien ministre, est intervenu ce jour à l’occasion d’une conférence de presse donnée par la Délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation, dont il est le président, dans le cadre d’élaboration de son rapport sur les aires d’accueil des gens du voyage.

Monsieur BOCKEL a rappelé le cadre législatif, « fondement des obligations mutuelles entre les collectivités territoriales et les gens du voyages » : la loi du 3 janvier 1969, qui prévoit que « quelle que soit leur taille, les communes doivent rendre possibles le passage et l’accueil des gens du voyage sur leur territoire » et la « loi Besson » du 5 juillet 2000, qui détaille les modalités actuellement en vigueur pour cet accueil.

Le travail réalisé dans le cadre de l’élaboration de ce rapport a mis en avant l’existence de cinq catégories différenciées de structures : « aires d’accueil » (séjour de résidences mobiles pendant possiblement plus de trois mois), « aires de grand passage » (accueil temporaire de jusqu’à 200 caravanes), « aires de petit passage », « terrains pour les haltes », « terrains pour les grands rassemblements religieux ou traditionnels des gens du voyage » (compétence de l’Etat). « Aucune de ces catégorie n’est destinée au séjour prolongé des résidences mobiles », a précisé Monsieur BOCKEL.

Il a rappelé que l’objectif de la loi est de définir un équilibre satisfaisant entre d’une part, la liberté constitutionnelle d’aller et venir, et l’aspiration des gens du voyage à pouvoir stationner dans des conditions décentes, et, d’autre part, le souci des élus locaux d’éviter des installations illicites qui occasionnent des difficultés de coexistence avec leurs administrés.

Les travaux des deux sénateurs ont néanmoins montré que la « loi Besson » a été diversement appliquée sur l’ensemble du territoire et Monsieur BOCKEL a regretté que les schémas départementaux d’accueil prévus par la loi ne soient, à l’heure actuelle, pas entièrement appliqués.

Monsieur BOCKEL a précisé que c’est pour cette raison, que Monsieur le SCOUARNEC et lui-même ont pris l’initiative de la rédaction d’un rapport de la délégation aux collectivités territoriales, « afin de faire le point sur la situation actuelle des relations entre gens du voyage et collectivités territoriales, ainsi que sur les dispositifs de nature à les améliorer ».

Selon l’ancien ministre, « si des améliorations techniques sont nécessaires – et permettraient de faciliter la coexistence des populations nomades et sédentaires –, elles ne suffiront pas, par elles-mêmes, à aplanir les divers malentendus inhérents à des modes de vie différents ».

Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

Le Parti Radical appelle à la plus grande fermeté dans les négociations avec la Grèce

Le, 7 juillet 2015

Le Parti Radical a toujours été un parti fédéraliste européen, qui a défendu le traité de Maastricht et la monnaie unique au service des européens, tout en regrettant que l'Europe ne soit pas davantage intégrée. 

Dimanche, au terme d’un référendum critiquable tant sur la méthode que sur le calendrier décidés par Alexis Tsipras, le peuple Grec a refusé le plan de sauvetage proposé par ses partenaires européens.

Au nom de la solidarité européenne, une ultime négociation avec la Grèce est souhaitable. Il n'empêche que cette négociation ne doit pas mettre en péril l'Europe et la crédibilité de l'Euro aux yeux du monde. Quelque soient les défauts actuels du fonctionnement de l'Europe, la réussite de la construction européenne impose une politique responsable de tous les dirigeants des Etats membres, sans exception.

Aussi, alors que s'ouvre aujourd'hui le sommet de l’Eurogroupe, le Parti Radical en appelle à la plus grande fermeté dans les négociations conduites avec la Grèce. Sans cette nécessaire discipline, une sortie organisée de la Grèce de la zone euro doit être envisagée pour permettre de garder la force, et la stabilité de l'Euro.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

PJL relatif au dialogue social et à l’emploi : « Le Sénat a voté un texte amélioré et assoupli, qui va dans un sens plus favorable »

Le, 2 juillet 2015

Le Sénat a adopté, en première lecture, le projet de loi sur le dialogue social. Jean-Marc Gabouty, sénateur de la Haute-Vienne, a regretté « la base que constituait le texte gouvernemental ait été malheureusement rigidifié et complexifié lors de son passage à l’Assemblée nationale. Après les améliorations et les assouplissements issus du travail en commission et en séance plénière, le texte voté ce jour va dans un sens plus favorable ».


Le sénateur a rappelé « le souci de simplification et de souplesse nécessaire au bon fonctionnement des entreprises en particulier des PME et des TPE » qui a été le fil conducteur du travail du groupe centriste.


Parmi les modifications apportées, Jean-Marc Gabouty est revenu sur le compte personnel activité dont le principe, intéressant, méritait au préalable une concertation avec les partenaires sociaux complétée par une expérimentation pour s’assurer de la faisabilité du dispositif, en particulier pour les TPE, afin de ne pas retomber dans les difficultés de mise en œuvre du compte pénibilité. Il a également évoqué la reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel (SEP) ou «burn-out» comme maladie professionnelle : « J’ai proposé la suppression de cette disposition introduite à l’Assemblée nationale car la cause peut-être multifactorielle et il n’est pas sérieux voire dangereux de faire supporter tout le mal être de notre société à l’entreprise ».


En ce qui concerne la prime d’activité « nous estimons que le dispositif proposé va dans la bonne direction car il vise à simplifier l’existant même si on peut s’interroger sur une mise en œuvre à enveloppe financière constante de 4,1 milliards d’euros » a indiqué le sénateur.


De même, « l’instauration d’une délégation unique du personnel pour certaines catégories d’entreprises introduit une certaine souplesse dans le franchissement des seuils et dans le fonctionnement des instances représentatives du personnel ».


En revanche, Jean-Marc Gabouty a rappelé qu’une grande partie du groupe UDI-UC s’est opposée à « une initiative confuse et surprenante du gouvernement » visant à calquer la représentation des organisations patronales et une partie de leur financement sur le seul critère de proportionnalité au nombre de salariés des entreprises adhérentes sans aucune pondération.


S’agissant de la création des commissions paritaires régionales, « la suppression de cet article n’empêche pas la création de commissions paritaires régionales à l’initiative de branches professionnelles comme cela est déjà le cas. Cette suppression évite l’institutionnalisation de ce dispositif et le caractère obligatoire de structures dénuées de tout rôle opérationnel dès lors qu’elle aurait une dimension interprofessionnnelle et qu’il ne nous parait pas souhaitable qu’elle dispose d’un rôle de médiation. » a conclu le sénateur.

 
Jean-Marc GABOUTY,
Sénateur de la Haute-Vienne

 

Elections régionales : un partenariat UDI-LR en toute indépendance

Le, 2 juillet 2015

Le Bureau national du Parti Radical a approuvé à l’unanimité ce mercredi 1er juillet l’accord global entre l’UDI et Les Républicains en vue des élections régionales.

Cet accord équilibré, respectueux de l’indépendance des formations signataires, crée, dans un contexte de montée en puissance des extrêmes, une dynamique positive dans la perspective de gagner un maximum de régions détenues par la majorité gouvernementale actuelle.

Le Parti Radical se félicite que cet accord ait été confirmé mercredi soir à l’unanimité par le Bureau exécutif UDI.

Au-delà de cet accord électoral, le Parti Radical, « parti du pouvoir régional », entend être force de propositions, dans chaque région, pour contribuer à l’élaboration d’un projet régional ambitieux qui place au coeur de ses préoccupations la jeunesse de notre pays, laquelle nécessite une action prioritaire en termes d’emploi, d’apprentissage, et d’éducation.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Contre le démantèlement du service public

Le, 22 juin 2015

La nécessaire rationalisation des dépenses de santé, opérée en 1995, a atteint son objectif mais le balancier continuant sa route, l’a maintenant dépassé ! Force est de constater que les promesses émises par François Hollande en 2012 en matière sanitaire  n'ont pas été tenues.

Alors que dans le même temps le financement de l’AME, est majoré pour 2015 de 73 millions d'euros au PLF 2014, les établissements de santé français se verront ponctionner 100 millions d'€ sur trois ans.

Tailler ainsi dans le nombre de lits des hôpitaux et le ratio des personnels soignants est inacceptable, inéquitable et dangereux ;

Inacceptable : parce que certaines régions sanitaires sont en déshérence ;

Inéquitable : car les structures de soins les plus vertueuses seront immanquablement les plus pénalisées et que de ce fait leurs projets en gestation ne seront pas réalisés ni réalisables ;

Dangereuse : car sous l'effet de la pression des administrations des structures de soins, redevables du budget, les médecins seront poussés à une majoration d'activité et donc d'actes supplémentaires. Déplacer le curseur vers plus d'activité, même de façon infinitésimale, quand on pose une indication chirurgicale, est un acte qui va immanquablement se faire au détriment du malade. Comment les médecins pourront-ils résister aux sirènes administratives de toujours plus de rentabilité ?

Nous suggérons dans ce contexte que le gouvernement réétudie les objectifs d'économie à réaliser.

 

Brigitte MAUROY
Secrétaire Nationale à l’autonomie, au handicap et aux personnes âgées

49-3 : Le Parti Radical dénonce un déni de démocratie

Le, 18 juin 2015

La motion de censure examinée ce jour est la conséquence du choix du Premier Ministre d’évincer tout processus démocratique en optant pour l’article 49-3 de la Constitution afin de contourner les obstacles que lui aurait imposé un vote des députés.

Ce second passage en force marque le point d’orgue d’une scission irréversible au sein de la majorité gouvernementale, et ce au lendemain d’un Congrès de Poitiers placé sous le signe des divisions internes.

Selon Laurent Hénart, Président du Parti Radical « Le recours au 49-3 pour une loi inapte à répondre aux enjeux économiques auxquels notre pays est confronté constitue, une fois encore, la triste démonstration de l’incapacité du gouvernement à réformer notre pays ».

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

L’environnement, une réelle ambition à l’UDI, pour la COP 21 et au-delà

Le, 15 juin 2015

Pour éviter l’accord a minima qui se profile à l’issue de la COP 21, et pour amorcer, dans sa continuité, un réel changement, l’UDI a adopté samedi, lors de son Bureau Politique, une motion de Bertrand Pancher qui contient une vingtaine de propositions concrètes pour la lutte contre le réchauffement climatiques.

Ce qu’attend l’UDI de la COP 21, c’est un accord global, le plus précis possible, qui indique clairement l'engagement individuel de chaque pays, la méthode de contrôle de ces engagements, le financement de la transition énergétique pour les pays en voie de développement (via le « Fonds vert »), et le rythme des rencontres ultérieures permettant d’analyser régulièrement l'état des efforts réalisés et de les corriger si nécessaire.

Mais si l’accord de la COP 21 est nécessaire, il ne sera pas suffisant pour enrayer le réchauffement climatique. Il est donc essentiel de mettre en oeuvre des outils sur le plan national, européen et international pour atteindre 0 émission en 2050.

Ainsi, pour notre territoire, une stabilité fiscale et la décentralisation aux collectivités locales de la totalité des moyens du Ministère du logement pour la rénovation permettraient de passer de 200 000 rénovations annuelles à 500 000. Et ça, c’est 300 000 emplois en plus !

Au niveau européen, la fin de l’importation du charbon et l’élargissement du marché carbone à d’autres secteurs de l’économie, tel que le transport, aurait un impact directe sur les émissions de GES.

Enfin, l’une des demandes de l’UDI à l’international est une réglementation carbone, en instaurant un système de bonus-malus international qui permettrait de financer le fonds vert et qui aboutirait, à terme, à une taxation environnementale aux frontières pour les pays les moins vertueux.

Bertrand PANCHER,
Député de la Meuse, Vice-Président de l’UDI en charge des Politiques Environnementales

Tout pour l'emploi : le Parti Radical déplore une vague continue de réformettes

Le, 10 juin 2015

Si des mesures telles que l’aide exceptionnelle à l’embauche du premier salarié afin d’inciter les entrepreneurs à recruter, le plafonnement des indemnités versées par les prud’hommes, ou encore le renforcement de l’encadrement du recours aux travailleurs détachés constituent un pas en faveur de l’emploi et de l’égalité des salariés, l’annonce de la montée en puissance du CDD se révèle être une mesure opposée à la recherche d’une plus grande justice sociale.

Le Gouvernement n’hésite pas à plonger les salariés dans des situations toujours plus précaires en annonçant la possibilité, pour les employeurs, de renouveler un CDD par deux fois, contre une fois seulement aujourd’hui. Le Parti Radical dénonce cette mesure fondamentalement opposée à une nécessaire flexisécurité du marché de l’emploi, et rappelle son attachement à la mise en place d’un contrat unique, au-delà de la traditionnelle dichotomie française CDD/CDI.

De plus, le Gouvernement ne répond pas aux attentes des indépendants, étranglés par les dysfonctionnements de leur régime social (RSI). Le Parti Radical demande la mise en place d’une cellule de crise dans chaque caisse régionale, la garantie d’une réponse rapide en cas de conflit, ainsi qu’une simplification du dispositif d’ensemble.

Au lieu d’une vague continue de réformettes, les TPE/PME ont aujourd’hui plus que besoin de sécurité juridique et de stabilité dans les dispositifs mis en œuvre. Lisibilité, prévisibilité : tels devraient être les maitres mots d’une réforme d’envergure à même de simplifier un code du travail devenu inaccessible pour de nombreux entrepreneurs.

 
Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Réchauffement climatique, Conférence de Paris 2015 : Chronique d'un drame annoncé

Le, 4 juin 2015

Hier soir lors, du débat à l'Assemblée Nationale sur la préparation de la Conférence de Paris, Bertrand Pancher a évoqué la "chronique d'un drame annoncé" sur le climat. Et les propos, voire l’absence de réponse du Gouvernement, loin d’être rassurants, l’ont malheureusement conforté dans cette idée.

En effet, le député de la Meuse et Vice-Président de l'UDI en charge des Politiques Environnementales a exigé que l'accord de Paris s'établisse sur des fondements crédibles et qu'il soit complété par l'esquisse d'une régulation du marché du carbone au niveau mondial. Il a également requis la mise en place d’initiatives urgentes, comme la généralisation des règles de responsabilité sociales et environnementales des entreprises. Or, sur l'ensemble de ces thèmes les réponses du Gouvernement ont toutes été évasives.

S’il soutient, bien évidemment l'action internationale de la France, pays hôte de la COP 21 qui aura lieu à Paris en décembre prochain, Bertrand Pancher a insisté pour que cette rencontre donne lieu à un accord tangible entre toutes les nations. Mais alors qu’il réclamait un accord précis et contraignant, le Gouvernement n’a pu lui assurer qu’une insuffisante "revue régulière des engagements et de leur transparence".

Quant aux sources de l'aide directe apportée aux pays pauvres pour les aider à sortir des énergies fossiles polluantes et bon marché (le Fonds vert porté à 100 milliards en 2020), un grand mystère plane toujours sur son alimentation, notamment lorsqu’on aborde les financements dits « innovants ».

Enfin, le spécialiste des questions environnementales de l'UDI, s'est fait l'écho des grands groupes industriels et de la finance réunis il y a 15 jours à l'UNESCO, et a sollicité au plus vite une tarification du carbone et son incorporation dans les échanges marchands. En vain, puisque les réponses apportées n'étaient encore une fois pas à la hauteur des enjeux, tant au niveau international qu’au niveau européen.

 

Bertrand PANCHER,
Député de la Meuse

Projet de loi relatif au dialogue social et à l'emploi

Le, 4 juin 2015

 

Laurent Hénart, Président du Parti Radical, regrette un projet de loi inadapté à la hauteur des enjeux en cause.

Si le projet de loi apporte quelques mesures de simplification nécessaires en faveur du dialogue social au sein de l'entreprise et une meilleure prise en considération des représentants des salariés, il ne répond pas aux besoins des entreprises, notamment des PME et TPE, qui attendent de vrais dispositifs d'assouplissement et de sécurisation pour développer leur activité :

- la simplification par une réforme des seuils sociaux, abandonnée par le gouvernement, et pourtant indispensable pour des entreprises qui souhaitent s'agrandir, et par une révision totale du code du travail, qui, par sa complexité et rigidité actuelle, représente une véritable insécurité juridique pour les entreprises, notamment les plus petites ; 

- la sécurisation par une stabilité durable de la réglementation et dispositifs mis en place par la loi : les changements fréquents au fil des projets de lois, avec aujourd'hui la création d'un nouveau compte personnel d'activité ou de la prime d'activité, sont autant de contraintes supplémentaires pour les entreprises.

Plutôt qu'une succession de petites réformes, perturbatrices pour l'activité des entreprises, il faut une vision globale et une vraie réforme structurelle, qui laisse beaucoup plus de place au dialogue social au sein de l'entreprise plutôt qu'à la loi, pour enfin redonner confiance à nos entreprises, et relancer la croissance et l'emploi.

 
Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Jean Zay au Panthéon

Le, 27 mai 2015

La République rend ce mercredi un hommage solennel à deux femmes et à deux hommes d’exception.

En admettant en son Panthéon, Geneviève de Gaulle Anthonioz, Germaine Tillion, Pierre Brossolette et Jean Zay - figure tutélaire du Parti Républicain Radical et Radical Socialiste, la Nation toute entière leur exprime sa reconnaissance et son admiration.

Ils incarnaient l’élan de la Résistance, le souffle de la liberté, l’esprit du solidarisme et l’idéal des convictions et valeurs qui constituent le socle de notre société.

Le Parti Radical, plus ancien parti de France, s’associe à cette communion nationale et à ce nécessaire devoir de Mémoire qui prépare et façonne l’avenir et le devenir de ses enfants.

 
Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Examen du Projet de loi relatif au renseignement

Le, 3 juin 2015
 
Après avoir salué le travail des services de renseignement français, Monsieur Bockel a rappelé que le contexte sécuritaire actuel réaffirmait « la nécessité pour la France de se doter de services de renseignement efficaces et aux moyens à la hauteur de leurs objectifs ».
 
Il a considéré que le projet de loi actuel allait dans la bonne direction, « visant à moderniser les moyens de ces services et à placer leur mission dans un cadre légal ».
 
Monsieur Bockel a jugé nécessaire et légitime le débat suscité par la présentation du projet de loi, alors même que ce dernier touche à des enjeux très sensibles : « notre liberté et notre sécurité ».
 
« Trouver le bon équilibre permettant de consacrer ces deux droits n’est pas chose facile. C’est pourtant l’objectif que doit, in fine, atteindre ce texte », a précisé le sénateur.
 
Monsieur Bockel a déclaré qu’en plaçant les activités des services de renseignement dans un cadre légal, le projet de loi renforçait leur légitimité, leur efficacité, et donc, notre sécurité.
 
Il a précisé que les menaces de plus en plus diverses et transnationales auxquelles est confronté la France justifiaient cette démarche: « Cela est d’autant plus nécessaire que la France est, rappelons-le, le seul grand pays européen à avoir les capacités de s’engager sur des théâtres d’opération. Notre engagement fait de nous un acteur important et crédible sur la scène internationale, et donc une cible privilégiée ».
 
S’il a jugé que la rédaction initiale du projet de loi du gouvernement n’était pas satisfaisante concernant la protection des libertés des Français, il a précisé qu’il était convaincu que les débats parlementaires, « tant à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat », donneraient un projet de loi « acceptable ».
 
« Le recours aux différentes techniques de renseignement est désormais mieux encadré, répondant ainsi aux craintes de nombreux citoyens », a-t-il précisé.
 
« Il ne doit pas s’agir de choisir entre notre liberté et notre sécurité, mais bien d’établir un juste équilibre entre ces deux droits, tous deux essentiels à notre démocratie », a conclu l’ancien ministre.
 
Jean-Marie BOCKEL,
Sénateur du Haut-Rhin

L’UDI appelle l’Union Européenne à renforcer sa politique de voisinage

Le, 22 mai 2015

Le quatrième Sommet du Partenariat oriental s’est tenu hier et aujourd’hui à Riga, où les dirigeants de l’Union Européenne ont réaffirmé l’importance que les Européens attachent à ce partenariat. L’UDI salue cette démarche et appelle les chefs d’État européens à s’approprier davantage notre politique de voisinage, qui est essentielle à l’affirmation de notre Politique étrangère et de sécurité commune.
 
Au travers de sa réflexion sur le Partenariat oriental, l’UE doit définir une politique différenciée en fonction de nos six partenaires : l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, la Géorgie, la République de Moldavie et l’Ukraine.
 
Mais limiter la réflexion européenne à ces six acteurs serait une grave erreur, au vu de l’importance du rôle joué par la Russie dans cette région !
 
Ainsi, l’UDI appelle les dirigeants de l’UE à affirmer leur politique vis-à-vis de la Russie en cette occasion :
 
L’UE doit maintenir son régime de sanctions, jusqu’à l’affirmation d’un consensus technique à l’OSCE sur le respect effectif du cessez-le-feu et sur le retrait des armes lourdes. Par ailleurs, L’UE doit se donner les moyens d’une mission européenne plus ambitieuse en Ukraine, si elle devait prendre prochainement en partie de nouvelles responsabilités d’observation.
 
L’UDI appelle l’UE à ratifier son accord d’association avec l’Ukraine : cet accord ne doit plus être reporté, il ne doit plus être renégocié ! Néanmoins, l’Ukraine doit, de son côté, conduire de manière plus déterminée le processus de réformes en application des accords de Minsk, notamment dans le domaine de l’énergie et de la corruption.
 
Il ne s’agit pas, et ne doit pas s’agir, de choisir entre le Partenariat oriental et un partenariat avec la Russie. La conviction de l’UDI est que l’intérêt de tous les acteurs concernés est que la Russie soit, à terme, un partenaire fiable de l’UE et de l’Ukraine.
 
Jean Marie BOCKEL
Sénateur du Haut-Rhin

Déchets électriques et électroniques : la France peut mieux faire !

Le, 21 mai 2015

Selon une étude de l’Université des Nations Unies, 41,8 millions de tonnes de déchets électriques et électroniques ont été produits dans le monde en 2014.

La France arrive en 8e position de ce classement avec 22,2 kilos par habitant.

Un sixième seulement de ces déchets seraient correctement recyclés…

La France peut mieux faire dans ce domaine.

Il convient de développer de nouvelles filières de traitement de ces déchets, qui seront générateurs d’emplois nouveaux.

D’une part d’un point de vue économique, il y a un véritable potentiel puisque ces déchets contiennent de nombreuses matières précieuses (or, cuivre…).

D’autre part en terme de santé publique car ces déchets contiennent également des composants dangereux (mercure, chrome…).

 

Pascal BLANC
Secrétaire national chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Démantèlement de la sécurité sociale : Marisol Touraine et la double peine

Le, 7 mai 2015

L’insuffisance des résultats du Gouvernement en matière de chômage l'incite maintenant à mettre en balance la survie de la sécurité sociale au profit d’assurances privées.

Alors que le Figaro publie ce 6 mai 2015 l'information selon laquelle le « trou » de la sécurité sociale passerait en dessous de la barre des 10 milliards d'euros pour l'année 2014, Marisol Touraine envisage maintenant « une grande réflexion » autour de la sécurité sociale et de son avenir. Or, c'est s'attaquer aux conséquences au lieu de traiter les causes : il convient de rappeler que 250 000 salariés supplémentaires permettraient d’équilibrer les comptes de la branche maladie.

S'attaquer aujourd'hui à cette réforme, dans un contexte économique difficile, va surtout constituer pour les chômeurs et les personnes à bas revenus une double peine : celle de supporter tous les jours l'affaiblissement de leur pouvoir d'achat et celle demain d'être mal soignés.

Face à cette situation, générée surtout par l'échec du Gouvernement en matière d'emploi, il y a urgence à proposer des réformes de fond. Nous avons travaillé, au Parti radical à un projet qui permettrait de  contenir les dépenses de santé et sauver la Sécurité Sociale, dispositif républicain par excellence, plutôt que d'ouvrir la porte à une libéralisation aux conséquences lourdes.

 

Brigitte MAUROY,
Secrétaire nationale en charge de l’autonomie, des handicapés et des personnes âgées

Budget de la Défense : le Parti Radical approuve les arbitrages présidentiels et appelle à une révision de la LPM

Le, 30 avril 2015

A la suite du Conseil de Défense qui s'est tenu hier, le Président de la République a annoncé 3,8 milliards d'euros de rallonge budgétaire.

Le Parti Radical approuve cette décision qui met fin aux velléités de Bercy de faire de ce secteur la variable d'ajustement permanente du budget de l’État.

Mais loin d'être suffisante, cette décision est surtout le signe que la Loi de programmation militaire (LPM), telle qu'elle a été votée, ne répond pas aux défis auxquels la France est confrontée et que sa révision devient une urgence.

Enfin, le Parti Radical rappelle l’adente et urgente nécessité d'aboutir à un partage équilibré des efforts de défense entre les États membres de l'Union européenne, notamment pour le financement des opérations extérieures.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Communiqué sur l’accord de crédits supplémentaires à la Défense nationale

Le, 29 avril 2015

Jean-Marie Bockel salue la décision de François Hollande d'accorder ces crédits supplémentaires à la Défense nationale. Cela permet à la France de conserver son rang de puissance militaire mondiale et son rôle déterminant dans la lutte contre les grandes menaces : le terrorisme, les effondrements d’États en développement, les guerres civiles, notamment.

Cependant, cette décision positive n'est qu'un maintien provisoire et in extremis de moyens militaires dignes de ce nom. À court terme, il faut sanctuariser le budget de la Défense au niveau qui correspond aux ambitions de la Défense française. À moyen terme, il faudra lancer sérieusement le chantier d'une authentique armée européenne.

Jean-Marie BOCKEL
Sénateur du Haut-Rhin

Augmentation du chômage : le Parti Radical appelle à une réaction immédiate du Gouvernement !

Le, 27 avril 2015

Alors que l'INSEE vient de publier les chiffres du chômage pour le mois de mars, le Parti Radical se montre une nouvelle fois très inquiet face à une hausse ininterrompue depuis 2012. Loin, très loin, des promesses électorales, la politique économique menée par le Président de la République se révèle inefficace et illisible sur le long terme. Il est également regrettable que les défaites historiques du Parti socialiste aux municipales puis aux départementales n'aient pas incité le Gouvernement à proposer un véritable plan d'insertion professionnelle pour les jeunes dans son projet de loi pour le dialogue social et l'emploi.

Le Parti Radical, qui dénonce la gravité de la situation sans relâche, ne cesse ainsi d'insister sur la nécessité de mettre en œuvre un plan de relance fidèle aux valeurs républicaines que nous défendons et qui soit articulé autour de 3 priorités :

  • Allongement du temps de travail et réforme du financement de la sécurité sociale (TVA sociale...)
  • Investissement massif en faveur des formations en alternance
  • Investissement massif dans les besoins sociaux de proximité : logement, soutien aux mères isolées, dotations aux collectivités, etc.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Centenaire du génocide arménien : le Parti Radical rend hommage aux victimes et à leurs familles

Le, 24 avril 2015

Il y a tout juste 100 ans démarraient en Turquie, sous l'Empire ottoman, les interpellations qui marqueront le massacre et l'exode de un million et demi d'Arméniens. Ce crime collectif, d'une ampleur telle qu'on peut le qualifier de génocide, sera aussi le début d'un exil planétaire qui conduira la France à ouvrir ses bras et à accueillir plus de 450 000 victimes de cette tragédie.

A l'occasion des cérémonies qui ont lieu aujourd'hui en Arménie, le Parti Radical souhaite partager le chagrin de l'ensemble des nos compatriotes d'origine arménienne et rendre un hommage tout particulier à l'ensemble des victimes de ces massacres.

Laurent HÉNART,
Président du Parti radical

Projet de loi sur le dialogue social et l'emploi : le Parti Radical regrette le manque d'ambition pour l'emploi des jeunes

Le, 23 avril 2015

Présenté ce mercredi en Conseil des ministres, le projet de loi pour le dialogue social et l'emploi, loin des ambitions affichées, comporte des avancées intéressantes à destination des PME. En revanche, le Parti Radical s'inquiète fortement de l'absence d'un véritable plan d'insertion professionnelle pour les jeunes de la part du Gouvernement.

Au-lieu de cela, ce dernier se contentera uniquement de verser, sans contrepartie, une prime mensuelle aux jeunes de 18 à 25 ans. Il poursuit ainsi la communication démagogique du Président de la République qui essaie de regagner, à coups d'apparitions médiatiques ciblées, cet électorat à quelques mois des élections régionales.

Le Parti Radical regrette également que ceux qui ont le plus besoin d'être aidés, les étudiants salariés et les apprentis, soient complètement oubliés dans ce texte. Il rappelle enfin que l'apprentissage reste l'une des meilleures voies pour l'insertion professionnelle des jeunes et que le recul constaté dans ce domaine depuis 2012 est très inquiétant. Face à cette situation, le Parti Radical demande une réaction urgente et, plus particulièrement, de :

  • généraliser l’apprentissage dans le système scolaire,
  • réactiver les mesures « Borloo » figurant dans le Plan de cohésion sociale de 2005,
  • développer massivement l’apprentissage dans le secteur public qui se doit d’être exemplaire dans ce domaine.
 
Laurent HÉNART,
Président du Parti radical

Cantines scolaires : le Parti Radical dénonce des polémiques politiciennes et démagogiques

Le,15 avril 2015

Après les récentes polémiques sur ce sujet, le Parti Radical souhaite apporter son soutien à tous les maires ne voulant pas supprimer les repas de substitution dans les cantines scolaires.

Offrir à un élève le choix d'un second repas, aussi bien pour des raisons confessionnelles que privées, n'a jamais conduit les écoles publiques à proposer des repas dits « communautaires » de type casher ou hallal.

Malheureusement, jouant avec les peurs et déformant le sens profond de la laïcité, certains souhaitent récupérer cette polémique à des fins purement politiques et démagogiques. Loin d'apporter une solution durable, ces postures ne font qu’envenimer la situation du religieux dans la cité avec une détérioration du « bien-vivre ensemble ».

Enfin, chacun peut constater que la pratique des communes dans ce domaine, et ce depuis de très nombreuses années, n'a jamais porté atteinte à notre laïcité. Dès lors, pour le Parti Radical, il est temps de cesser de jouer le jeu des extrêmes qui sont les seuls à profiter des amalgames créés.

Communiqué de Jean-Luc CADEDDU,
Secrétaire national du Parti Radical en charge de la laïcité et des droits de l'homme

Réforme du collège : le Parti Radical dénonce un nivellement par le bas

Le, 15 avril 2015


Présentée par Najat VALLAUD-BELKACEM le 11 mars dernier, la réforme du collège vient d'être validée par la communauté éducative pour entrer en vigueur à la rentrée 2016. Le Parti Radical souhaite à cette occasion dénoncer la présentation démagogique dont celle-ci à fait l'objet et le nivellement par le bas qui a servi de justification pour son élaboration.

Alors même que l'école publique doit retrouver sa vocation d'ascenseur social, la ministre décide de supprimer tous les dispositifs conduisant à des classes qu'elle appelle « d'élite ». Cela est d'autant plus regrettable que parmi ceux-ci figurent les « classes européennes » qui sont le plus beau symbole pour nos enfants à l'heure où le nationalisme fait dangereusement son retour dans notre pays.

Pour les radicaux, l'avenir de la France passe par une Europe forte et nous n'avons d'autre choix que d'aller vers une intégration plus poussée face à une mondialisation qui avance à grand pas. Dans ce contexte, nous ne pouvons que nous indigner de ce gigantesque recul en arrière avec un arrière-goût de lutte des classes. Ce constat est d'autant plus désagréable que l'échec du gouvernement socialiste dans tous les autres domaines aurait pu le conduire, au moins, à investir massivement dans l'avenir de nos enfants. Malheureusement, il n'en est rien.

Communiqué de Gilles CRASPAY,
Secrétaire national du Parti Radical en charge de l'éducation, l'enseignement supérieur et de la recherche

Départementales 2015‬ : le Parti Radical appelle à faire barrage au Front national « partout » !

Le, 23 mars 2015


Alors que des personnalités centristes expriment aujourd'hui des positions confuses, Laurent HENART, président du Parti Radical, souhaite rappeler solennellement la position, qui n'a pas varié depuis plus de 30 ans, de sa famille politique  : faire partout et sans relâche barrage à l'extrême droite.

Ainsi, il appelle tous les Français à livrer, au 2nd tour des élections départementales, un combat résolu face au Front national. Cet appel s'adresse notamment à tous les candidats radicaux qualifiés ou bien, en cas d'élimination, à tous les candidats défendant les mêmes valeurs républicaines et auxquels le Parti Radical apporte son soutien sans réserve. Plus que jamais, "Pas 1 voix, pas 1 siège pour le Front national" reste la ligne officielle du Parti Radical !  

 

Laurent HENART,
Président du parti Radical

Départementales 2015‬ : Le ‪Parti Radical‬ en appelle à la mobilisation au second tour

Le, 22 mars 2015

Ce soir, le Parti Radical se réjouit que le premier tour de l'élection place l'opposition républicaine en tête des suffrages, faisant du centre et de la droite la première force politique du pays.

Ces scores encourageants, doivent nous conduire à poursuivre l'effort au second tour pour reconquérir nos territoires et préparer l'alternance.

Enfin, si nous ne pouvons conduire le second tour face au Front national dimanche prochain, nous appelons à voter en faveur du candidat proche de nos valeurs pour faire barrage au Front national.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Sécurité routière : Il est urgent d’agir !

Le, 19 mars 2015

Le nombre de morts sur nos routes a encore augmenté au mois de février.

Selon les chiffres dévoilés par l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 240 personnes ont perdu la vie, soit 6,7% de plus qu’en février 2014.

En 2014, le nombre de morts sur les routes a augmenté après 12 années consécutives de baisse ou de stagnation.

Ces chiffres ne peuvent nous laisser indifférents.

Parmi les préconisations du Conseil National de la Sécurité Routière et de la ligue contre la violence routière figuraient la suppression de tous les avertisseurs de radar, et, l'interdiction de toute utilisation du téléphone au volant.

A l’aune des derniers chiffres de la mortalité routière il serait bon que le Ministère de l’Intérieur réexamine ces propositions…

 
Pascal BLANC,
Secrétaire national du Parti Radical chargé de l’écologie, des transports, de l’énergie, de l’eau

Attentat de Tunis : le Parti Radical exprime sa totale solidarité avec le peuple tunisien et les familles des victimes

Le, 18 mars 2014

Alors que le Gouvernement tunisien vient d'annoncer la fin de l'attaque terroriste au musée du Bardo à Tunis, le Parti Radical souhaite exprimer sa totale solidarité avec le peuple tunisien et les familles des 22 victimes, dont 20 touristes.
 
Pays en pleine transition démocratique, nous ne doutons pas que la Tunisie saura surmonter avec courage cette douloureuse épreuve. Ces faits dramatiques, à l'image de ceux survenus en France, au Danemark ainsi que dans plusieurs pays africains, démontrent à quel point le combat contre le terrorisme et le fondamentalisme islamique est un enjeu mondial. Face à cette situation, la France doit jouer un rôle de premier plan et agir avec la plus la plus grande fermeté.
 
Ainsi, dans la continuité des mesures prises depuis le mois de janvier, le Parti Radical souhaite notamment que soit adopté le plus rapidement possible le projet de loi sur le renseignement qui doit être présenté demain en Conseil des ministres.
 
Laurent HÉNART,
Président du Parti radical

Attaques contre les ‪travailleurs indépendants‬ et les ‪‎professions libérales‬ : le ‪‎Parti Radical‬ demande un cessez-le-feu

Le, 17 mars 2015

Depuis plusieurs mois maintenant, les travailleurs indépendants et les professions libérales font face à des attaques sans précédent : le projet de loi Macron a ouvert le feu avec les professions juridiques, le projet de loi Touraine a poursuivi avec les professions de santé, puis ce fut au tour du scandale du Régime social des indépendants avant le dénigrément des auto-entrepreneurs par l'ancien Président de la République.

Face à la gravité de cette situation, le Parti Radical appelle à un cessez-le-feu immédiat. Pour ses responsables, il est temps d'en finir avec ces postures idéologiques à la veille des échéances électorales même si « elles font peur » à certains. Pour le Parti Radical, la France est riche de toutes ses forces vives et les travailleurs indépendants et libéraux y ont toute leur place. Cessons de les attaquer !

 

Nathalie DELATTRE
Secrétaire Générale

Grève des professionnels de santé libéraux : le Parti Radical regrette les provocations du Gouvernement

Le, 13 mars 2015

Alors que les professionnels de santé libéraux vont manifester une nouvelle fois ce dimanche contre le projet de loi « La loi de santé » de Marisol TOURAINE, le Parti Radical rappelle sont attachement à un système de santé basé sur la coexistence d’un secteur public et d’un secteur privé qui, ensemble, assurent l'accès à des soins de qualité grâce à la solidarité nationale.

Le Parti Radical insiste également sur le fait que, contrairement aux affirmations de la ministre de la santé, la question de l'accessibilité aux soins ne saurait se limiter à la généralisation du tiers-payant. Loin de constituer un progrès, celle-ci aboutit uniquement à une étatisation de la santé qui ne réglera nullement les vrais problèmes auxquels nous devons faire face : inégalités territoriales entre les zones urbaines et les zones rurales, délais d’obtention de rendez-vous pour des consultations spécialisées ou examens complémentaires nécessitants des plateaux techniques ou équipements lourds (Table de coronarographie, IRM…), etc.

Enfin, le Parti Radical dénonce la volonté du Gouvernement qui, pour des raisons purement dogmatiques et idéologiques, a créé les conditions pour mettre en péril l'existence même de la médecine libérale et de l’hospitalisation privée en France : exclusion des établissements de santé privés des missions de service public ou bien la création d’un « Service Territorial de Santé au Public (STSP) » où la place des médecins libéraux est ignorée…

 

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Energies pour l'Afrique : le Parti Radical salue l'initiative de Jean-Louis BORLOO

Le, 3 mars 2015

Le Parti Radical défend, depuis plus d’un siècle, les idées d'une république universelle et d'une coopération entre les continents. Dans ces temps où la barbarie s'accapare l'actualité, les initiatives en faveur d'un développement partagé telles qu’Energies pour l’Afrique doivent être non seulement soutenues, mais aussi accompagnées et relayées.

Nous sommes très heureux de voir Jean-Louis BORLOO reprendre un engagement public qui lui est cher, et en faveur d'une cause, l'électrification de l'Afrique, qu'il défend depuis des années et qu'il concrétise aujourd'hui avec le lancement de sa Fondation. Son énergie et sa capacité à mobiliser l'ensemble des acteurs de tous bords autour d'un projet d'intérêt général sont un formidable exemple pour nous tous. 

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Loi Macron : le Parti Radical dénonce le passage en force d'un Gouvernement sans majorité

Le, 17 février 2015

Alors que le Premier ministre a décidé de recourir à l'article 49-3 de la Constitution pour faire adopter, sans vote de l'Assemblée nationale, le projet de loi « Croissance et activité » dite loi Macron, le Parti Radical dénonce le passage de force et l'amateurisme du Gouvernement. Il constate surtout que l'unité nationale, si souvent évoquée par l'exécutif ces derniers temps, n'aura pas sauvé l'union des socialistes dont les antagonismes idéologiques ont repris le dessus. L'utilisation de l'article 49-3, souvent qualifié « d'arme nucléaire » est surtout la preuve cruelle de l'absence d'un cap économique clair alors que la France s'enfonce dans la crise et que le nombre de chômeurs ne cesse d'augmenter.

 

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Assassinats terroristes, crimes antisémites et tentations des extrêmes : le Parti Radical appelle à une réaction européenne à la hauteur

Le, 16 février 2015

Après les crimes dramatiques survenus ces dernières 48 heures, que ce soit l'attaque d'un centre culturel et d'une synagogue à Copenhague, l’assassinat de coptes égyptiens ou la profanation du cimetière juif de Sarre-Union en France, le Parti Radical appelle l'ensemble des gouvernements européens à apporter une réponse à la hauteur des enjeux.

Alors que ce sont nos libertés fondamentales et notre humanisme laïc qui sont menacés, l'ensemble des européens doit se montrer très ferme face aux réseaux terroristes islamistes qui ont déclaré une guerre mondiale, dont les juifs sont souvent les premières victimes, et qui offrent un terreau favorable aux partis extrêmes.

Face à cette situation, le Parti Radical demande la tenue d'un Conseil européen exceptionnel montrant notre fermeté à défendre l'humanisme européen tout en rappelant que chacun à sa place en Europe et ce, quelle que soit son origine ou sa religion.

 

Laurent HENART,
Président du Parti radical

Croissance 2014 : la France est encore loin du compte

Le, 13 février 2015

 

L'INSEE vient de publier les chiffres de la croissance pour le 4ème trimestre 2014 en indiquant que la croissance sur l'ensemble de l'année est de 0,4 %. Alors qu'au même moment, l'Allemagne annonce un chiffre de 1,6 %, le Parti Radical déplore une nouvelle fois l'absence de mesures structurelles visant à faciliter le développement de nos entreprises, notamment les PME. La baisse de la production ainsi que de l'investissement dans le domaine de la construction est un autre indicateur inquiétant pour l'année à venir.

Face à cette réalité, le Parti Radical rappelle que, depuis l'élection de François Hollande, la France a des taux de croissance historiquement bas. En conséquence, loin des artifices du projet de loi « Macron », il est urgent d’insister une nouvelle fois sur la nécessité de mettre en œuvre un plan de relance fidèle aux valeurs républicaines que nous défendons et qui soit articulé autour de 3 priorités :

• Allongement du temps de travail et réforme du financement de la sécurité sociale (TVA sociale...)

• Investissement massif en faveur des formations en alternance

• Investissement massif dans les besoins sociaux de proximité : logement, soutien aux mères isolées, dotations aux collectivités, etc.

 

Laurent HÉNART,
Président du Parti radical.

Sécurité routière : Un plan en demi-teinte

Le, 13 février 2015

En France le nombre de morts sur les routes a augmenté en 2014 après 12 années consécutives de baisse ou de stagnation.

Fin 2014, le Ministre de l’Intérieur avait annoncé la mise en place d’un plan très offensif pour atteindre l’objectif de 2 000 morts en 2020 (contre 3 388 en 2014).

Ce plan présenté le 26 janvier comporte 26 mesures dont 2 surtout ont été reprises par la presse : l’abaissement du taux d’alcoolémie de 0,5 g à 0,2 g par litre de sang pour les conducteurs novices et l’interdiction de porter écouteurs et oreillettes.

Il ne semble guère satisfaire les associations en charge de la sécurité routière qui lui reprochent d’être un catalogue à la Prévert,  sans aucune hiérarchisation des actions.

En effet, n’y figure pas l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km / h sur les routes départementales dont le Conseil National de la Sécurité Routière (CNSR) avait fait sa priorité.

Il ne satisfait pas non plus la ligue contre la violence routière qui aurait souhaité la suppression de tous les avertisseurs de radar et l’interdiction de toute pratique du téléphone au volant.

Alors un plan pour rien ?

Non. Toute mesure, même mineure, qui peut permettre d’épargner une vie est bonne en soi.

Mais on aurait aimé davantage d’ambition et de courage politique. La sécurité routière ne souffre pas de demi- mesures.

 

Pascal BLANC
Secrétaire national en charge de l’écologie, des transports, de l’énergie, et de l’eau

Tirs de kalachnikovs à la Castellane : Arlette FRUCTUS interpelle le Premier Ministre « Il faut désarmer nos cités »

Le, 9 février 2015

Tout le travail de rénovation urbaine et de la politique de la ville ne peut rien sans une action publique majeure et déterminante pour assurer la sécurité des habitants ! Les Zones de Sécurité Prioritaire nécessitent la mise en place de moyens et de dispositifs à la hauteur du mal qui ronge nos quartiers. Le 1er Ministre à Marseille aujourd'hui pourra difficilement se contenter de dresser un bilan "positif" des actions engagées par le gouvernement. Le Pacte de Cohésion et de Sécurité pour Marseille montre ici ses limites.

 

On attend plus, plus vite et plus fort. Il faut désarmer nos cités !

 

Arlette FRUCTUS,
1ère Vice-Présidente du Parti Radical, Présidente de l'UDI 13, et adjointe au maire de Marseille

Chute des entrées en apprentissage : l’échec du Gouvernement appelle des mesures d’urgence

Le 4 février 2015

Après l’augmentation historique du nombre de demandeurs d’emplois, après l’effondrement du secteur du logement, c’est au tour des entrées en apprentissage de poursuivre leur baisse après celle constatée en 2013. Pour le Parti radical, il s’agit là d’un signe supplémentaire de l’échec du Gouvernement en matière économique et sociale mais aussi et surtout d’une très mauvaise nouvelle pour notre jeunesse dont l’insertion professionnelle devient de plus en plus difficile.

 

Afin de remédier à cette grave situation, le Parti Radical demande instamment :

 

  • ·      La généralisation de l’apprentissage dans le système scolaire.
  • ·      Le retour des mesures « Borloo » figurant dans le Plan de cohésion sociale de 2005.
  • ·      Le développement massif de l’apprentissage dans le secteur public qui se doit d’être exemplaire dans ce domaine.
Laurent Hénart,
Président du Parti Radical

Législative partielle dans le Doubs : ni confusion, ni hésitation

Le 3 février 2015

Dimanche prochain, les électeurs de la 4ème circonscription du Doubs devront choisir leur nouveau député. Face aux confusions suscitées par les uns et aux hésitations affichées par les autres,  le Parti Radical appelle à voter pour Frédéric BARBIER, candidat du Parti Socialiste. Les radicaux rejettent ainsi toutes les postures consistant à faire croire qu’il est possible de faire barrage sans le demander ou de s’opposer fermement sans l’exprimer. Ils condamnent surtout ce silence dicté par des considérations uniquement électorales et qui conduisent à la banalisation du Front national.

Laurent Hénart,
Président du Parti Radical

Le Parti Radical apporte son soutien aux recommandations de l’Observatoire de la Laïcité

Le 15 janvier 2015

Dans son avis du 14 janvier 2015, l’Observatoire de la Laïcité recommande la mise en place de 11 mesures qui ont pour objet de renforcer la cohésion nationale. Le Parti Radical, fervent défenseur de la laïcité depuis la loi de 1905, apporte son soutien à l’ensemble de celles-ci en insistant sur le fait qu’elles sont absolument nécessaires au renforcement de notre démocratie et au respect du savoir vivre ensemble. Le Parti Radical tient également à rappeler qu’avec le rapport Rossinot sur la laïcité dans les services publics, remis au ministre de l’Intérieur en 2006 (disponible sur www.grandesvilles.org), il a été le premier parti politique à apporter des solutions dans ce domaine. Le Parti Radical a également été à l’origine du rapport « La laïcité, une espérance du 21ème siècle » élaboré par Jean-Luc CADEDDU et Hanifa CHERIFI et rendu public par Jean-Louis BORLOO dès 2008. En voici les principales recommandations (disponibles sur le site www.partiradical.net, rubrique « Le Parti / Documents à télécharger ») :

PRINCIPALES RECOMMANDATION DU RAPPORT « CADEDDU / CHERIFI » (PARTI RADICAL, 2008)

1. VERS DES SERVICES PUBLICS EXEMPLAIRES

  • Elaboration d’un Code de la laïcité, afin de rassembler dans un ensemble cohérent les textes relatifs à la laïcité
  • Création d’une « conférence permanente de la vie laïque » ayant pour mission de :
  • Remplacer l’ensemble des structures existantes
  • Elaborer un rapport annuel remis au Président de la République
  • Contrôler l’application des dispositions règlementaires et de veiller au respect de la laïcité dans les lieux publics
  • De proposer aux élus locaux une clarification sur les modalités de financement : subvention aux associations culturelles, recours aux baux emphytéotiques etc.
  • De créer un site web interactif
  • Transcription de la Charte de la laïcité dans les règlements intérieurs de nos administrations

2. LA LAÏCITE, UNE VALEUR A TRANSMETTRE ET A ENSEIGNER

  • Enseigner le « fait laïque » et promouvoir de véritables parcours laïques à l’école (en complément de l’apprentissage du fait religieux)
  • Former les maîtres à la laïcité et les aider à mieux faire face aux difficultés rencontrées sur le terrain
  • Instaurer, sur une base volontaire, un « tutorat » pour l’apprentissage de la laïcité à destination de ceux qui ne partagent pas la même histoire ou la même culture que nous


3. FAIRE VIVRE LA LAÏCITE AU QUOTIDIEN

  • Inscrire la laïcité et les grands principes républicains dans le livret de famille
  • Prévoir, dans le cadre d’un contrat d’accueil et d’intégration, un engagement solennel sur les principes de laïcité, de diversité et de parité
  • Soutien systématique de l’Etat aux manifestations républicaines et laïques locales
  • Elargir le « Label Diversité », qui prévoit des audits de la diversité au sein des entreprises ainsi que des actions de sensibilisation à la question de la laïcité
  • Introduire la laïcité dans les formations dispensées aux jeunes en cours d’insertion professionnelle par l’ANPE et les Missions locales. Replacer la laïcité au cœur des priorités de la politique de la ville

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Jean-Luc CADEDDU
Secrétaire national en charge de la Laïcité et des Droits de l'Homme

Apologie du terrorisme : le Parti Radical soutient la fermeté de Manuel Valls

Le 14 janvier 2015

Avec plus d’une cinquantaine de procédures judiciaires ouvertes à ce jour, le Parti Radical souhaite apporter tout son soutien aux mesures de "fermeté" demandées par la Garde des Sceaux aux Procureurs à travers une circulaire. Comme l’a indiqué le Premier ministre devant l’Assemblée nationale hier, la justice doit être « implacable à l'égard des prédicateurs de la haine » et il ne saurait y avoir ni exception, ni tolérance vis-à-vis de ces individus sous couvert de liberté d’expression. Le Parti Radical salue cette position en rappelant que la République doit, surtout dans ces moments difficiles, être très ferme sur ses valeurs et ne pas montrer la moindre hésitation face à des propos qui prônent la haine, le négationnisme et l’intolérance.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Fin des prises d’otages : le Parti Radical témoigne son soutien aux familles des victimes et salue l’action des forces de l’ordre

Le 9 janvier 2015

La France fait face depuis mercredi à une situation dramatique avec l'attentat contre Charlie Hebdo puis hier celui de Montrouge et enfin celui, délibérément antisémite, de l'Hyper Kasher à Paris aujourd'hui. Le Parti Radical adresse un message de solidarité et de compassion aux familles des victimes, aux blessés civils, ainsi qu'à ceux des forces de l'ordre.

Le Parti Radical salue le professionnalisme et le sang-froid dont ont fait preuve les forces de l'ordre lors de ces événements. Nous ne devons pas oublier qu'avec deux victimes mercredi, ils ont payé un tribut important pour nous protéger.

Face à cette situation, les Français ont réagi avec courage et dignité. Dimanche prochain, à l'occasion d'un immense rassemblement, la réaction de la République pour défendre la liberté, la laïcité et la démocratie sera la meilleure réponse face à tout ceux qui prônent la haine de l'autre et la destruction de notre civilisation. Le Parti Radical a bien sûr convié ses membres et sympathisants à participer en masse à cette événement majeur.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Fusillade à Charlie Hebdo : le Parti Radical horrifié appelle à l'unité nationale

Le 7 janvier 2015

Avec, à ce stade, 11 morts dont 2 policiers, l'attentat qui vient d'avoir lieu dans les locaux de Charlie Hebdo, vient de toucher la France en plein cœur. Les radicaux font part de leur horreur face à cet acte inqualifiable et barbare en étant absolument déterminés à ne pas céder aux terroristes.

Face à cette situation, les Français doivent faire preuve d'une solidarité sans faille pour défendre les valeurs qui sont les nôtres : la liberté d'expression et la laïcité. Ils doivent également, dans un esprit d'union nationale, soutenir la fermeté et l'intransigeance de l’État face au terrorisme.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Attentat contre Charlie Hebdo : réaction de Sylvie Smaniotto, secrétaire nationale en charge de la sécurité

Le 7 janvier 2015

Après l’attaque meurtrière contre Charlie Hebdo Sylvie, Smaniotto secrétaire nationale en charge de la sécurité et le Parti radical présente ses condoléances aux familles des victimes et aux forces de l'ordre.

Ce sont nos valeurs, notre démocratie, notre liberté de penser et d’expression qui sont lâchement attaquées et souillées ! Nous devons attendre tous les éléments de l’enquête et empêcher ces semeurs de haine de diviser notre pays. Nous devons appeler à l’union nationale devant cette horreur absolue.

Sylvie SMANIOTTO
Secrétaire nationale en charge de la Sécurité

Vœux du Président de la République : « Le Parti Radical espère que 2015 sera l’année du courage et non de l’idéologie »

Le, 31 décembre 2014

Quelques semaines après la publication d’un « Agenda des réformes » par Manuel Valls, le Président de la République a essayé une nouvelle fois ce soir de persuader et de se persuader que le Gouvernement réforme.

Or, loin des slogans et de la méthode Coué, la réalité est malheureusement la même année après année : hausse du chômage et des déficits publics accompagnés d’une crise de confiance sans précédent vis-à-vis de nos dirigeants. Et lorsque le Président de la République en appelle au rassemblement, il suffit d’observer le traitement accordé aux professions réglementées, notamment aux médecins, pour constater que c’est la division qui prime.

Dans l’intérêt de la France et de l’Europe, le Parti Radical adresse néanmoins ses vœux de succès au Président de la République, essentiellement sur le plan économique, en espérant qu’il fera réellement preuve de courage plutôt que d’idéologie. Dans le domaine environnemental, le Parti Radical se joint au Président de la République pour formuler le vœu d’un succès de la Conférence sur le climat qui aura lieu à Paris à la fin de l’année 2015.

Enfin, dans un esprit d’unité nationale, le Parti Radical, aux côtés du Président de la République, adresse également un message de fraternité et de soutien à tous nos soldats engagés sur les théâtres d’opérations extérieures ainsi  qu’à leurs familles. En première ligne pour défendre nos valeurs républicaines, nous ne devons jamais oublier le courage dont ils font preuve à chaque instant tout en étant prêts au sacrifice ultime, celui de leur vie.

Laurent HENART
Président du Parti Radical

« Grève des médecins : le Parti radical dénonce le passage en force sur le tiers payant généralisé »

Le, 30 décembre 2014

Alors que la grève des médecins libéraux se poursuit et risque de se durcir, le Parti Radical dénonce l’absence de concertation mais aussi de cohérence de la part du Gouvernement. Cela est d’autant plus inquiétant que les professions réglementées sont devenues une cible permanente de l’exécutif socialiste qui veut en libéraliser certaines d’entre elles avec le projet de loi « Macron » mais en encadrer davantage d’autres, à l’image des médecins libéraux, avec celui pour la santé.
 
Pour le Parti Radical, dans la période de crise que nous vivons, tous les efforts devraient porter sur la création d’emplois et l’amélioration de la situation économique plutôt que sur la déstabilisation de professions organisées et encadrées sur le plan éthique. Cela est particulièrement vrai pour nos médecins, dont la qualité de diagnostic est reconnue dans le monde entier.
 
Le Parti Radical a toujours été prêt à soutenir les mesures visant à améliorer le pouvoir d’achat ou l’accès aux soins de nos concitoyens mais il ne peut cautionner le passage en force de la ministre de la santé sur le tiers payant généralisé.
 
Loin de favoriser l’accès aux soins, le projet de loi santé semble avoir une seule priorité : un contrôle accru des médecins libéraux et une étatisation renforcée du système de santé. Or, le Parti Radical rappelle que c’est la solidarité et la pluralité, notamment à travers la coexistence d’un service public aux côtés d’une médecine libérale qui en ont fait son succès.
 
Pour le Parti Radical, il est donc nécessaire de poursuivre la mise en œuvre de mesures permettant à chaque Français, quelques soient ses revenus, de se doter d’une complémentaire santé mais aussi de poursuivre la réforme de l’Assurance maladie afin de laisser à chacun la liberté dans le choix de son médecin, public ou privé.

Marie-Catherine TALLOT
Secrétaire nationale en charge de la Santé

Rénovation urbaine: Hollande dans les pas de Borloo

Le, 16 Décembre 2014

Le Parti radical se félicite que le Président de la République prenne enfin une initiative en faveur du logement des plus défavorisés en lançant officiellement le Nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU) aujourd’hui lors d’un déplacement dans la région Nord Pas-de-Calais.

Faute d’avoir des idées autonomes et les moyens de ces idées et voulant définitivement refermer la douloureuse parenthèse Duflot, François Hollande va inscrire sa politique du logement dans le prolongement de la politique urbaine imaginée il y a maintenant plus de dix ans par Jean-Louis Borloo.

Le plan de rénovation urbaine imaginé par Jean-Louis Borloo s’était attaqué aux quartiers minés par la paupérisation en oeuvrant tant sur le bâti que sur l’humain, en associant les habitants à l’évolution nécessaire des logements sociaux. « Là où il n’y avait que des barres d’immeubles insalubres et la plus grande précarité, il y a aujourd’hui de petits immeubles où la vie revient », souligne Laurent Hénart, président du Parti radical. « Il y a encore beaucoup de choses à faire. Rien n’avait été fait depuis 2012. Avec ce nouveau plan, le gouvernement Valls tourne définitivement la funeste page Duflot. Que de temps perdu ! »

Le lancement de ce nouveau programme national de rénovation urbaine pourrait transformer François Hollande en Père Noël. D’autant plus que comme avec le bonhomme rouge, ce n’est pas celui qui apporte les cadeaux qui les paie ! Le socialiste préféré des Français, de plus en plus impécunieux, a en effet appelé à la rescousse Action Logement (l’ex- 1% Logement) et a ponctionné les ressources théoriquement consacrés par les entreprises au logement de leurs salariés de pas moins de 5 milliards d’euros pour financer la rénovation des 200 quartiers prioritaires.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Annonces de Manuel Valls : Le Parti radical s'interroge sur un agenda bien tardif

Le, 12 Décembre 2014

Le Parti radical, par la voix de son Président Laurent Hénart, regrette et s'étonne que le Gouvernement décide de proposer un agenda d'actions à seulement 2 ans de l'élection présidentielle et dont on se demande s'il est là pour masquer l'échec du Président de la République ou pour permettre au Premier ministre de garder son poste.

Nommé en mars dernier à Matignon pour donner une nouvelle dynamique à la politique gouvernementale, Manuel Valls n'a pu que constater, comme l'ensemble des Français, l'absence d'un cap clair fixé par le Président de la République. Prenant les choses en main, il a donc décidé de publier aujourd'hui un « agenda des réformes » pour pallier l'absence de programme présidentiel depuis 2012. Et si pour le Parti radical, il est heureux qu'on rappelle la place des entreprises dans notre pays, l'importance du dialogue social, la priorité à l'éducation et au logement ou encore la transition énergétique, nous attendons toutefois des mesures financées et suivies de résultats concrets. A titre d'exemple, lorsque les radicaux étaient au Gouvernement, leur action a permis une baisse du chômage historique avec le Plan de Cohésion sociale de 2005 ou la première révolution écologique avec le Grenelle de l'Environnement de 2007.

Ainsi, alors que Manuel Valls appelle à retrouver « la confiance », le Parti radical lui répond qu'il est déjà trop tard. Après presque trois ans d'augmentation du chômage et de hausse du déficit public, le seul résultat tangible obtenu par le Président de la République est celui d'avoir permis au Front national d'espérer la victoire au 2nd tour de l'élection présidentielle. Dès lors, il est urgent qu'une nouvelle voie, républicaine, sociale et européenne soit proposée à nos concitoyens et c'est exactement ce que proposeront le Parti radical et l'UDI à l'occasion de toutes les échéances électorales à venir.

 

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Le Parti radical dénonce l'attentat barbare de Kaboul

Le, 11 Décembre 2014

Le Parti radical, par la voix de son président, Laurent HENART, dénonce avec la grande plus force l'attentat qui vient d'être perpétré au Centre culturel français de Kaboul et apporte tout son soutien aux familles des victimes.


En attaquant cet emblème de la République française, la semaine où l'on célèbre dans notre pays la laïcité et la tolérance, les fanatiques religieux veulent une fois de plus plonger l'Afghanistan dans le chaos. Or, toute l'histoire de l'humanité nous a enseigné que la barbarie est une impasse et que ce sont toujours les innocents qui payent le plus lourd tribut.

Face à cette situation, la France et son Gouvernement doivent plus que jamais être aux côtés du peuple afghan et de ses dirigeants. Les efforts entamés par les nombreux pays amis de l’Afghanistan pour sa pacification et l'éradication de l’extrémisme doivent être poursuivis et soutenus par tous ceux qui croient qu'une autre alternative que le terrorisme est possible.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

Interdiction des crèches de Noël au sein des services publics

Le, 4 novembre 2014
 
Interdiction des crèches de Noël au sein des services publics : le Parti radical soutient la décision du Tribunal administratif de Nantes
 
" Le Parti radical soutient l'interdiction prononcée cette semaine par le Tribunal administratif de Nantes à l'égard du Conseil général de Vendée pour l'installation d'une crèche de Noël dans le hall d'accueil du public et réaffirme l'importance de la séparation de l’Église et de l’État.
 

Chaque année, dès le début du mois de décembre, les crèches de Noël, comme les marchés de Noël, font partie de notre quotidien. Souhaitant s'inscrire dans cette tradition, le Conseil général de Vendée, à l'initiative de son ancien président, Philippe de VILLIERS, avait pris pour habitude d'installer, à l’intérieur du hall d’accueil destiné au public, une crèche de la nativité que parents et enfants aimaient découvrir.

Néanmoins, et malgré le sentiment de sévérité que cela peut créer, il est important de rappeler que le Tribunal administratif de Nantes n'a fait qu'appliquer la loi sur les signes ostensibles dans les lieux publics et plus largement les principes de séparation de l’Église et de l'Etat. Les magistrats n'ont ainsi pas eu pour objectif de s'opposer aux traditions qui nous sont chères mais bien de rappeler la séparation qui doit exister entre la nécessaire neutralité du service public et les symboles religieux particulièrement évocateurs et ce, quelque soit la religion concernée.

En conséquence, il est important de respecter la décision rendue par la justice et espérer simplement que la crèche pourra être déplacée dans un endroit privé de la ville."

Jean-Luc CADEDDU,
Secrétaire national en charge de la laïcité et des droits de l’homme

Baisse des dotations aux collectivités : Le Parti Radical dénonce des conséquences désastreuses

Le, 24 novembre 2014


Baisse des dotations aux collectivités : Le Parti Radical dénonce des conséquences désastreuses
 
En cette veille du 97ème congrès des Maires de France, le Parti Radical attire une fois de plus  l’attention sur les conséquences désastreuses provoquées par la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités territoriales.
 
Malgré les protestations grandissantes dans nos territoires, le Gouvernement reste sourd à l’inquiétude des élus locaux qui craignent l’impasse budgétaire pour leurs collectivités. Un récent rapport sénatorial prévoit même que 50% des villes de plus de 10 000 habitants seront en situation d’insolvabilité à l’horizon 2018.
 
Si les collectivités sont prêtes à prendre toute leur part dans l'effort d'économie de la nation, elles n'ont pas à supporter le financement des transferts de charges sans contrepartie de l'Etat, Le Gouvernement sait pertinemment que toute augmentation des impôts locaux serait insupportable au regard de la pression fiscale d'ores et déjà subie par le contribuable.
 
Un effort insoutenable est ainsi demandé aux collectivités territoriales, les contraignant à faire des choix douloureux et à amputer certains services rendus au public, impactant directement l’emploi local, alors même que ces collectivités représentent 70% des investissements publics.
 
Face à cette situation, nous demandons une fois de plus au Gouvernement d’accorder un moratoire sur  la baisse drastique des dotations aux collectivités territoriales.
 
Laurent HENART,
Président du Parti Radical
 
John HUET
Secrétaire National à la fonction publique, finances et budget

Agression antisémite d'un jeune couple à Créteil

Le, 4 décembre 2014

"J'ai été bouleversée en apprenant les actes odieux de violences graves et de viol perpétrés à Créteil lundi envers un jeune couple. Mes premières pensées vont vers les victimes ainsi que leur famille et leurs proches.

 Je veux également exprimer ma solidarité à l'ensemble de la communauté juive de France et particulièrement la communauté juive de Créteil devant ces actes antisémites abjects qui touchent l'ensemble de notre communauté nationale

Ces faits doivent être dénoncés et réprimés de la manière la plus sévère à chaque fois et au plus haut niveau de notre pays afin que plus jamais nous n'ayons à les subir!"

Le Parti Radical rappelle que le respect de l’autre impose la tolérance mutuelle et qu'il manifestera son entière solidarité par des actions engagées en faveur du droit et de la justice!

Sylvie SMANIOTTO
Secrétaire nationale en charge des questions de sécurité au Parti Radical

Attentat à Jérusalem

Le, 18 Novembre 2014

La contamination des exactions atroces commises par Daech et Al-qaïda s’étend maintenant à certains extrémistes palestiniens.

La réprobation unanime face à de tels actes ne suffit plus. C’est à l’ensemble du monde civilisé que s’adressent ces horreurs et c’est l’ensemble du monde civilisé qui doit se sentir plus que jamais concerné et agir ensemble tant sur les causes que sur les conséquences de cette folie meurtrière.

Le parcours fanatique du jeune Français Maxime Hauchard pourtant issu d’une famille sans problèmes montre l’ampleur de la tâche, en France, et dans le monde.

 

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

« Résultat des élections UDI : L’heure est au rassemblement et à l’unité»

Le, 13 Novembre 2014

Ce soir le Parti Radical salue la victoire de Jean-Christophe Lagarde élu avec 53,49 % des voix qui a su rassembler une majorité des militants UDI autour d’une ligne politique claire défendant les priorités radicales et s'inspirant des idées d'Yves Jégo.

L’heure est désormais au rassemblement et à l’unité de notre famille politique dans l’estime et l’amitié. Pour tous ceux qui ont participé à l’élection, candidats comme militants, les intérêts de la maison commune UDI doivent aujourd’hui prévaloir.

Première force militante de l’UDI le Parti Radical s'engagera pour son unité et défendra l’esprit que Jean-Louis Borloo a voulu insuffler à notre fédération: bâtir une formation nouvelle, humaniste, progressiste et européenne qui soit une alternative au PS et à l’UMP et une troisième voix républicaine pour faire barrage au front national.

Les Radicaux entendent tenir un rôle de premier plan dans la construction et l’animation de l’UDI et s’impliquer pleinement dans les échéances électorales à venir en 2015 et 2017.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical

"Mi-mandat: François Hollande préside à vue"

Le, 6 Novembre 2014

Concret! Clarté! Perspicacité! Voilà ce qu’attendaient ce soir les Français de leur Président.

Face aux questions qui ont mis en avant des problèmes concrets et profonds, le Président de la République a répondu par de beaux objectifs et quelques mesures à la marge.

Depuis deux ans et demi François Hollande préside à vue, choisissant d’ignorer les signaux que lui envoient les Français, l’Europe, mais aussi sa propre majorité.

Après avoir crée les contrats de génération, le Président nous ressort les contrats aidés. Et le choc de simplification n’est autre que complexification pour les entreprises Françaises, nous empêchant de retrouver la compétitivité nécessaire à la création d’emploi.

La trajectoire est incompréhensible, déconnectée des attentes des Français, bien loin des réformes structurelles si nécessaires et urgentes pour notre pays.

Il faut beaucoup plus d'ambitions pour sortir la France de la crise sociale et économique dans laquelle nous sommes.

Le Parti Radical ne cessera de rappeler qu’il est indispensable d’engager d’une part un plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage, d’autre part un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités locales, et de relancer le secteur des services à la personne.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Réaction de Laurent Hénart suite à l’intervention de François Hollande face aux Français "Mi-mandat: François Hollande préside à vue"

Le, 6 Novembre 2014

Concret! Clarté! Perspicacité! Voilà ce qu’attendaient ce soir les Français de leur Président.


Face aux questions qui ont mis en avant des problèmes concrets et profonds, le Président de la République a répondu par de beaux objectifs et quelques mesures à la marge.

Depuis deux ans et demi François Hollande préside à vue, choisissant d’ignorer les signaux que lui envoient les Français, l’Europe, mais aussi sa propre majorité.

Après avoir crée les contrats de génération, le Président nous ressort les contrats aidés. Et le choc de simplification n’est autre que complexification pour les entreprises Françaises, nous empêchant de retrouver la compétitivité nécessaire à la création d’emploi.

La trajectoire est incompréhensible, déconnectée des attentes des Français, bien loin des réformes structurelles si nécessaires et urgentes pour notre pays.

Il faut beaucoup plus d'ambitions pour sortir la France de la crise sociale et économique dans laquelle nous sommes.

Le Parti Radical ne cessera de rappeler qu’il est indispensable d’engager d’une part un plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage, d’autre part un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités locales, et de relancer le secteur des services à la personne.

Laurent Hénart,
Président du Parti Radical
« Bilan du mi-mandat Hollande : la République en danger! »

Le, 5 Novembre 2014

Un mandat pour rien … aux yeux de Bruxelles : malgré les 50 milliards d’impôts supplémentaires, le déficit public français est quasiment au niveau de 2012, estimé par la commission européenne à 4,5% en 2015 puis à 4,7% en 2016, soit très loin des 3% promis par François Hollande en 2013 et en 2015.


Un mandat pour rien …. aux yeux des Français, qui voient leur vie se dégrader au quotidien: écrasés par le poids des impôts, les Français subissent le chômage qui ne cesse d’augmenter. A l’exception du mariage pour tous, aucune des promesses de François Hollande de 2012 n’est tenue, qu’il s’agisse de la croissance économique, de l’emploi, ou encore des dotations aux collectivités locales.

Aujourd’hui, de par les divisions internes au PS, le Gouvernement n’a plus l’assise politique pour engager la mutation nécessaire de notre pays.

Pour que cette Bérézina sociale n’emporte pas notre République en nourrissant la colère des Français, notre famille radicale mettra toute son énergie à développer l’UDI afin de créer une force politique nouvelle, humaniste, progressiste, et européenne qui constitue une véritable alternative au PS et à l’UMP.

 Laurent HENART,
Président du Parti Radical
Communiqué de Brigitte MAUROY, Secrétaire nationale en charge de l’autonomie, des handicapés et des personnes âgées

Le, 3 Novembre 2014

La sécurité sociale est une idée généreuse qu'il faut s'attacher à sauver ; elle a été magnifiquement appliquée pendant plus de 30 ans d'expansion économique, mais son système de répartition est difficilement applicable dès lors que notre société ne compte plus suffisamment de salariés, qui sont les seuls à la financer.

Chacun attendait donc du PLFSS 2015 qu'il pose enfin les jalons de réformes structurelles :
- de la protection sociale,
- de la réforme des retraites,
- du financement de la dépendance,
- de la réorganisation de l'hospitalisation publique et de la régulation des dépenses de la médecine de ville,
- de la réorganisation de la sécurité sociale elle-même.

Le gouvernement s'est montré inefficace dans le redressement des comptes sociaux en 2014. Il persévère en ne proposant pour 2015 aucune des réformes structurelles qui permettraient de prendre un véritable tournant économique et social. Ce défaut de réformes structurelles va conduire inéluctablement à éroder la qualité des soins.

Le Parti Radical persévèrera à prôner la nécessité de faire des choix politiques courageux. En explorant par exemple, la possibilité de fiscaliser une partie des cotisations, pour élargir la base de financement.


Brigitte MAUROY,
Secrétaire nationale en charge de l’autonomie, des handicapés et des personnes âgées

Communiqué de Thibault CHENEVIERE, Secrétaire national en charge de la réforme territoriale et des collectivités locales

Le, 3 Novembre 2014

A la suite de l'intervention du Premier Ministre devant le Sénat, le Parti Radical tient à revenir sur les annonces de Manuel Valls sur la réforme territoriale. Malgré des déclarations se voulant rassurantes sur la capacité des territoires à décider de leur avenir, nous sommes au regret de constater que le Premier Ministre ne laisse aucune place au dialogue et à l'évolution du projet de réforme. Pour preuve le peu de cas qu'il a fait des propositions de la commission spéciale du Sénat sur la réforme territoriale.

Cette approche centralisatrice et jacobine ne peut qu'être préjudiciable pour la bonne organisation de nos territoires et donc à la France.

Aujourd'hui, et malgré la bonne volonté des radicaux pour accompagner une nouvelle phase de la politique de décentralisation, force est de constater que la réforme des collectivités locales se limite à la baisse des dotations aux collectivités locales.

Une nouvelle fois, nous appelons le gouvernement à saisir l'opportunité de la discussion qui se déroule actuellement au Sénat pour amender son texte et, comme l'a déclaré Manuel Valls au Sénat, faire en sorte que "la carte administrative tienne compte des spécificités locales".


Thibault CHENEVIERE,
Secrétaire national en charge de la réforme territoriale et des collectivités locales

Communiqué Patricia LALONDE, Secrétaire nationale aux affaires étrangères et européennes et aux Français de l’étranger

Le, 28 Octobre 2014

Pour la première fois dans l'histoire de la Tunisie indépendante, des élections pluralistes, engageant dans la course un nombre considérable de partis politique, ont eu lieu en présence de nombreux observateurs étrangers. Malgré la menace d'attaques terroristes, comme celle qui a eu lieu dans la banlieue de Tunis deux jours avant les élections et un climat tendu, le taux de participation a avoisiné les 60 %.

Les premiers résultats donnent Nidaa Tounes, le parti laïc, dirigé par Béji Caïd Essebssi en avance avec 87 sièges à l'Assemblée (37%) contre 63 sièges pour le parti islamiste Ennahdha de Rached Ghannouchi (29%),et 13 sièges pour le parti de l'homme d'affaire Slim Riahi UPL qui arrive en troisième position avec 13 sièges.

Le Parti Radical se félicite de la détermination du peuple Tunisien, de la société civile et particulièrement des femmes de vouloir poursuivre le processus démocratique, et espère qu'un gouvernement d'union pourra vite être formé, la Tunisie devant servir d'exemple aux pays du "Printemps Arabe".

Patricia LALONDE,
Secrétaire nationale aux affaires étrangères et européennes et aux Français de l’étranger

Le, 28 Octobre 2014

Le tribunal de grande instance de Paris a renvoyé au 6 janvier, à la demande de Rama Yade, l’audience initialement prévue ce jour pour juger de sa requête d’annulation de l’élection à la Présidence du Parti Radical.


Laurent Hénart regrette ce renvoi au 6 janvier. Il souhaitait quant à lui que « cette affaire soit jugée dès aujourd’hui afin de mettre au plus vite un terme à la campagne médiatique entretenue depuis près de six mois autour de cette élection et entachant gravement l’image et l’honneur du Parti Radical ».

Néanmoins, le Parti Radical et son conseil répondent point par point à l’ensemble des allégations formulées par Rama Yade et son conseil. La vérité finira par être rétablie.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Chiffres du chômage : Un Président en plein déni de réalité

Le, 24 octobre 2014
 

Pour Laurent Hénart, les chiffres du chômage publiés ce vendredi viennent sanctionner le déni de réalité dans lequel se trouve le chef de l’Etat depuis le début de son quinquennat.

« Ce gouvernement nous a fait perdre deux ans alors même que notre pays, en pleine crise nécessite des réformes urgentes et puissantes pour restaurer la confiance et relancer la compétitivité.

La 1ère partie du projet de loi de finances votée cette semaine à l’assemblée nationale, est malheureusement dans la continuité de la politique économique que poursuit le gouvernement depuis deux ans : aucune réforme structurelle permettant une gestion plus saine de nos finances, diminution l’an prochain de 3,7 milliards d'euros de la dotation globale de fonctionnement aux collectivités locales, destruction du secteur des services à la personne pourtant vecteur puissant de création d’emplois.

Au résultat, un chômage qui progresse toujours, pas de réponse convaincante pour lutter contre les déficits faisant de la France le mauvais élève pointé du doigt par l’Europe.

En plein débat budgétaire à l'Assemblée nationale, alors que l'état alarmant des finances françaises s'invite au sommet européen, la majorité socialiste se retrouve face à ses contradictions idéologiques, dans l'impossibilité de proposer un arbitrage clair.

Face à ce constat, le Parti Radical rappelle une fois de plus au gouvernement la nécessité d’un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités locales, d’un plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage, ainsi que d’une politique de relance du logement et des services à la personne ».

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Présidence de l’UDI : Décision du bureau national du Parti Radical

Le, 21 Octobre 2014


Le bureau national au terme de larges débats a adopté par 56 voix contre 6 oppositions, 3 abstentions, et 1 n’ayant pas pris part au vote la décision suivante :

« Attaché à la liberté de conscience, le bureau national du Parti Radical prend acte de la liberté individuelle de vote inscrite dans les statuts de l’UDI et des résultats du premier tour de l’élection à la présidence.

Le bureau national salue le beau combat d’Yves Jégo et les idéaux qu’il a portés pour une UDI fédérale et indépendante.

Le bureau national prend acte du soutien d’Yves Jégo à Jean-Christophe Lagarde et s’y associe pleinement. »

Laurent Hénart se réjouit de cette orientation claire du bureau national soulignant l’engagement des Radicaux pour une UDI forte, humaniste et laïque.

Laurent Hénart est particulièrement attaché à l’engagement de Jean-Christophe Lagarde de promouvoir une UDI fédérale reconnaissant le Parti Radical comme un Parti fondateur, première force militante de l’UDI.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Réaction du Parti Radical à la fermeture de l’hôpital du VAL-DE-GRACE

Le, 17 Octobre 2014

Alors que deux tiers des Français estiment que le budget militaire ne doit pas baisser au regard de la situation internationale et malgré les promesses de sanctuarisation prises dans ce sens par le Président de la République, le gouvernement continue de démanteler l’armée et d’en réduire considérablement le potentiel et la voilure.

Le ministre, Monsieur Jean-Louis le DRIAN, sous couvert de restructurations, vient de s’attaquer – une fois de plus – à deux symboles de l’excellence de nos armées : la dissolution du 1er Régiment d’Artillerie de Marine (1er Rama), l’un des plus anciens et des plus décorés, et la fermeture des activités de soins de l’Hôpital d’Instruction des Armées du Val-de-Grâce, véritable ambassadeur du savoir-faire médical et militaire français, tant dans son aspect curatif et scientifique, que dans son approche humaine et altruiste.

Le Parti Radical estime qu’il est certes normal que la Défense participe à l’effort de redressement des comptes de la Nation et à la cure d’austérité pour ramener le déficit budgétaire sous la barre des 3% du P.I.B ; mais il estime aussi qu’il est profondément injuste que les militaires, qui acceptent tous les sacrifices et ne peuvent pas faire grève, soient constamment la variable d’ajustement budgétaire.

Le Parti Radical tient à exprimer sa reconnaissance et à rendre un hommage tout particulier à l’ensemble du service de santé des Armées et à tous ses personnels civils et militaires.

Il constate que l’Hôpital du Val-de-Grâce est certes vieillissant, mais qu’il a moins de 40 ans. Il emploie 900 personnes dont des praticiens internationalement réputés, des infirmières, infirmiers et aides-soignants dévoués, des techniciens performants, et dispose également de 380 lits ainsi que de matériels et appareils très élaborés comme les caissons hyperbares.
Enfin, il est aux normes, plus conformes que la plupart des hôpitaux parisiens et applique scrupuleusement les recommandations financières et budgétaires de la Cour des Comptes.

Le Parti Radical souhaite que l’Hôpital du Val-de-Grâce perpétue sa mission véritable de service public, qu’il poursuive la formation des médecins militaires, le traitement, le rapatriement et le réconfort des militaires blessés et le maintien des réserves de lits et du personnel médical en cas de crise.
Pour qu’il puisse continuer à accueillir, non seulement Présidents, V.I.P, militaires et ayant-droits, mais aussi les civils, qui constituent 80% de ses patients.

Jean-Jacques CURIEL
Président de la Commission Défense et Forces armées 

Communiqué de Grégory BERKOVICZ, Vice-Président du Parti Radical

Le, 17 Octobre 2014

Les Radicaux doivent travailler ensemble à la prise d’une décision commune.

Le second tour de la campagne à la présidence de l’UDI est amorcé depuis ce matin. Si la campagne s’accélère, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation. Un Tweet quelque peu rapide a laissé entendre que je soutenais Hervé Morin.

En tant que Vice-Président du Parti Radical et Président de la fédération du Calvados, ma prise de position en faveur de l’un ou l’autre des candidats, sera rendue publique suite à la décision qui aura été prise lors du bureau politique de notre Parti qui se tiendra mardi prochain. J’invite par cette même occasion l’ensemble des Radicaux à faire preuve de réserve d’ici là.

N’oublions pas que nous représentons la première force politique de l’UDI. Les Radicaux doivent travailler ensemble à la prise d’une décision commune, fondamentale pour l’avenir de notre parti.

Grégory BERKOVICZ,
Vice-Président du Parti Radical
Résultats du 1er tour de l’élection à la Présidence UDI : «J’appelle l’ensemble des candidats à l’esprit de rassemblement»

Le, 16 Octobre 2014

Laurent Hénart, Président du Parti Radical « salue la belle campagne d’Yves JEGO menée avec énergie et conviction, qui a convaincu de nombreux adhérents ».


« J’appelle l’ensemble des candidats à l’esprit de rassemblement pour que la campagne du second tour se déroule dans les meilleures conditions. Ce second tour doit montrer la force de l’UDI et sa capacité à se renouveler pour peser sur la scène politique française. Les Radicaux, qui d’après le communiqué publié ce jour par la CNAT représentent la principale force militante de l’UDI, prendront toute leur place dans le développement et le renouveau de l’UDI.
Le Parti Radical prendra position mardi prochain au Bureau national".

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Les ambiguïtés de François Hollande

Le, 15 Octobre 2014


François Hollande vient de lancer un appel à tous les pays y compris à ceux qui ne sont pas représentés dans la Coalition menée par les Etats Unis pour aider à combattre les islamistes de Daesh, y compris à Kobané.

Mais alors que les Kurdes de la ville de Kobané résistent jusqu'à leur dernier souffle contre l’avancée des troupes lourdement armées de l’Etat Islamique, pourquoi la France ne fait-elle pas pression auprès des autorités Turques afin qu’elles ouvrent un corridor à la frontière Turco/Syrienne et laissent passer les armes, les vivres, les médicaments et les Kurdes de Turquie et d’Irak qui veulent aller défendre la ville ?

Pourquoi, alors que le Ministre des Affaires Etrangères français Laurent Fabius a reçu à Paris récemment son homologue Turc, Ahmet Davutoglu, Laurent Fabius n’a-t-il pas exigé d’Ankara l’ouverture d’un corridor pour sauver Kobané ? Pourquoi s'est-il aligné sur la volonté Turque d'établir une " zone tampon " afin de permettre de former l’opposition "modérée " au régime d’Assad ? Proposition d’ailleurs rejetée par les Etats-Unis.

Le Parti Radical déplore les ambiguïtés des autorités Françaises, qui ne font pas tout ce qu’on pourrait attendre d’elles afin d’éviter le massacre qui est en train de se perpétuer à Kobané, ville symbole de toutes les minorités, et où les femmes Kurdes sont en première ligne dans les combats.

Patricia Lalonde,
Secrétaire nationale en charge des Affaires étrangères et européennes
Evènements de Hong-Kong : Pékin à la croisée des chemins

Le, 14 Octobre 2014
 
A l’heure où les conditions d’un dialogue entre les représentants des manifestations de « Occupy central » et le gouvernement de Hong-Kong pourraient enfin voir le jour, Pékin est à la croisée des chemins :

- Ou, le gouvernement Chinois franchit un cap décisif dans son histoire en acceptant en son sein un territoire avec une presse libre, une justice indépendante et le pluralisme politique. Alors il commence à rejoindre la communauté des états démocratiques et devient le partenaire incontournable des défis du monde libre en ce début de siècle.
- Ou, une fois de plus il se replie sur lui-même et, géant économique, il demeurera un interlocuteur politique avec lequel les rapports économiques obligatoires seront toujours marqués par la méfiance, la suspicion et le rapport de force.

C’est rien moins que l’enjeu des manifestations de Hong-Kong. L’occasion est unique. La Chine la laissera-t-elle encore une fois passer devant elle ?

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Congrès de l’Association des Régions de France: Un congrès pour rien, ou si peu!

Le, 10 Octobre 2014

Manuel Valls a clôturé ce vendredi 10 octobre le Congrès de l’Association des Régions de France (ARF) à Toulouse, par un discours qui n'a pas convaincu. Le Premier Ministre ne s'y est pas trompé reconnaissant lui-même que les applaudissements de la salle étaient chiches.

Si nous approuvons le discours du Premier Ministre en faveur d’un renforcement du lien entre les régions et les entreprises, puisque cela permettrait de créer plus d'emplois et de rendre les aides plus efficaces, nous ne pouvons que déplorer l’absence de mesures concrètes. Il nous faudra donc attendre son discours devant le Sénat le 28 octobre pour enfin, prendre connaissance de la répartition des compétences prévue par le gouvernement entre départements et régions.

Enfin, si l'annonce de la tenue d’une rencontre annuelle réunissant l’ensemble des Présidents de Régions de métropole et d'outre-mer est sympathique, elle est cependant à mille lieux des préoccupations actuelles des collectivités et des Français.

Jean-Luc RIVIERE,
Conseiller Régional - Midi-Pyrénées
Sécurité sociale et économies : «Il faut sauver le soldat Sécu»

Le, 9 Octobre 2014

Il y a urgence à proposer des réformes de fond pour contenir les dépenses de santé et sauver la Sécurité Sociale, dispositif républicain garantissant la démocratie. Il est nécessaire de mettre à jour les gisements d’économies considérables qui existent, sans compromettre la qualité des soins ni l’égalité d’accès au système de santé. Rembourser les dettes de la Sécurité Sociale ne modifiera pas le déficit structurel, qui impose des réformes.


Les 4 branches de la Sécurité Sociale n’ont pas la même problématique :

l'assurance vieillesse a connu un déséquilibre provoqué par l’allongement de la durée de vie en retraite ; il a été pratiquement résolu ; mais le financement de la dépendance nécessitera des fonds supplémentaires.
la branche famille était équilibrée, mais elle s’est vue couper les vivres il y a 5 ans ; cette branche est victime depuis quelques années de la manipulation de ses recettes.
la branche AT-MP (accident du travail-maladie professionnelle) est une spécificité française, en ce qu’elle prend en charge le petit risque, ce qui n'existe pas dans les autres pays européens.
l’assurance maladie est la branche sur laquelle doivent porter les réformes structurelles.

L'assurance-maladie a été plaquée sur un système de santé qui, justement, ne mérite pas de s'appeler système. La Sécurité Sociale est une idée généreuse magnifiquement appliquée pendant plus de 30 ans d'expansion économique. Le système de répartition devient difficilement applicable dès lors que notre société compte 25 % d'actifs. Il faut donc proposer aujourd'hui, pour la préserver, des aménagements permettant de garder au moins le principe d'égalité aux soins.

Le Parti Radical propose :
- de scinder la Sécurité Sociale pour rattacher ses branches à trois ministères, permettant ainsi de créer :
un pôle famille,
un pôle personnes âgées-handicap-dépendance
et un pôle santé (maladie et accident du travail) ;
- de transférer les soins dentaires et optiques aux mutuelles en leur permettant d'identifier le soin ; c'est le seul secteur dans lequel le rôle des acteurs privés dans le financement des dépenses doit s'accroître ;
- de réorganiser les structures d'urgence, en y adossant des maisons de soins chargées de régler les problèmes médico-sociaux qui ne relèvent pas de l'urgence ;
- de poursuivre l'organisation du parcours de soins et de compléter le dossier médical informatisé ;
- d'organiser la santé des jeunes ;
- de réorganiser l'accès aux équipements lourds ;
- de réduire l'inégalité entre les zones urbaines et les zones rurales.
Il faut enfin faire un choix politique courageux et définir :
- qui a droit à l'accès aux soins en France,
- et ce qui justifie ou non un remboursement par la sécurité sociale

Brigitte MAUROY,
Secrétaire Nationale à l’autonomie, au Handicap et aux personnes âgées
Modulation des allocations familiales et financement de la sécurité sociale dans le cadre du PLFSS

Le, 9 Octobre 2014

Les dépenses de protection sociale représentent aujourd'hui 1/3 du PIB de la France. Cependant la croissance atone des dernières années et le vieillissement de la population fragilisent un modèle qui doit être rénové.

Les mesures annoncées - ou envisagées - par le gouvernement dans le cadre du PLFSS 2015 auront un impact économique limité (gains espérés de chaque mesure < 500 M€) mais un impact social fort vis à vis des familles, en particulier de la classe moyenne. Elles se trouvent confrontées de plus en plus à un "effet ciseaux" (hausse de la fiscalité, baisse des aides) qui aura des conséquences sur leur budget, leur capacité à consommer mais aussi sur la natalité. La modulation des allocations familiales en fonction des revenus en fait partie (après la baisse du quotient familial en 2013).

Les ménages ne doivent pas être les seuls à soutenir l'effort financier et leurs ressources sont limitées. Les entreprises, dont le montant des fraudes aux cotisations sociales ont été estimées par la Cour des Comptes à 20-25 mds €, doivent être mises à contribution.
Le principe d'égalité face à la protection sociale est mis à mal. Plus que des économies de bout de chandelle, il faut s'interroger sur le sens de ces mesures. La sécurité sociale pour être sauvée mérite, plutôt que des réformes ponctuelles, une véritable refonte de son organisation.

La non lisibilité des actions du gouvernement accroit le déséquilibre d'une société en transition et favorise la dichotomie entre "financeurs" et "bénéficiaires".
Le Parti Radical défend un système de protection sociale pragmatique pour maintenir une exception constitutive de notre modèle de société mais en lui donnant un souffle nouveau.

Communiqué de Jérôme LEJEUNE,
Président de la commission des finances et de l’économie générale

Communiqué de Patricia LALONDE, Secrétaire Nationale en charge des Affaires étrangères et européennes

Le, 9 octobre 2014


Le Parti Radical enjoint le Président François Hollande de venir en aide, de toute urgence, aux Kurdes piégés dans la ville de Kobané, et non de s’aligner sur la position du Président Turc, Tayeb Erdogan qui joue un double jeu en disant d’un côté vouloir combattre les djihadistes de Daesh et de l’autre en refusant d’aller défendre les Kurdes de Kobané eux-mêmes victimes de ces islamistes barbares.

Il s’agit d’éviter un massacre.

La décision de la France d’appuyer à la création d’une zone tampon pour les réfugiés Syriens,n’est évidemment pas à la hauteur des enjeux.
Sous prétexte que les Kurdes du PYD sont affiliés au PKK Turc, et qu’ils ont voulu rester neutres dans le combat contre Bachar el Assad, nous refusons de leur venir en aide, alors même que les avions de la coalition menée par les Etats Unis bombardent les positions de l’Etat Islamique à Kobané.
Le combat contre Daesh en Irak et en Syrie doit être la priorité car il menace l’Occident.

Communiqué de Patricia LALONDE,
Secrétaire Nationale en charge des Affaires étrangères et européennes

Communiqué de Jean-Luc Cadeddu, Secrétaire national en charge de la laïcité et des droits de l’homme

Le, 7 Octobre 2014



Le Parti Radical par la voix de son secrétaire national Laïcité et Droits de l’Homme, précise en ce qui concerne l'incident sur le voile, survenu en fin de semaine dernière à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) :

- Que la loi de 2004 sur l'interdiction des signes ostentatoires dans les établissements scolaires ne s'applique toujours pas aux universités et à l’enseignement supérieur.
- De ce fait, la polémique intervenue entre le professeur et cette étudiante qui portait un voile ostensible n'est pas fondée. L'enseignant n'avait donc pas le droit, au regard de la législation actuelle, de réagir de la sorte.

C'est pourquoi le Parti Radical, défenseur d'une République laïque respectueuse des libertés individuelles et des religions, souhaite que le législateur puisse apporter des réponses à ce type de situation, et invite l'université à prévoir des règles strictes dans son règlement intérieur garantissant l'application des principes laïques.

Dans ce contexte économique et social tendu, le Parti Radical alerte sur le risque d'exploitation de ce type d'incident par les extrémistes, et appelle, dans l'attente d'une intervention du législateur, à la responsabilité de tous les acteurs confrontés à ces difficultés pour préserver la paix sociale interne.

Jean-Luc Cadeddu,
Secrétaire national en charge de la laïcité et des droits de l’homme

«Elections sénatoriales : l’UDI entend poursuivre son rôle d’opposition constructive»

Le, 28 septembre 2014

Pour Laurent Hénart, Président du Parti Radical « Après la débâcle des municipales pour la gauche c’est désormais au tour des élus de terrain, et à la République des territoires de sanctionner la politique conduite par le gouvernement.
C’est aussi la conséquence d’une réforme territoriale mal ficelée, infligeant une diminution des dotations dues par l’Etat aux collectivités.


En basculant à droite, le Sénat devient un véritable contre pouvoir à la politique menée par François Hollande depuis deux ans. Avec huit sièges de Sénateurs supplémentaires, l’UDI entend poursuivre son rôle d’opposition constructive au gouvernement ».

Laurent HENART,
Président du Parti Radical
Exécution d’Hervé Gourdel : Face à l’Horreur le Parti Radical en appelle à l’unité Nationale

Le, 24 septembre 2014


Laurent Hénart, Président du Parti Radical en appelle à l’unité nationale pour lutter contre le terrorisme et la barbarie. « La France, berceau des droits de l’homme ne peut rester impuissante face à des actes d’une telle atrocité et à l’exploitation médiatique de cette horreur. L’ensemble de la nation doit être aux côtés de nos forces militaires et civiles qui se battent avec nos alliés pour le démantèlement de l’Etat Islamique et de ses réseaux ».

Le Parti Radical adresse toutes ses profondes condoléances à la famille et aux proches d’Hervé Gourdel dont la tragédie restera dans nos mémoires.$


Laurent HENART,
Président du Parti Radical
Conférence de presse de François Hollande «Aucune information susceptible de corriger un diagnostic extrêmement négatif»

Le, 18 septembre 2014

Le Parti Radical, inconditionnel défenseur des droits des hommes et de leurs libertés salue l’appel du Président de la République à une union européenne et internationale pour combattre les atrocités proférées par l’Etat Islamique en Irak, et affirme son entière solidarité au Président ainsi qu’aux troupes militaires Françaises.

Pour Laurent Hénart, « Cet engagement de la France ne doit pas pour autant servir de parapluie aux deux années de déroute économique et sociale dans laquelle ce gouvernement a conduit le pays : un déficit public qui explose, une croissance éteinte et un chômage en constante prolifération. Le Président n'a donné aucune information susceptible de corriger le diagnostic extrêmement négatif de cette politique».

François Hollande nous fait seulement une nouvelle promesse, celle de mener toutes les réformes utiles à notre pays. Nous lui souhaitons, dans l’intérêt de la France, de pouvoir enfin concrétiser cette volonté et de convaincre sa majorité bien que morcelée, d’engager des réformes structurelles profondes.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical
Discours de politique générale : «Un Premier Ministre otage de sa majorité : aucun sursaut, toujours l’ambiguïté»

Le 16 septembre 2014

Pour Laurent Hénart, Président du Parti Radical, le Premier Ministre a légitimement appelé à l’unité nationale face au risque terroriste, à la montée des intégrismes, du racisme, de l’antisémitisme en France.

Néanmoins, il ne sort pas de l’ambiguïté fondamentale dans laquelle le Parti Socialiste gère la France depuis deux ans.

« Amoureux des entreprises lors de l’Université du Medef, le Premier Ministre met aujourd’hui en cause l’organisation patronale pour donner des gages à une partie de sa majorité.
Appelant à la « réal-politique », il n’annonce pour autant aucun plan cohérent de relance de l’activité économique, et ferme dogmatiquement tout débat sur un allongement du temps de travail.
Ce n’est pas dans un tel discours que notre pays peut trouver des mesures fortes permettant le sursaut, le retour de la croissance et l’inversement tant annoncé de la courbe du chômage ».

Enfin, profondément européen, le Parti Radical s’inquiète de la mise en cause de l’Allemagne et de l’imputation aux institutions européennes des défaillances de la politique gouvernementale actuelle. Il faut cesser de faire de l’Europe le bouc émissaire ! La construction européenne est la seule voie d’avenir de notre pays et ne nous dispensera jamais des efforts que seule la France doit accomplir.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
Ouverture des Assises de l'Investissement : Laurent Hénart interpelle le gouvernement

Le, 15 septembre 2014

Laurent Hénart demande au gouvernement de reconnaître le rôle essentiel de l’investissement public dans la croissance et de réviser les coupes budgétaires imposées aux collectivités locales.

Ce lundi 15 septembre à Bercy, le Président de la République François Hollande, le Premier Ministre Manuel Valls et les ministres Emmanuel Macron et Michel Sapin réunissent des dirigeants d’entreprise et du secteur de la finance, avec l'objectif de trouver "un moyen de relancer l’investissement."

Louables dans leurs intentions, visiblement soignées dans leur communication, ces Assises de l'Investissement s'ouvrent dans un contexte économiquement aberrant de réduction historique des subventions que l'Etat doit aux collectivités, en contrepartie des charges qu’il leur a transférées.

En réduisant de manière massive et imprévisible ses dotations aux collectivités, qui représentent 70% de l'investissement dans les territoires, l'Etat s'attaque de facto aux carnets de commandes des PME qu'il se fait fort de recevoir aujourd'hui.

Il est temps pour l'Etat de réagir, d'abandonner cette stratégie de coupe aveugle, de s'attaquer sans délais à ses propres dépenses et, surtout, de considérer de nouveau les collectivités comme des investisseurs et partenaires essentiels des entreprises.

Laurent HÉNART,
Président du Parti Radical
« Laurent Hénart condamne l’exécution de l’otage David Haines »

Le, 14 septembre 2014

Laurent Hénart condamne l’exécution de l’otage David Haines et appelle le gouvernement français à l’action pour stopper l’engagement de ressortissants nationaux en faveur du djihad.

Au moment où il reçoit l'écrivain américain Richard Ford dans le cadre du Livre sur la Place, premier salon national de la rentrée littéraire, le maire de Nancy et Président du Parti Radical Laurent Hénart condamne l'assassinat monstrueux et arbitraire de l'otage britannique, David Haines, qui travaillait pour l'ONG française Acted.

Ce nouveau meurtre doit être unanimement condamné, comme l’ensemble des actes terroristes et prises d’otages pratiqués par l’Etat islamique.
Face à ce nouveau message envoyé aux Etats-Unis, à la Grande Bretagne et à tous leurs alliés, la France ne doit pas rester isolée. Elle doit continuer de construire patiemment l’Europe et être solidaire des Etats-Unis dans la lutte contre le terrorisme et pour le maintien de la paix.

Parce qu’elle détient, avec près d’un millier de ressortissants dénombrés par le Ministère de l’Intérieur, le triste record du plus important contingent de nationaux impliqués dans le djihad en Syrie et en Irak, il est aussi urgent pour le gouvernement d’agir et de développer nos politiques d’éducation et de cohésion sociale, tout en faisant preuve de la plus grande fermeté en matière de sécurité aux frontières, de maintien de l’ordre et de lutte contre toutes les formes d’extrémismes, de racisme, d’antisémitisme et de discriminations, et ce dès leurs expressions.

 Laurent HENART,
Président du Parti Radical
« Nous sommes aux antipodes de ce qui avait été promis par François Hollande »

Le, 10 septembre 2014

 

Le Ministre Finances et des Comptes Publics Michel Sapin a annoncé aujourd’hui un déficit public de 4,4% du PIB cette année.

Pour Laurent Hénart, Président du Parti Radical, « Nous sommes aux antipodes de ce qui avait été promis par François Hollande lors de sa campagne, qui s’engageait à réduire le déficit à 3% du PIB en 2013. Les déficits budgétaires de nos voisins Européens s’élèvent à 3.3% en moyenne, et l’Allemagne a atteint la stabilité en 2013.
En France, l’incessante augmentation des impôts, des taxes, et des charges a dégradé la croissance et anéanti tout espoir de confiance en ce gouvernement, qui ne semble toujours pas prendre la mesure des difficultés dramatiques de notre pays.

Notre retard à redresser les comptes publics porte une atteinte grave à la crédibilité financière de notre pays vis-à-vis de nos partenaires économiques Européens comme Internationaux.

Espérons que cette succession de mauvais chiffres provoque enfin une réaction du gouvernement à la hauteur des enjeux !

Pour les Radicaux trois urgences :

- Réduire véritablement les dépenses de fonctionnement de l’Etat,
- Libérer l’activité économique, et faire des économies sur le fonctionnement des services publics en allongeant la durée légale du travail,
- Préserver les dotations des collectivités territoriales qui maintiennent ou accroissent leurs investissements».

Laurent HENART,
Président du Parti Radical


« Rythmes scolaires : une demi-réforme coûteuse et contre-productive »

Le, 2 septembre 2014

Généralisée cette rentrée à toutes les écoles publiques, imposée sans réelle concertation avec les acteurs de notre système éducatif, le Parti Radical déplore la réforme des rythmes scolaires telle qu’elle a été réalisée, réforme qu’il juge incomplète pour les enseignants et pour les élèves, et coûteuse pour les collectivités locales et les familles.

Pour le Parti Radical, cette réforme est contre-productive à deux égards :

Pour les collectivités territoriales :

D’une part, les collectivités vont devoir supporter le poids économique d’une décision qu’elles subissent. Qu’il s’agisse de la réouverture des écoles le mercredi matin ou de l’encadrement des enfants, la mise en place de cette réforme demande un remaniement complet des horaires du personnel, et des frais supplémentaires liés à des recrutements pour l’encadrement. L’Etat laisse le soin aux collectivités d’assumer ses charges nouvelles, tout en annonçant parallèlement des baisses massives de dotations à ces dernières.

D’autre part, les collectivités vont devoir proposer des activités sportives ou culturelles sans pour autant se substituer aux associations. L’intervention des associations engendre un surcoût financier, que malheureusement toutes les collectivités ne seront pas en mesure de supporter ce qui pourrait à terme créer une iniquité entre les territoires. C’est pourquoi le Parti Radical met en garde le gouvernement contre l’accentuation des inégalités qui va à l’encontre du principe républicain d’égalité des chances pour tous quelques soient ses origines géographiques ou sociales.

Pour les parents d’élèves :

Cette réforme déstructure complètement le rythme de chaque famille, obligeant les parents à « jongler », ou, à recourir à des aides pour gérer la sortie de classe des enfants. Cela accentue la précarité de certains emplois et pourrait forcer les femmes à préférer un contrat de travail à temps partiel pour assumer le changement de rythme, bref l’inverse de l’objectif de parité hommes femmes tant affiché par la Ministre Najat Belkacem dans ses précédentes fonctions !

Cette réforme n’est rien d’autre qu’un caprice du Gouvernement, qui comme un enfant, n’en a pas mesuré les conséquences, tant financières qu’humaines.

Le Parti Radical regrette une réforme de façade, oubliant de s’attaquer aux vrais enjeux du système éducatif français tels que la refonte des programmes scolaires avec, comme priorité, l’acquisition des fondamentaux, la formation et la revalorisation du métier d’enseignant.

Une fois de plus le Gouvernement fait de l’éducation, sujet sanctuarisé et d’envergure, un sujet clivant pour la société. Une fois de plus n'assisterions nous pas à un rendez-vous raté avec les Français et l'avenir de la France ?

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

« Il faut un véritable plan de relance du logement, pas seulement des mesures limitées »

Le, 29 Août 2014

Si les mesures annoncées par le gouvernement vont dans le bon sens, elles ne répondent malheureusement pas aux centaines de milliers de familles qui sont aujourd’hui à la recherche d’un logement.

« Il faut un véritable plan de relance du logement. Et non pas se contenter de mesures limitées comme le fait aujourd’hui le gouvernement socialiste qui regrette amèrement d’avoir mis ses pas dans ceux de Cécile Dufflot», déclare Laurent Hénart, président du Parti radical, qui appelle à la mobilisation nationale. « Jamais les mises en chantier n’ont été aussi peu nombreuses. Les familles n’en peuvent plus d’attendre depuis des mois, voire des années, un logement social ou d’accéder à la propriété. Un vrai plan de relance du logement serait aussi une bonne nouvelle pour les entreprises du bâtiment et l’emploi. Rappelons qu’un logement neuf génère 1,7 emploi en moyenne. »

Le Parti radical salue le nouveau régime de taxation des plus-values de cession des terrains constructibles, mais regrette de le voir plafonner. « Permettre la location intrafamiliale des logements financés par la loi Duflot est aussi une bonne chose. En prenant cette décision, le gouvernement rompt définitivement avec les partis pris de Cécile Duflot et de l’aile gauche du Parti socialiste, qui ne connaissent manifestement pas les difficultés des étudiants à trouver un logement », souligne Laurent Hénart.

Le Parti radical demande enfin au gouvernement de mobiliser les fonciers publics disponibles dans les zones tendues et de ne plus mentir aux Français en publiant une liste de terrains soit déjà vendus sont inconstructibles.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Chômage : Un nouveau record dramatique!

Le, 27 Août 2014


Avec la hausse de 0,8 % du chômage pour le mois de juillet, le gouvernement Valls établit un nouveau record dramatique et affligeant.

Laurent Hénart, Président du Parti Radical rappelle qu’une baisse du chômage est possible tout en ayant une croissance faible. C’est ce que le plan cohésion sociale a prouvé de 2005 à 2009.

Nous ne pourrons réduire le taux de chômage et permettre la relance de la croissance qu’à la condition d’une part, que l’Etat réduise ses dépenses publiques, et, d’autre part, qu’il garantisse un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités locales afin de maintenir leurs investissements. Les collectivités ont un rôle moteur dans la relance de la croissance, puisqu’elles représentent les trois quart de l’investissement public.

Les chiffres publiés aujourd’hui nous démontrent, malheureusement, une nouvelle fois, l’état d’urgence dans lequel se trouve notre pays.

Face à cet échec, le Parti Radical interpelle à nouveau le gouvernement sur la nécessité d’un moratoire sur la baisse des dotations aux collectivités locales, d’un plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage, ainsi que d’une politique de relance du logement et des services à la personne.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

 

Gouvernement Valls II : Le gouvernement peau de chagrin

Le, 26 Août 2014

Dans une période où les Français attendent des mesures concrètes pour endiguer la crise économique et sociale, Valls II confirme l’affaiblissement politique du Président de la République.

Plus le déficit public se creuse, plus le chômage augmente, plus les soutiens de François Hollande se réduisent, conduisant à une paralysie de l’action gouvernementale.

Laurent Hénart, Président du Parti Radical appelle les Socialistes à faire preuve de responsabilité et à achever ce quinquennat avec dignité au service des Français.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

« Rajouter une crise politique à la crise économique et sociale, est dévastateur pour notre pays et nourrit les extrêmes»

 
Le, 25 Août 2014

Notre pays traverse d’ores et déjà une période particulièrement difficile qui malheureusement perdure malgré les promesses du Gouvernement : croissance en berne, explosion du chômage, augmentation des charges.

Aujourd’hui, le Gouvernement y ajoute l’instabilité politique en présentant sa démission après seulement 5 mois d’exercice.

Si un changement de politique économique est plus que jamais nécessaire comme nous le demandons depuis plusieurs mois, il est irresponsable de la part des dirigeants de notre pays et responsables politiques PS de créer, dans un tel contexte de montée forte des extrêmes, de nouvelles divisions internes. Ils montrent aux yeux de tous les Français leur incapacité à se rassembler pour lutter ensemble contre la crise.

L’amateurisme des responsables de gauche risque de faire basculer notre pays dans la crise de régime. Rajouter une crise politique à la crise économique et sociale que traverse déjà la France, est dévastateur pour notre pays et nourrit les extrêmes.

Il faut que le Président de la République se ressaisisse et prenne les décisions à la hauteur du risque qu’encourt notre République.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

 

Chiffres de la croissance : « Il est plus que temps de réagir ! »

Le, 14 août 2014

Une fois n’est pas coutume, les chiffres de la croissance publiés ce jeudi signent l’échec cinglant de la politique menée par le gouvernement.

C’est avec un exécutif déconnecté des réalités, aux objectifs intenables que doivent composer les Français. Le gouvernement qui s’évertuait à tabler sur une croissance de 1% en 2014 et 1,7% en 2015, se heurte à une nouvelle croissance zéro au second trimestre d’après les données publiées par l’Insee.

Dès lors impossible d’atteindre les objectifs de réduction des déficits publics fixés par Bruxelles pour 2015.

Au lieu d’accuser la politique européenne et les choix de l’Allemagne, le Gouvernement devrait avant tout faire sa propre autocritique. Il est plus que temps de réagir !

Non seulement le matraquage fiscal subit par les Français au cours de l’année 2013 n’aura pas permis de générer les recettes prévues, mais il n’aura été accompagné d’aucune réduction des dépenses de l’Etat. Bien au contraire.

Face à cet échec, nous interpellons une nouvelle fois le gouvernement sur la nécessité d’entreprendre des réformes courageuses afin de relancer la compétitivité : simplification du millefeuille administratif, allégement des charges pesant sur les entreprises, réforme du droit du travail, plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage, politique de relance du logement et des services à la personne.

Autant de mesures urgentes et indispensables afin de restaurer la confiance de nos concitoyens et de nos partenaires Européens auprès desquels la parole Française devient dérisoire.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Nathalie DELATTRE,
Secrétaire générale du Parti Radical

 
L’emploi à domicile : il faut d’urgence un nouveau plan « Borloo » !


Le, 22 juillet 2014

Les derniers chiffres publiés par l’Acoss, organisme collecteur des cotisations de Sécurité sociale, montrent une nouvelle baisse de l’emploi à domicile au premier trimestre 2014, avec un probable développement du travail au noir.

Au-delà de l’allégement de cotisations sociales accru pour des particuliers employeurs voté par l’Assemblée nationale ce lundi, il faut remettre en place d’urgence un véritable Plan de développement des Services à la personne, sur le modèle du plan Borloo en 2005.

Grâce aux mesures prises par le Ministre de l’emploi et de la Cohésion sociale à l’époque (création du chèque emploi service universel, organisation et professionnalisation des services à la personne avec l’agence nationale des services à la personne, etc), le rythme de croissance des emplois à domicile avait doublé en 3 ans, de 5% par an en 2004 à 12% en 2007, avec la création de 103 000 emplois en 2006, 130 000 en 2007 et 110 000 en 2008.

Dans un contexte de crise économique et sociale, au lieu de détruire systématiquement les dispositions mises en place par les précédentes majorités et de perdre un temps précieux dans la relance économique de notre pays, il serait bon que l’actuel Gouvernement s’inspire des mesures qui ont fonctionné dans le passé.

Une première prise de conscience semble avoir eu lieu concernant l’apprentissage avec le réveil soudain du Gouvernement : à quand les services à la personne ?

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

« François Hollande reste dans la droite ligne de l’immobilisme »


Le, 14 juillet 2014

En ce 14 juillet, il faut saluer, l’hommage rendu aux soldats de la première guerre mondiale ainsi que le symbole de paix lancé dans un contexte Israélo-Palestinien particulièrement alarmant.

En revanche, les Françaises et les Français attendaient du Président qu’il fixe un cap pour les deux années à venir, une direction à son quinquennat.

Au lieu d’annoncer des réformes de bon sens, et revenir sur des mesures qui paralysent l’économie telles que les 35 heures, le travail du dimanche, la complexité du Code du Travail, le Président de la République s’est contenté de brandir inlassablement son pacte de responsabilité, remède miracle semble t-il à tous les maux de nos concitoyens.

Seule exception : la prise de conscience tardive de relancer d’urgence l’apprentissage, notamment dans la fonction publique, priorité du Parti Radical énoncée dès 2012 dans son Manifeste.

Plus que de véritables réponses à la crise, ce sont d’ultimes négociations, d’ultimes assises qui sont promises aux Français.

La parole présidentielle est inopérante, et François Hollande reste dans la droite ligne de l’immobilisme qui l’on caractérisé ses trois dernières années.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

 

Jean-Louis BORLOO : nommé Chevalier de la légion d’honneur

 

Le, 14 juillet 2014

Ce lundi 14 juillet, le Parti Radical est particulièrement sensible à cette décision d'honorer, celui qui fut pendant 8 années Président du Parti Radical, défendant avec force et conviction, dans le cadre de ses différentes hautes responsabilités, les valeurs d’humanisme qui animent l’ensemble de notre famille Radicale et notre République.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

"Captation des revenus de la population ? " : la chasse aux sorcières de Monsieur Montebourg


Le, 11 juillet 2014

Lors de la présentation du 10 juillet 2014 de sa « feuille de route du redressement économique de la France », Monsieur Arnaud Montebourg, Ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique, vient de stigmatiser les professions réglementées de notre République qu’il considère comme « des professions en situation de monopole (qui) captent des revenus à la population » et notamment « les huissiers, les greffiers des tribunaux de commerce, les avocats, etc ».

Dans le seul but d’exister politiquement au sein d’un gouvernement en pleine déroute, cette affirmation, qui consiste à montrer du doigt de nouveaux boucs émissaires pour expliquer que notre pays est en crise, témoigne du mépris actuel (très conformiste) à l’endroit de celles et ceux qui oeuvrent dans des conditions toujours plus difficiles pour le service public de la Justice.

Un Ministre de la République ne devrait pas se servir d’expressions - non seulement parfaitement infondées en fait et en droit - mais surtout attentatoires à l’honneur et à la considération des officiers publics ministériels et des auxiliaires de Justice.
Monsieur Montebourg en utilisant cette méthode clivante vient de nous démontrer qu’il faisait bien partie du camp des anciens.

Julien AYOUN,
Secrétaire National en charge de la Justice

Annonces Valls sur l’apprentissage : enfin !


Le, 9 juillet 2014

Lors de son discours de clôture de la conférence sociale, Manuel VALLS a annoncé une aide de 1 000 euros par apprenti dans l’objectif d’atteindre 500 000 apprentis en 2017.

500 000 apprentis, c’était déjà l’objectif atteint et dépassé du Plan de Cohésion sociale, mis en œuvre en 2004 par Jean-Louis Borloo, Ministre de l’emploi et de la Cohésion sociale et Laurent Hénart, Secrétaire d’Etat à l’insertion professionnelle, avec l’ensemble des partenaires économiques, syndicats et opérateurs de la formation.

Toutes les mesures restrictives prises depuis par le Gouvernement socialiste avaient provoqué un recul de l’apprentissage. Il est heureux que le Gouvernement en prenne aujourd’hui conscience et s’inspire des mesures antérieures du plan Borloo qui avaient montré leur efficacité.

Pour Laurent Hénart, Président du Parti Radical, « Faire et défaire, c’est toujours faire … mais c’est moins bien faire ! ».

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

« Les Radicaux sidérés par le fiasco de la conférence sociale »


Le, 8 juillet 2014

Laurent Hénart, président du Parti Radical, se dit sidéré par l’état de délabrement du dialogue social en France alors que chaque jour, une nouvelle organisation syndicale claque la porte de la conférence sociale.

Pour les Radicaux, le président de la République est directement responsable de ce dialogue de sourds. En multipliant les revirements et en refusant d’adopter une ligne politique claire, François Hollande a réussi le tour de force de bloquer le dialogue social sans mener une seule réforme d’envergure. Après avoir divisé sa propre majorité, le président de la République divise le corps social et, par voie de conséquence, la République dans son ensemble.

Le Parti Radical partage la sidération et l’inquiétude des Français. Le fiasco de la conférence sociale serait comique s’il n’avait pas de conséquences dramatiques sur la situation de millions de famille. L’impréparation et l’amateurisme de la majorité atteignent un dangereux paroxysme.

Les Radicaux demandent au Gouvernement de cesser d’agiter inutilement des chiffons rouges pour ouvrir sans plus attendre, une discussion franche et sérieuse sur au moins trois chantiers consensuels : le développement de l’apprentissage, la relance de la construction de logements et le soutien aux emplois à domicile.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

CEDH : Une décision protectrice de la laïcité Républicaine



Le, 1er juillet 2014

La Cour Européenne des Droits de l’Homme a débouté aujourd’hui le recours d’une jeune Française de confession musulmane qui dénonçait la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, en ce qu’elle constituait une atteinte au respect de la vie privée, et de la liberté d’exprimer sa religion.

Cet arrêt signe une nouvelle victoire pour la laïcité et la démocratie dans notre pays!

A l’heure ou la montée du Front National et les communautarismes s’exacerbent l’un l’autre. Le Parti Radical se réjouit de cette décision, souhaitable et nécessaire afin de garantir le « bien vivre ensemble »

Jean-Luc CADEDDU
Secrétaire National Laïcité et Droits de l’Homme

Laurent HENART
Président du Parti Radical

Législatives partielles : Félicitations à Laurent DEGALLAIX !


Le, 29 juin 2014

Le Parti Radical tient à féliciter chaleureusement Laurent DEGALLAIX pour son éclatante victoire dans la 21e circonscription du Nord, succédant ainsi à Jean-Louis BORLOO, et attestant de la capacité du centre à être le premier rempart contre le vote Front National.

A titre personnel, je suis particulièrement heureux de cette victoire méritée du maire radical de Valenciennes, homme exemplaire au parcours exemplaire, et qui incarne cette nouvelle génération d’élus dont notre pays a tant besoin !

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Publication des chiffres du chômage : appel à un changement d'urgence de cap !


Le, 26 juin 2014

Publication des chiffres du chômage : appel à un changement d'urgence de cap !

Alors que l’exécutif promettait une « inversion de la courbe du chômage » pour fin 2013, ce ne sont pas moins de 440.000 nouveaux demandeurs d’emploi depuis l’arrivée au pouvoir de Monsieur Hollande. Conséquence d’une gestion à l’aveugle, le Ministre du Travail, François Rebsamen table désormais sur une inversion de la courbe pour ….. 2015 !

Comment expliquer que dans le contexte de crise qui a touché toute l’Europe, nos voisins Anglais et Allemands voient leur économie repartir à la hausse lorsque nous restons loin derrière à la traine ?
Face à cet échec, j’appelle le gouvernement à changer d’urgence de cap ! Comme nous le demandons depuis des mois, il est impératif de lancer des programmes ambitieux sur des secteurs économiques clés tels que la rénovation urbaine ou la transition énergétique, de garantir l’investissement des collectivités locales pour soutenir la croissance, et de mettre en place un plan massif en faveur de la formation en alternance et de l’apprentissage.

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Baby Loup : une victoire pour la laïcité


Le, 26 juin 2014

En confirmant le 25 juin 2014 le licenciement de la salariée voilée, l’assemblée plénière de la Cour de cassation annule son arrêt du 19 mars 2013 et met un point final à une procédure qui aura duré quatre ans.

La Haute Juridiction a justifié sa décision par le fait :

« Que le principe de la liberté de conscience et de religion de chacun des membres du personnel ne peut faire obstacle au respect des principes de laïcité et de neutralité qui s’appliquent dans l’exercice de l’ensemble des activités ».

Elle précise en outre que cette restriction à la liberté de manifester sa religion ne présentait pas un caractère général mais était suffisamment précise, justifiée par la nature des tâches accomplies et proportionnée au but recherché.

Cette nouvelle décision s’inscrit donc dans le respect du principe de laïcité à l’intérieur d’établissements à caractère public.

Une jurisprudence est née. Il appartient désormais à nos élus de la faire respecter, car la laïcité est le ciment de notre république moderne.

Jean-Luc CADEDDU
Secrétaire National Laïcité et Droits de l’Homme

Laurent HENART
Président du Parti Radical.

Grève SNCF : le projet de loi sur la réforme ferroviaire doit être voté au plus vite

 

Le, 16 juin 2014

 

Malgré la poursuite du mouvement de grève des cheminots, heureusement de plus en plus timide, Bertrand Pancher appelle le gouvernement, au nom de l’UDI et contrairement à l’UMP, à ne surtout pas fléchir et à présenter le texte de loi sur la réforme ferroviaire tel qu’il a été examiné et amendé ces dernières semaines en commission du développement durable.

Ce texte de loi présente l’intérêt de définir une vraie stratégie pour l’état et a été concerté d’abord avec les ministres concernés à l’époque de l’ancienne majorité puis ceux de la nouvelle. Il permettra de réaliser une partie des économies nécessaires à la résorption d’un déficit de plus en plus colossal (tendance à un déficit annuel de 3 milliards d’euros) et d’esquisser une évolution commune des statuts du personnel des secteurs publics et privés bientôt en concurrence. Ce texte va donc dans le bon sens.

Par ailleurs, même s’il reste beaucoup trop timide quant aux conditions d’ouverture du transport voyageurs vers le secteur privé, ce que ne devraient pas redouter les agents de la SNCF compte tenu de leurs savoir-faire, et s’il fait, pour des raisons incompréhensibles, l’impasse sur la question de la reprise par l’état d’une partie de la dette alors qu’elle est considérée comme entrant dans les critères de Maastricht par l’UE, Bertrand Pancher, au nom de l’UDI, en appelle à ne pas céder aux corporatismes, en appelle surtout à la poursuite de l’examen de ce projet de loi ainsi qu’à son amélioration et demande aux observateurs engagés sur ce dossier un minimum de bon sens !

Bertrand PANCHER,
député PR de la Meuse

Communiqué de Paul BENAYOUN : "La main de Borloo..."



Contrairement à ce que Le Point du 12 juin écrit, je tiens à préciser que si j’ai de l’amitié pour Rama YADE et que je le lui ai dit, mes propos n’engagent que moi et ne sont en aucun cas dictés par Jean-Louis BORLOO.

Cela ne le concerne ni de près ni de loin. De plus, je suis assez surpris de l’interprétation médiatique qui en est faite.

Paul BENAYOUN

Disparition de Raymond Soucaret


Le, 12 juin 2014

« Personnalité emblématique du Parti Radical et du Lot-et-Garonne, Raymond Soucaret a été un fervent défenseur de nos valeurs radicales. Maire de Francescas pendant plus de 40 ans, conseiller général, conseiller régional et sénateur respecté, il avait toujours à cœur de servir son territoire et le monde agricole, qu’il connaissait parfaitement, dans le respect de ses convictions. Le Parti Radical adresse à sa famille, ses amis, et à tous les Lot-et-Garonnais ses plus sincères condoléances. »

Laurent HENART
Président par intérim du Parti Radical

Pacte de responsabilité : un réveil tardif


Le, 29 avril 2014

Même s’il ne peut que souscrire à l’objectif du pacte de responsabilité, Laurent Hénart, Secrétaire général et président par intérim du Parti Radical, regrette le réveil économique tardif du Gouvernement qui, après avoir malmené les entreprises pour des raisons idéologiques, découvre qu’en plus de payer des impôts, elles créent aussi des emplois.

Pour les radicaux, même s’il va dans le bon sens, le pacte de responsabilité souffre, depuis sa conception, de deux faiblesses majeures : la complexité du dispositif, dont les effets, en plus d’être conditionnés, sont étalés sur plusieurs années ; l’absence totale de réformes de structure qui conduit à faire peser le poids de la compétitivité économique du pays sur le pouvoir d’achat des classes moyennes. Le Gouvernement s’est enferré dans un dilemme qui consiste à choisir entre compétitivité et pouvoir d’achat.

Par ailleurs, même si les radicaux comprennent pourquoi il est difficile d’obtenir des entreprises des engagements chiffrés en termes d’emplois, ils s’étonnent que le Gouvernement n’ait pas saisi l’occasion d’en fixer dans d’autres domaines, comme l’apprentissage par exemple.

Sur la forme, les radicaux condamnent la façon avec laquelle le volet «financement » du pacte a été bouclé par un Gouvernement pris en otage par des franges de sa majorité. On ne peut bâtir une politique économique claire, cohérente et rassurante, en se fondant sur les rapports de force entre les courants du PS.

Même si le cap est bon, le Parti Radical doute de la capacité du Gouvernement à le tenir dans la durée. Chaque débat budgétaire sera l’occasion pour la gauche du PS de détricoter, à coups de marchandages, l’ensemble du dispositif. La France risque de payer très cher le « flou artistique » entretenu par François Hollande sur ses intentions depuis la campagne de 2012.

Laurent HENART
Président par intérim du Parti Radical

Déclarations de Ségolène Royal sur l’Ecotaxe poids lourds : La condamnation à mort des transports de demain


Le, 17 avril 2014

Les récentes déclarations de Ségolène Royal concernant de nouvelles pistes à étudier pour remplacer la taxe poids lourds ont suscité hier les plus vives interrogations des membres de la mission parlementaire concernée, et notamment de ceux de l’actuelle majorité. Aucune étude d’impact sérieuse ne précède d’hâtives déclarations médiatiques.

Alors que le budget de l’Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF) ne dispose plus d’aucunes réserves, l’ensemble des engagements pris par l’actuelle majorité à la suite des travaux de la commission mobilité 21 est remis en question. Faute de l’apport d’une partie des moyens découlant de l’écotaxe, plus aucune nouvelle grande infrastructure ne sera réalisée dans notre pays. A très court terme, l’actuel contrat de plan pour son volet infrastructure (900 millions d’euros de 2014 à 2020) est remis en question, ainsi que la participation de l’état au 3e appel d’offre pour les transports en commun en site propre (340 millions d’euros). Le secteur du transport de demain, 1er pilier de la transition énergétique, est condamné à mort.

Dans ce contexte, Bertrand Pancher, Député de la Meuse et Responsable du « Pôle Ecologie UDI », en appelle maintenant au Président de la République afin que ce dernier siffle la fin de la récré et exige de sa 4e Ministre de l’écologie qu’elle respecte un grand engagement environnemental et mette en place cette mesure de bon sens en tenant compte des préconisations du Parlement.


Bertrand PANCHER
Député-Maire PR de la Meuse

Plan d’économies : triste reflet des contradictions socialistes


Le, 16 avril 2014

Laurent Hénart, secrétaire général et président par intérim du Parti Radical, fait part de son scepticisme à l’annonce, par le premier ministre, de son plan d’économies portant sur 50 milliards d’euros.

Sur la forme tout d’abord, le Parti Radical s’étonne de la brutalité de la méthode qui consiste à asséner une succession de mesures qui auront des conséquences importantes sur le pouvoir d’achat et sur le contrat social, sans concertation y compris au sein de la majorité socialiste. Il aurait été plus démocratique d’en informer le Parlement au moment du vote de confiance plutôt que de le prendre en traître, en l’obligeant à signer un chèque blanc.

Sur le fond, les radicaux estiment qu’une chose est d’annoncer, une autre est de tenir. D’autant que ces annonces ne font que refléter les contradictions d’une majorité tiraillée entre un courant social-démocrate qui assume la rigueur et une aile gauche qui ne se reconnaît plus dans le projet présidentiel.

D’un côté, le Gouvernement décide du gel du point d’indice, alors que de l’autre côté, il ne donne aucun détail sur la réduction des effectifs dans la fonction publique. De même que Manuel Valls demande aux collectivités de supporter 11 milliards d’euros d’économies, alors que les élus socialistes sont les premiers responsables du gonflement de leurs dépenses.

Le Parti Radical se demande enfin comment le Gouvernement entend financer le pacte de responsabilité, qui prévoit des réductions de charges sociales au profit des entreprises alors que les dépenses sociales vont être réduites de 21 milliards d’euros. À cet égard, les radicaux s’inquiètent du flou entretenu autour de l’avenir des prestations familiales, qui sont au cœur du pacte républicain.

Laurent HENART
Président par intérim du Parti Radical

Smic jeunes : le Parti Radical « totalement contre »


Le, 16 avril 2014

Laurent Hénart, Secrétaire général et président par intérim du Parti Radical, se dit totalement contre l’idée d’un « smic jeunes » soulevée mardi dernier, par le président du MEDEF Pierre Gattaz.

Pour les radicaux, le « smic jeunes » est le plus mauvais signal que la société française peut adresser à sa jeunesse. On ne peut d’un côté prétendre que les jeunes représentent l’avenir de notre pays et de l’autre, leur proposer un « Smic au rabais » pour prix de leur travail et de leurs compétences.

Par ailleurs, une telle mesure reviendrait à ouvrir une dangereuse boîte de Pandore, qui se traduirait inévitablement par une harmonisation sociale par le bas. Elle accréditerait l’idée fausse selon laquelle les droits sociaux sont l’ennemi de l’emploi. Enfin, le Parti Radical regrette que Pierre Gattaz agite ce chiffon rouge au moment où le dialogue social est plus que jamais nécessaire pour aider notre pays à sortir de la crise.

Pour les radicaux, la clef de la réduction du chômage des jeunes se trouve dans l’apprentissage, seul moyen pour eux de poursuivre leur formation, de mettre un pied dans l’emploi, sans peser démesurément sur la masse salariale des entreprises. Plutôt que de « sous-payer » les jeunes, mieux vaut investir dans leur employabilité. C’est pourquoi, face à l’effondrement du nombre d’apprentis depuis deux ans, le Parti Radical réclame l’élaboration, avec les partenaires sociaux, d’un « plan Marshall de l’apprentissage » dans les entreprises comme dans les trois fonctions publiques.

Laurent HENART
Président par intérim du Parti Radical

Dominique Baudis : la disparition d’un honnête homme


Le, 15 avril 2014

Aujourd’hui, les honneurs de la nation ont été rendus à Dominique Baudis. Cet hommage est mérité.

Je partage le chagrin de ses proches. Dominique Baudis était un homme aux mille vies mais constant dans ses convictions.

Il s’est éteint après une très belle carrière politique marquée par une élégance de style et de ton admirable. Maire de Toulouse pendant 18 ans, il a servi la Ville rose avec tant de dévouement qu’il fut un maire simplement aimé. Confronté à la cruauté de la calomnie, il a su répondre avec dignité et en est sorti grandi. Président de l’Institut du Monde Arabe, il a prouvé que son horizon le portait loin. Défenseur des droits, il avait puisé dans son expérience douloureuse la force pour aider les plus vulnérables.

Baudis manquera à la vie politique française et à la vie tout court.

Rama YADE
1ère vice-présidente du Parti radical
Vice présidente de l’UDI

Union bancaire ou la victoire des « eurooptimistes »


Le, 15 avril 2014

Laurent Hénart, secrétaire général et président par intérim du Parti Radical, se réjouit du vote historique obtenu ce mardi au Parlement européen, qui a conduit à l’adoption de trois textes complétant l’union bancaire.

Pour le Parti Radical, ces textes, qui ont été votés à une large majorité, consacrent trois avancées majeures : la fin de la prise en charge par les Etats et donc par les contribuables, de la défaillance des banques ; la création d’un fonds alimenté par le secteur lui-même pour s’assurer contre le risque de faillite ; le renforcement des droits des épargnants qui pourront récupérer leur dépôt, dans la limite de 100 000 euros, dans un délai raccourci.

Pour les radicaux, à quelques semaines des élections européennes, ce vote est une pierre dans le jardin de ceux qui prônent un retour aux solutions nationales pour traiter de problématiques par nature transfrontalières. Il est, en outre, le meilleur des remèdes contre l’euroscepticisme et contre ceux qui surfent depuis des années sur l’idée d’une « Europe impuissante ».

À cet égard, le Parti Radical rend hommage au travail et à la pugnacité de Michel Barnier, commissaire français en charge des services financiers, qui a su faire naître un consensus sur un dossier complexe.

Maintenant que l’on a traité les symptômes, il devient urgent de s’attaquer aux racines du mal que sont la spéculation et l’absence de règles prudentielles. Les candidats radicaux formuleront des propositions chocs sur ce thème durant la campagne.

Laurent HENART
Président par intérim du Parti Radical

Disparition de Dominique Baudis

 

PARIS, 10 avril 2014 (AFP)

Laurent Hénart, Secrétaire Général et Président par intérim du Parti Radical : "Pour les radicaux, Dominique Baudis est d'abord l'homme d'une ville, Toulouse, dont il fut le maire passionné durant vingt ans de 1983 à 2001 et dont il a piloté le formidable essor. Homme de consensus et de dialogue, Dominique Baudis a également été un grand serviteur de la République et une figure incontestée des libertés publiques en tant que président du Conseil supérieur de l'audiovisuel puis comme Défenseur des Droits. Européen convaincu, il était l'un des plus brillants représentants de l'humanisme à la française, fait d'ouverture, de culture et de fraternité. Avant d'être un homme politique, Dominique Baudis était un homme de bien, dont la dignité face à la calomnie n'a fait que renforcer la stature d'homme d'Etat" (communiqué)

Communiqué du Parti Radical

Le, 8 avril 2014


A la suite de la décision de Jean-Louis BORLOO de quitter ses fonctions et mandats le temps de sa convalescence, le Bureau et Comité exécutif du Parti Radical, réunis ce mardi 8 avril, ont décidé, à l’unanimité, d’organiser l’élection du Président du Parti Radical la semaine du 16 au 22 juin 2014 pour le premier tour, et la semaine du 30 juin au 6 juillet pour l’éventuel 2ème tour. Le vote s’effectuera par internet.

Le Congrès du Parti Radical se tiendra les 5 et 6 juillet prochains.

Conformément aux Statuts, Laurent HENART exercera, jusqu’à ces élections, l’intérim de la Présidence du Parti Radical.

Retrait de Jean-Louis Borloo : Communiqué de Presse

 

Le, 6 avril 2014

A la suite de l’annonce par Jean-Louis BORLOO du retrait, le temps de sa convalescence, de ses fonctions et mandats politiques, l’heure est à l’affection que toute sa famille politique lui porte et lui exprime ce soir.

Jean-Louis BORLOO exerce depuis 8 ans la Présidence du Parti Radical et promeut ses valeurs et ses propositions dans le cadre de ses responsabilités publiques.

En ces moments difficiles pour lui, nous sommes de tout cœur à ses côtés et lui souhaitons son meilleur et plus prompt rétablissement.

Le Parti Radical tiendra un Comité exécutif ce mardi 8 avril, qui décidera des modalités d’intérim de la Présidence du Parti Radical et de son calendrier interne.

Laurent HENART
Secrétaire général du Parti Radical

« JEAN ZAY au Panthéon »

 

Le, 25 février 2014

Le Président de la République a annoncé le transfert des cendres de quatre grands résistants au Panthéon:  Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Jean Zay et Pierre Brossolette.

Le Parti Radical est particulièrement sensible à cette décision d'honorer ceux qui se sont battus, jusqu'à sacrifier leur vie, contre l'occupation nazi. Jean Zay est né en 1904 à Orléans où il s’inscrira au barreau en 1928.  En 1932 il est élu député de la première circonscription du Loiret et participe au gouvernement Sarraut en 1936. Mais il se démarquera surtout en tant que Ministre de l’éducation nationale et des Beaux-Arts, sous le gouvernement de Léon Blum. Il initiera de nombreuses réformes, nous lui devons notamment  le CNRS ainsi que le Festival de Cannes.

Il est également membre de la ligue française pour la défense des droits de l’homme et du citoyen. Proche de Pierre Mendes France il fait partie des « Jeunes Turcs » du Parti Radical.

Suite à l’armistice il entre directement en résistance et fait partie des passagers du Massilia en route vers l’Afrique du Nord où il retrouve entre autres Pierre Mendes France. Il sera arrêté et condamné par le régime de Vichy pour désertion.

Jean Zay restera incarcéré jusqu’au 20 juin 1944, ou trois miliciens vinrent le chercher à la prison prétextant être des résistants ayant pour mission de lui faire rejoindre le maquis. Les miliciens l'assassinèrent dans un bois à Molles dans l’Allier. Son corps ne sera retrouvé qu’en septembre 1945.

La Société d’Histoire du Radicalisme a déjà rendu hommage à Jean Zay lors d’une conférence en octobre 2013 pendant laquelle son portrait était dressé par Michel Zaki.

Il sera désormais le troisième Radical, après Léon Gambetta et Jean Moulin à reposer au Panthéon.

Laurent HENART,
Secrétaire Général du Parti Radical

Halte à l’effondrement des formations en alternance !

Le, 30 janvier 2014

Après la promesse non tenue de l’inversion de la courbe du chômage, une mauvaise nouvelle de plus sur le front de l’emploi…

Par la voie du Ministère du Travail, le Gouvernement a ainsi fait un nouvel aveu d’échec avec le recul, jamais vu, de 8 % des signatures de contrats d'apprentissage et de 5% pour les contrats de professionnalisation.

Ce bilan annuel de l’alternance - le plus mauvais depuis 2005 – ne pouvait me laisser indifférent.

En 2004 et 2005, alors que j’étais secrétaire d’Etat à l’insertion professionnelle des jeunes, nous avions en effet fait le choix, avec Jean-Louis Borloo et le Président Jacques Chirac, de réformer et de soutenir, comme jamais auparavant, les formations en alternance en donnant la priorité à l’apprentissage.

Les mesures prises alors ont permis de dépasser dès 2006 le seuil des 400 000 apprentis, avec des pics à 450 000 en 2008 et 435 000 en 2011. De façon générale, entre 2005 et 2007 le Plan de Cohésion Sociale a permis de diminuer le chômage de 10,2% à 7,8% en 2 ans, ce qui reste la meilleure performance sur le marché de l’emploi depuis l’entrée du pays dans un chômage structurel.

Aujourd’hui, alors que la conjoncture économique est plus que jamais difficile, le Gouvernement socialiste s’entête dans des choix qui déstabilisent et menacent la filière d’apprentissage.

Comment expliquer d’abord le coup de rabot de 20% sur les aides à l'embauche d'apprentis, réduites depuis le 1er janvier 2014 ?

Ensuite, je m’interroge sur les raisons de la priorité exclusive donnée sur le terrain aux seuls emplois d'avenir alors que leur volet formation ne comporte aucun diplôme – contrairement à l'apprentissage. Si l’on ajoute le coût des emplois d'avenir, plus d’1,2 milliard d'euros prévus en 2014, on est en droit de s’interroger sur la pertinence de la stratégie de l’Etat et des pouvoirs publics qui doit permettre avant tout aux jeunes français de s’insérer durablement sur le marché de l’emploi.

En 2004 et 2005, nous avons pris des mesures en phase avec la situation sociale du pays et les besoins des acteurs économiques… et nous avons eu des résultats. La courbe du chômage s’est alors inversée, pour de bon, sans effet d’annonces ni promesses intenables.

On ne lutte pas contre le chômage avec des mots. C’est tout le problème de ce Gouvernement. Dépourvu de bon sens et de solutions efficaces dans la bataille pour l’emploi en France, il affaiblit une filière reconnue pour sa capacité à former et à intégrer durablement les jeunes sur le marché du travail, à l’image des succès constatés chez notre voisin et allié allemand.

Laurent HENART,
Secrétaire Général du Parti Radical

« La bataille pour l’emploi est une priorité pour notre pays et s’il y avait un engagement à tenir, c’était bien celui-ci ! »

 

Le, 28 janvier 2014

Comme tous les Français, Laurent Hénart, Secrétaire général du Parti Radical et de l'UDI, constate avec beaucoup de tristesse la nouvelle progression du chômage, qui atteint un taux de 10,5 % en France métropolitaine.

La promesse pourtant maintes fois exprimée par le Président de la République n’a pas été tenue : l’inversion de la courbe ascendante du chômage avant la fin d’année 2013

Or cette bataille pour l’emploi est une priorité pour notre pays et s’il y avait un engagement à tenir, c’était bien celui-ci

Le chômage n’est pourtant pas une fatalité française. En période de crise économique, avec un taux de chômage comparable en 2005, le plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo avait permis de diminuer le chômage de plus de 10% à plus de 7% en 2 ans.

Au lieu de mener une politique volontariste, le gouvernement a commis trop d’erreurs ces derniers mois : hausse de la TVA et baisse des aides dans le bâtiment, sacrifice du secteur des services à la personne pourtant le plus créateur d’emplois ces dernières années, poids des charges sur les entreprises

Espérons urgemment un sursaut, qui ira bien plus loin que le Pacte de responsabilité engagé par le Président de la République, pour renouer avec la croissance et l’emploi dont notre pays a tant besoin !

Laurent HENART,
Secrétaire Général du Parti Radical

Réaction de Jean-Louis Borloo, après l’adoption ce jour en conseil des ministres, du projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale

 

Le, 22 janvier 2014


A la suite de l’adoption ce matin en Conseil des Ministres du projet de loi relatif à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale, Jean-Louis Borloo, Président de l’UDI, déplore l’absence d’ambition du Gouvernement sur ce texte pourtant crucial, et ce alors même que tous les indicateurs sont au rouge – taux de chômage, compétitivité des entreprises, pouvoir d’achat des ménages et recul sans précédent de l’apprentissage.

Cette réforme qui ne résout en rien la complexité du financement pour plus de 31 milliards et des acteurs de la formation professionnelle témoigne de l’urgence d’une rénovation de notre démocratie sociale frappée par le foisonnement des organismes . Nous avons besoin d’une démocratie sociale plus forte avec des partenaires sociaux, non seulement, moins gestionnaires des principaux flux de notre pays, mais aussi et surtout, plus représentatifs de tous les salariés.

Comment ne pas rappeler que la formation professionnelle est un outil central de lutte contre le chômage : d’une part, elle permet aux salariés d’être plus « employables » et améliore la sécurité de leur emploi, d’autre part, des salariés mieux formés sont indiscutablement un atout majeur de la compétitivité de nos entreprises.

A ce titre, il est regrettable que les PME et TPE ne soient pas davantage protégées par le Gouvernement : en effet, la charge du financement repose d’abord et avant tout sur ces acteurs essentiels pour notre économie et pour l’emploi.

En outre, et à bien des égards, cette réforme, même si elle comporte quelques avancées grâce à l'accord des partenaires sociaux du 14 décembre dernier, ne permettra nullement de relancer la formation et l’emploi des jeunes : il faut doubler en France le nombre d’apprentis afin de tendre vers ce qui est probablement une des plus grandes réussites du modèle allemand, la qualification professionnelle. L’Allemagne compte aujourd’hui 1.6 millions apprentis contre 450 000 en France. La mobilisation de tous est donc nécessaire : des entreprises privées en passant par les trois fonctions publiques.

Réaction de Jean-Louis Borloo aux annonces de François Hollande

 

Le, 14 janvier 2014

Jean-Louis Borloo : « Le Président de la République confirme ses aveux du 31 décembre dernier et a enfin compris qu’opposer la dimension sociale à la dimension économique était une faute majeure, morale et politique »

« Aujourd’hui, le Président de République confirme ses aveux du 31 décembre dernier et notamment le fait d’avoir nié l’ampleur de la crise économique et sociale. Il a même avoué ne pas avoir choisi les bons outils : ainsi, il n’a pas hésité à s’interroger sur le devenir du Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi, pourtant une mesure emblématique du Pacte de compétitivité annoncé il y a juste un tout petit peu plus d’un an. Bref, il a enfin compris qu’opposer la dimension sociale à la dimension économique était une faute majeure, morale et politique.

Si nous pouvons nous satisfaire de cette prise de conscience, nous regrettons que les embryons de mesures annoncées quant à ce nouveau Pacte de responsabilité n’aient que pour seule horizon 2017…

De même, nous regrettons l’annonce d’un 2ème train de simplifications alors que nous n’avons toujours pas vu le premier…

Le Président renvoie toutes les décisions à la création de quatre nouveaux organismes (le Conseil de simplification, l’Observatoire des contreparties, le Conseil stratégique de la Dépense Publique et le Conseil de l’attractivité). La République des « comités Théodule » est donc de retour !

En outre, nous aurions souhaité entendre le Chef de l’Etat sur l’évolution de la fiscalité, et notamment celle des ménages ainsi que sur les mesures précises permettant la baisse de la dépense publique.

Nous soutenons en revanche ses déclarations concernant la convergence fiscale franco-allemande ainsi que le choix d’engager la responsabilité du Gouvernement devant l'Assemblée nationale sur un document qui "formalisera les engagements" du Pacte de responsabilité proposé aux entreprises, même si le périmètre de celui-ci est à ce jour difficile à cerner. Si ce texte contient des mesures concrètes, effectives et allant dans le bon sens, nous le soutiendrons. » déclare Jean-Louis Borloo

Borloo demande à Hollande d'écrire aux Français sur son "changement de cap"

 

Jean-Louis Borloo a demandé dimanche à François Hollande d'écrire aux Français pour détailler son "changement de cap", que les centristes pourraient soutenir sur certains points.

PARIS, 12 janvier 2014 (AFP)

"Je veux qu'on rentre dans une République sérieuse et du concret" et "pour une fois qu'on ne fasse pas ça dans une conférence de presse", a déclaré M. Borloo au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, avant le grand rendez-vous mardi de François Hollande avec les journalistes.

"Le président, sur un tel changement de cap, qu'il écrive noir sur blanc son plan d'action pour les deux années et demie qui viennent", a plaidé le dirigeant centriste, demandant sur chaque thème "objectifs, méthode, calendrier, évaluation".

"Les Français se passionneraient s'ils recevaient un document signé du président de la République, une adresse aux Français", a-t-il assuré.
L'UDI pourrait apporter son "soutien à un certain nombre de propositions" si elles "vont dans le bon sens", a poursuivi le député du Nord, qui se place dans "l'opposition constructive". "François Hollande finit par parler comme nous, tant mieux", notamment sur les entreprises, s'est-il réjoui.

Le chef de l'Etat a reconnu selon lui dans ses voeux qu'"il n'y a pas de compétitivité sans soutien aux entreprises" et "pas de baisse de la fiscalité sans baisse des dépenses publiques, et ça nous va bien".

Plutôt que de voeux pour 2014, "on pourrait plutôt parler des aveux du président pour les années précédentes", a glissé le dirigeant de l'UDI.

Son allié du MoDem François Bayrou n'a "pas de position différente" de lui et "n'est pas convaincu du tout que tout ça puisse fonctionner pour des raisons de majorité politique", a affirmé M. Borloo.

Ce dernier estime cependant que François Hollande "n'a pas la majorité politique, ce qui fait qu'il n'écrira pas précisément les choses" sur son programme. "Je pense qu'il devrait néanmoins s'adresser aux Français", a-t-il insisté.

Réaction de Jean-Louis Borloo à la création d’une mission parlementaire sur les opérations en Afrique

 

Le, 9 janvier 2014

Jean-Louis Borloo, salue la création d'une mission d'information sur l'évolution du dispositif militaire français en Afrique par la commission de la Défense mercredi et rappelle avoir demandé au Président de l’Assemblée Nationale, la mise en place d’une telle mission spécifiquement sur la Centrafrique, par courrier, le 6 janvier 2014.

« Si l'on peut se réjouir de cette mission, au regard de la complexité des opérations dans lesquelles est actuellement engagée la France, nous regrettons que son objet ne concerne pas plus spécifiquement l'engagement de nos forces armées en République Centrafricaine.

Nous avons mardi, lors de la Conférence des Présidents, proposé la création d'une telle mission et qui a malheureusement été refusée par celle-ci. En effet, une mission d'information spécifique était nécessaire, face à une situation qui s'avère de plus en plus complexe militairement et incertaine politiquement, d'autant que dans quelques semaines, en vertu de l’article 35, alinéa 3 de la Constitution, le Gouvernement devra soumettre la prolongation de l’intervention française en Centrafrique à l'autorisation du Parlement. Je rappelle que le Groupe UDI a apporté son soutien à cet engagement humanitaire de la France. » déclare Jean-Louis Borloo

Réaction de Jean-Louis Borloo à l'allocution présidentielle

Le, 31 décembre 2013

« Malheureusement, le Président de la République a tenu les mêmes propos que le 31 décembre 2012, pourtant le chômage est cette année à un niveau historique, la crise du logement et du bâtiment ont atteint un niveau inégalé depuis 30 ans, la transition énergétique et notamment les travaux d’efficacité énergétique se sont effondrés depuis 18 mois et le pouvoir d’achat des Français est le plus bas que notre pays ait connu depuis 20 ans.

Même si le Président de la République semble enfin avoir pris conscience de la crise de 2008 qu’il avait nié jusqu’à présent, c’est bien aujourd’hui le cap économique et social français qui est responsable de la situation actuelle de notre pays.

Son nouveau « pacte de responsabilité » n’est qu’une formule dont il a le secret. Celle-ci subira sans nul doute le même sort que la formule du « choc de simplification ».

Nous appuyons l’hommage rendu à nos soldats engagés dans des opérations extérieures mais nous aurions espéré de véritables vœux d’un Président à la nation tout entière. » déclare Jean-Louis Borloo

Projet d'autoriser le voile à l'école : réaction de Jean-Luc CADEDDU, Secrétaire national aux Droits de l'homme et à la Laïcité du Parti Radical

 

Le, 13 décembre 2013

La légalisation de l’autorisation du voile à l’école telle que le préconise le rapport intégration remis au Premier Ministre va à l'encontre de l'un des piliers les plus fondamentaux de notre société actuelle : la laïcité.

Comme le rappelle la Charte de la laïcité à l'école, "le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit". La Nation confie à l'Ecole la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République".

Il faut avoir conscience des répercussions que pourrait entraîner une remise en cause de l'interdiction du voile à l'école pour la paix sociale dans notre pays.

Soldats Français tués à Bangui, réaction du Parti Radical

 

Le, 10 décembre 2013

"La France mandatée par la Communauté Internationale, vient de perdre deux de ses soldats à Bangui; c'est le prix que notre pays paye pour que la Centrafique, et l'Afrique de l'ouest en général trouve enfin son équilibre"

 

Décès de Nelson Mandela : réaction de Jean-Louis Borloo

Le, 6 décembre 2013

Avec la disparition de Nelson Mandela, c’est le plus beau combat d’espoir du XXè siècle qui s’achève. Mais c’est aussi une voie qui a été ouverte.

Cette vie, si longtemps recluse et délivrée si tardivement pour l’éclosion immédiate des libertés, est le message de la plus belle humanité, celle qui dénonce l’injustice, celle que l’injustice frappe, celle qui libère de l’injustice.

Grâce à Nelson Mandela, en Afrique du Sud comme partout ailleurs dans le monde, on a vu le mur de la fatalité s’effondrer. Ce qui semblait écrit a été recomposé. Ce qui paraissait immuable a sombré à jamais. Et finalement la force brutale a cédé devant la force morale.

Mandela, c’est ce message universel qui parle à chacun de nous : gardez l’espoir, gardons l’espoir. Gardons l’esprit en éveil et le cœur ouverts. Ne nous laissons pas prendre au piège des exclusions et du fatalisme, qui sans rien changer, dégrade et avilie.

Soyons optimistes et nous serons plus forts et nous serons plus libres.

Merci Monsieur Mandela.

"Cet engagement de nos troupes, c’est avant tout un engagement humanitaire de la France et un devoir de solidarité"


Le, 5 décembre 2013


L'UDI, par la voix de Jean-Louis Borloo et de Philippe Folliot, apporte un soutien sans réserve au Président de la République et au Gouvernement, face à une situation de danger extrême pour la population centrafricaine.

Ils saluent, par ailleurs, la décision unanime de l’ONU autorisant la France à intervenir en Centrafrique.

« Cet engagement de nos troupes, c’est avant tout un engagement humanitaire de la France et un devoir de solidarité, alors que les luttes ethniques en Centrafrique menacent de déboucher sur un génocide et de plonger le pays dans la guerre civile.

Mais au-delà de la Centrafrique, c’est une région entière qui est déstabilisée et risque l’embrasement. Face à ce sujet panafricain, il est de notre devoir d’inventer une réponse paneuropéenne, internationale.

Aussi, nous appelons la France à être le moteur qui mobilisera politiquement nos partenaires européens et l’ensemble de la communauté internationale. La solution ne peut pas être uniquement l’usage des forces françaises, et il convient au plus vite de préparer le jour d’après.

Il est en effet indispensable de mettre sur pied une véritable stratégie globale, de solidarité économique, éducative, énergétique et climatique pour le développement de l’Afrique. »déclarent Jean-Louis Borloo et Philippe Folliot

 

Jean-Louis Borloo : nous risquons d’atteindre un point d’emballement irréversible du changement climatique


Le, 27 septembre 2013

"Rapport après rapport, le GIEC affine sa méthode scientifique d’analyse et de prévision. Son dernier rapport est clair : nous risquons d’atteindre un point d’emballement irréversible du changement climatique.

Le débat sur l’effet de l’activité humaine même partielle est aujourd’hui dépassé. Le temps est désormais à l’action pour chaque Etat, pour chaque collectivité territoriale, pour chaque syndicat, pour chaque entreprise et pour chaque citoyen du monde.

Le Paquet Climat Energie européen, seul dispositif contraignant qui prévoyait la réduction de 20 % des Gaz à effet de serre en Europe - est effectivement appliqué et la France, depuis 2007, grâce au Grenelle de l’Environnement, est même légèrement en avance sur ses objectifs. Toutefois, il convient que l’Union européenne passe à un engagement de 30 % d’ici 2020, ce qu’elle peut faire sans pour autant porter atteinte à la compétitivité.

Si Copenhague n’a pas permis un accord contraignant de tous les états du monde, chaque pays a néanmoins notifié, un mois après, à l’ONU ses engagements volontaires. Il convient désormais que l’ONU fasse le point dans chaque pays de la situation des engagements volontaires et de la réalité des trajectoires.

Dans les tous les cas de figure, l’adaptation aux changements climatiques est une absolue nécessité, notamment dans les zones extrêmement pluvieuses ou extrêmement désertiques qui sont les premières touchées. Le plan d’adaptation décidé à Copenhague et qui devait être mis en route dans les deux ans ne s’est pas mis en place et notamment les financements innovants.

La France qui était leader en Europe lors des négociations du Paquet Climat Energie doit lancer une initiative européenne et internationale, notamment avec la relance et l’actualisation du Plan Justice climat en direction de l'Afrique et des pays vulnérables". déclare Jean-Louis Borloo.

Déclarations contradictoires du Président de la République et du Premier Ministre : il faut en sortir par le haut


Le, 18 septembre 2013

"Après les déclarations du Premier Ministre contredisant le Président de la République quant à la date de la pause fiscale, se pose un problème de crédibilité de la parole publique. Il faut en sortir par le haut avec une annonce forte et très attendue des Français. C’est le moment de rétablir même partiellement la défiscalisation des heures supplémentaires et de baisser la TVA sur le logement et les travaux dans l’habitat. Cette sortie par le haut est indispensable. " déclare Jean-Louis Borloo

Pause fiscale : le Premier ministre contredit le Président de la République



Le, 18 septembre 2013

" Alors que François Hollande annonçait lui-même, le 30 août dernier, « le temps est venu de faire - plus tôt qu'il n'avait été prévu - une pause fiscale », aujourd'hui nous assistons à une situation inédite où son Premier Ministre le contredit en annonçant la pause fiscale "sera effective en 2015".

Concrètement pour les Français, cette déclaration signifie une nouvelle avalanche fiscale en 2014 et un report de la pause en 2015 voir au-delà." déclare Jean-Louis Borloo.

Réaction d’André Rossinot, aux déclarations de François Bayrou


Le, 26 août 2013

Territoires, décentralisation, France forte et Europe Fédérale sont les défis qui sont devant nous et pour lesquels les sensibilités radicales, centristes, républicaines et sociales ont toujours été cohérentes, ont souvent entraîné nos concitoyens.

Les rendez-vous des Municipales et des Européennes de 2014 appellent à un sursaut et à la prise de conscience de la situation très grave dans laquelle nous sommes. Les échéances de 2014 appellent à un grand rassemblement humaniste, laïc, social et européen. En ce sens, l’appel de François Bayrou ce matin est le bienvenu.

Communiqué de Nathalie Delattre, sur le projet gouvernemental de réforme du statut de l’auto-entrepreneur

 

 

Le, 21 août 2013

Ce gouvernement a décidément l'art de se mêler de ce qui marche au lieu de s’occuper de ce qui ne marche pas....

Avec ses plafonds multiples et ses délais compliqués, cette réforme annoncée du statut de l'auto entrepreneur mettra de la complexité dans ce qui était simple et permettait à plusieurs centaines de milliers de nos compatriotes de vivre du fruit de leur travail.

L'UDI demande au Gouvernement de renoncer à sa réforme, tout du moins jusqu'à ce que le chômage ait diminué dans notre pays.

http://contregouvernement.parti-udi.fr/petites-et-moyennes-entreprises.html

Nathalie DELATTRE,
Membre du contre-gouvernement de l'UDI en charge des PME,
Vice-présidente du Parti Radical

 

Communiqué de Jean-Luc Cadeddu - Evènements de Trappes


Le, 23 juillet 2013

Suite aux évènements de Trappes, la Laïcité continue à être ignorée par une petite partie d'intégristes religieux générant obligatoirement l'amalgame du refus d'intégration des communautés Magrhébines en France ; ne laissons pas de ce fait les extrémistes récupérer les défaillances du système en place à des fins politiques.

Jean-Luc CADEDDU,
Secrétaire national à la Laïcité et aux droits de l'Homme.

Hommage à Jean-Louis Bergeal

 

Notre ami Jean-Louis Bergeal est décédé d’un AVC le 27 juin dernier. Jean-Louis Bergeal, diplômé de l’Essec avait fait la plus grande partie de sa carrière dans le groupe Suez. Membre du Parti Radical et des étudiants radicaux depuis les années 60, il est resté fidèle toute sa vie au Parti Radical, dont il a été membre près d’un demi siècle.

Jean-Louis Bergeal, longtemps dirigeant de la Fédération de Paris et membre du Comité exécutif national avait été élu conseiller de Paris dans le 20ème arrondissement en 1983 et 1989 sur la liste de Didier Bariani, Maire du 20ème, dont il a été par ailleurs durant toute cette période adjoint chargé de l’urbanisme. A son épouse Marie-Chantal, le Parti Radical adresse ses condoléances attristées.

Communiqué de Patricia LALONDE, Secrétaire Nationale aux Droits des femmes du Parti Radical

 

Au moment où le premier ministre JM AYRAULT et la Ministre du Droit des Femmes Najat VALLAUT BELKACEM se sont rendus dans l’Eure pour mesurer le dispositif de protection contre les « violence faite aux femmes, Patricia LALONDE, Secrétaire Nationale aux Droits des femmes du Parti Radical rappelle qu’en Afghanistan les femmes sont actuellement en grand danger.

La seule loi qui protège les femmes contre les violences conjugales, le mariage précoce des filles…. Risque d’être remise en cause par une poignée d’extrémistes conservateurs qui viennent de déclarer que cette loi est contre l’Islam.

Patricia Lalonde propose que le sort des femmes qui sont menacées dans certains pays, notamment les pays post « Printemps arabe » soit systématiquement rappelé dans toutes les interventions sur le droit des femmes en France.
Tout en luttant pour la protection de nos droits, ne devons-nous pas aider et venir au secours des nombreuses femmes dans le monde qui risquent de perdre leurs droits fondamentaux ?

 

Réaction au Rapport de la Cour des Comptes sur l'Education Nationale

 

 Par Simon-Pierre Trézéguet, Secrétaire National à l'Education nationale du Parti Radical          

La Cour des Comptes a décidé de dire clairement, chiffres à l'appui, ce que l'ensemble des citoyens et des élus locaux pressentaient depuis longtemps. L’Éducation Nationale, premier poste budgétaire en France, mérite une nouvelle organisation, où l'exigence républicaine ne serait plus incompatible avec l'exigence d'une certaine efficacité.

A trop vouloir faire plaisir à tout le monde, des conservatismes corporatistes aux différents lobbys pour telle ou telle matière, telle ou telle classe de tel ou tel village, les gouvernements successifs, droite et gauche confondus, ont perdu le contrôle et la vision d'ensemble de l'Education Nationale. Le renoncement du gouvernement à soumettre la définition du Socle Commun à la représentation nationale (dans la loi dite de Refondation de l'Ecole) accentue cet abandon de la politique éducative aux lobbys et experts auto-proclamés.

Seul un Grenelle de l'Education pourra créer les conditions d'un débat national apaisé pour définir l’École du XXIème siècle. Ce débat devra en effet mettre sur la table à la fois la nécessité d'une nouvelle organisation générale de l'Ecole, la nécessité d'une redéfinition du rôle et des conditions de travail des enseignants, la nécessité d'une participation accrue de la représentation nationale et des élus locaux à la définition et à la mise en œuvre de la politique éducative, dans le respect d'une exigence républicaine. Toute réforme de l’École doit en effet respecter les valeurs fondatrices de notre École : permettre à chaque enfant, quelque soit le territoire et le milieu qui l'a vu naître, d'accéder au meilleures formations que la République propose.

Le Parti Radical appelle le gouvernement à convoquer ce Grenelle de l’Éducation pour la rentrée 2013, et donc à suspendre la loi dite de Refondation de l’École qui ne fait qu'ajouter du bruit et des vagues à un environnement déjà brouillé.

Chiffres du chômage : Jean-Louis Borloo demande au Président de la République la convocation immédiate du Parlement en Congrès


Le, 26 avril 2013

Avec plus de 3,2 millions de demandeurs d’emploi en mars, la cote d’alerte est dépassée. Nous ne sommes même plus dans l’urgence mais face à un risque de catastrophe. Cela fait des mois que nous alertons le Gouvernement par toutes les voies possibles contre une politique de démantèlement et de destruction de l’emploi. Le choc de compétitivité n’a pas eu lieu. Tous les secteurs sont en danger, certains en grand danger (bâtiment, efficacité énergétique, services à la personne…) alors qu’ils pourraient être redressés très vite en revenant sur les erreurs commises.

L’incompréhension est totale. Le Gouvernement est passé de l’inaction politique à l’autisme. Tout le monde, y compris dans la majorité, reconnaît ses erreurs. Il est grand temps de passer à la décision publique. Aussi, face à la gravité de la situation, il est nécessaire que le Président de la République convoque le Parlement en Congrès, en vertu de l’article 18 de la Constitution, afin qu’il présente personnellement les nouvelles mesures immédiates et cohérentes qui permettront à la fois de relancer économiquement le pays et de restaurer la confiance. Il appartient désormais au Président de la République de prendre la tête de cette bataille.

Réaction de l'UDI après l'attentat contre l'ambassade de France à Tripoli


Le, 24 avril 2013

"L'UDI condamne l'acte odieux perpétré ce matin contre l'ambassade de France à Tripoli et adresse ses pensées, comme l'ensemble de la Nation , aux deux gendarmes mobiles français blessés. Même si l’unité nationale ne se décrète pas, le rassemblement des forces politiques qui concourent à la démocratie est nécessaire dans ces moments-là." déclare Jean-Louis Borloo.

Communiqué d'Arlette Fructus - Position Evénements Marseille

 

Le, 25 mars 2013

Arlette FRUCTUS demande au gouvernement de changer de cap et de mettre en place en urgence un GRENELLE DE LA SECURITE POUR MARSEILLE :

"La réponse policière est indispensable mais pas seulement, il faut s'attaquer aux causes profondes des maux. Cela nécessite une mobilisation sans précédent de tous les acteurs de terrain et un renforcement de la présence de l'Etat.

Trois décisions fortes s'imposent déjà :

- Donner à Marseille les moyens d'accélerer la rénovation urbaine déjà engagée pour réhumaniser nos quartiers et annoncer qu'elle dispose de crédits prioritaires massifs dans le Plan National de Rénovation Urbaine 2.

- Prolonger, renforcer et étendre le dispositif des Zones Franches Urbaines pour booster le développement économique et l'emploi plutot d'envisager sa suppression en 2014.

- Réviser en profondeur le fonctionnement des Zones d'Educations Prioritaires et donner des moyens à la hauteur des enjeux pourassurer une véritable intégration républicaine à nos enfants".

Arlette FRUCTUS,
Secrétaire générale adjointe du Parti Radical,
Déléguée nationale de l'UDI,
Adjointe au Maire de Marseille et Conseillère Régionale

 

«Annonces du Président de la République sur le logement : une simple opération de communication »


Le, 21 mars 2013

Sur les 5 erreurs graves commises par le Gouvernement depuis 10 mois dans le secteur du logement, François Hollande a enfin réparé une erreur et seulement une seule : celle d’avoir augmenté massivement la TVA sur le logement social.

Malheureusement, il fallait rallumer cinq "moteurs" pour sortir de la crise du logement et répondre à l’urgence économique et sociale.

Alors que le Président de la République estime qu’un choc de confiance en matière de logements est nécessaire, considère-t-il qu’il faut juste abaisser la TVA à 5 % sur le logement social et formuler quelques annonces navrantes, improvisées et, qui plus est, non chiffrées !

Relancer la construction de logements sociaux n’implique pas qu’un abaissement de la TVA mais doit absolument s’accompagner d'une obligation de vendre 100 000 logements sociaux avec une décote de 30% pour les locataires qui le souhaitent. Ces ventes permettront la construction de 250 000 logements en 2 ou 3 ans dans les zones les plus tendues.

En outre, ce choc de confiance dans le secteur du bâtiment ne pourra se produire qu’en revenant sur l’erreur funeste du Gouvernement d’avoir augmenté la TVA à 10 % sur les travaux de rénovation de l’habitat et d’efficacité énergétique.

Justement, le soit disant plan de rénovation énergétique du Président Hollande ne répond nullement à l’urgence : la création d’un guichet unique annoncé seulement pour l’été 2013 ne réglera pas le problème du coût des travaux. L’aide spécifique de 1350 € est dores et déjà inopérante : qu’entend-on par ménages modestes puisqu’aucun plafond de ressources et paniers de travaux ne sont précisés ?

La seule mesure capable de répondre à l’urgence est donc la baisse de la TVA à 5 % sur ces travaux.

Concernant le locatif privé, la création par ordonnance d’un statut du logement intermédiaire pèse d’ores et déjà de nombreuses questions. A nouveau, qu’entend-on par classes moyennes ? Qu’est ce qu’une fiscalité adaptée ? Seuls 10 000 logements intermédiaires sont annoncés, c’est clairement insuffisant.

Pour le locatif privé, nous attendons et réclamons une baisse de la TVA de 20 à 10% sur le locatif intermédiaire et sur les logements privés pendant 2 ou 3 ans.

Quant à la libération du foncier, nous espérons que cette fois les terrains mis à la disposition des constructeurs ne seront pas des terrains déjà vendus comme à l’automne dernier.

En conclusion, la réussite et l’expansion du secteur du logement, grand pourvoyeurs d’emploi, ne dépendent exclusivement que des décisions gouvernementales. Le Président avait donc ce matin toute latitude pour proposer un plan cohérent, massif et urgent du bâtiment, il ne s’est malheureusement borné qu’à une simple opération de communication.

Plaidoyer pour une Francophonie économique, créatrice d’emplois, Thierry CORNILLET



Le Figaro, 19 mars 2013

On a bien vu, lors des événements en Côte d’Ivoire et récemment au Mali que la France est le partenaire privilégié du continent africain et particulièrement des pays avec lesquels nous partageons la langue et une histoire commune.

Cette francophonie a plusieurs aspects.
Il existe une francophonie institutionnelle incarnée par l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), une francophonie culturelle et une francophonie des peuples nées du partage de la même langue et des mêmes valeurs.

Il est temps que soit maintenant reconnue et organisée la francophonie économique qui sera un levier de croissance pour notre pays et de développement pour nos partenaires.
Elle s'appuie sur la notion d'espace économique francophone.

Son périmètre est celui de l'OIF c'est-à-dire 77 pays, et représente 800 millions d'habitants soit 13 % de la population mondiale, 13 % du PIB mondial ,20 % des exportations, 19 % des importations, 22 % des terres habitables et des réserves d’eau potable, et une population jeune et en croissance.

L'affichage de cette réalité statistique ne doit pas occulter qu'il existe, au sein de celle-ci, un marché francophone spécifique de 30 pays, 380 millions d’habitants dont 220 millions de locuteurs français, ciblé principalement sur les pays africains, en croissance et qui ont le français comme langue officielle, co-officielle ou d’usage

C’est un espace où on peut se comprendre et dialoguer du haut en bas quelque soit le niveau de responsabilité et de s'adresser à des consommateurs dans la même langue.

C'est ce « territoire de mission » à développer économiquement tant pour les entreprises françaises que pour les PME africaines dans une optique de partenariat et d'intérêt mutuel bien compris.

La francophonie économique n'a rien de commun avec la « Françafrique », ne défends aucun intérêt particulier et ne peut exister que si elle s’appuie sur une myriade d’acteurs tant en France qu’en Afrique.

Cette francophonie à venir s'appuie sur des atouts solides :
- Le partage d’une même langue, pour l’avenir, il faudra s'assurer que l’apprentissage du français notamment en Afrique suit la progression démographique

- L’unité du droit, le droit français plutôt que le droit anglo-saxon en très forte progression

- Des normes techniques communes, cela reste un combat permanent pour la France et l’Europe et qui conditionne de nombreux marchés

- La présence de diasporas
Elles sont doubles : Les unes, en France. Issues de pays francophones et elles ont conservés des liens financiers forts avec leurs pays d’origine. L’autre composée de Français à l’étranger souvent grands acteurs économiques dans leur pays d’expatriation

- Une formation conjointe des élites
La fréquentation conjointe des grandes écoles ou des universités créent des liens humains qui facilitent les contacts et les collaborations.

- Une force de frappe commune
Tant par le nombre de consommateurs potentiels que par les alliances possibles principalement pour les PME qui disposent de fédérations et de réseaux structurés.



Lors du Sommet des chefs d’Etats de la Francophonie à Kinshasa le 13 octobre 2012, le Président de la République a proposé de faire de la francophonie « un outil au service du développement économique ».

Cette priorité accordée à la Francophonie comme élément de développement économique est partagée par tous les Chefs d’Etat et de gouvernement des pays ayant le français en partage.


Cette approche nouvelle doit se combiner avec la volonté réaffirmée d'encourager une diplomatie d'influence, une « diplomatie économique »

La mobilisation nécessaire des multiples acteurs qu'il faut fédérer et à qui il faut apprendre à travailler ensemble conduit à avoir une vision interministérielle
Sauf à bâtir un périmètre ministériel propre et de découpler cette mission du MAEE, elle pourrait être confiée à une Délégation interministérielle à la francophonie économique

Animé par un Ambassadeur en charge, mais idéalement rattachée auprès du Premier Ministre, cette délégation a pour mission de coordonner l’action des divers services de l’Etat et à la développer en concertation avec des partenaires déjà identifiés.

Elle remplira un rôle de pilotage, d’évaluation, d’animation partenariale, d’expérimentions et de conceptions de politiques spécifiques.

Elle aura surtout à remplir un rôle de coordination.
De nombreux ministères et organismes publics participent, à leur niveau, à la mise en œuvre d’une politique de francophonie économique.
Ces services sont tous parties prenantes du développement de cette politique dans le cadre de leurs compétences propres en cherchant un effet de synergie
Leur collaboration, leur réflexion et leur travail en commun sont les clefs de la réussite.
L’action de cette délégation sera aussi d’organiser une concertation avec les partenaires extérieurs, de les interroger sur les stratégies qu’ils estimeront les plus efficaces et de les faire travailler ensemble.

Ces partenaires sont nombreux et variés : cela va des collectivités territoriales aux fédérations professionnelles en passant par les diasporas, les organismes consulaires, etc
De culture, d’histoire, de poids différents, ils sont cependant incontournables car eux aussi sont les bras armés de la présence française dans les pays partenaires

Il est temps de créer un organisme coordinateur et un interlocuteur français unique pour nos partenaires étrangers.

C’est le sens de cette proposition qui va dans le sens d’une francophonie assumée, moderne et qui représente un atout fondamental pour la France et l’économie française.

Il est temps d’utiliser cet atout.

Thierry Cornillet
Ancien Président National du Parti radical
Rapporteur spécial de l’U.D.I. pour la Francophonie
Président fondateur de l’Association Internationale
des Régions Francophones (142 régions de 29 pays)

Borloo : «Je demande à Hollande une pause fiscale» Figaro

 

Le, 18 mars 2013

À la veille du débat de censure à l'Assemblée, le président de l'UDI pose quatre conditions au gouvernement.
LE FIGARO.

- Voterez-vous la motion de censure, déposée par l'UMP, qui sera débattue mercredi à l'Assemblée?

Jean-Louis BORLOO. - Nous posons quatre conditions pour nous déterminer. Trois consistent à revenir sur des erreurs graves et évidentes commises par ce gouvernement et qui concernent les heures supplémentaires, le bâtiment et les services à la personne. Des décisions que tout le monde reconnaît aujourd'hui comme très néfastes, car elles sont antisociales, dramatiques pour l'emploi et mauvaises pour les comptes publics. Et je demande à François Hollande etJean-Marc Ayrault de prendre un engagement sur l'honneur: ne plus augmenter les prélèvements obligatoires jusqu'en 2017 afin de redonner confiance aux Français. Nous ne voulons pas des phrases mais des engagements immédiats et précis.

Sur les heures supplémentaires, que reprochez-vous à la gauche?

Le gouvernement s'est attaqué aux travailleurs salariés méritants, du privé comme du public, en supprimant la défiscalisation mise en place par le précédent gouvernement. C'est une double erreur, car cette mesure ne crée pas d'emplois, et elle réduit un élément de souplesse et de compétitivité. C'est une attaque massive sur le pouvoir d'achat de plus de neuf millions de salariés, pouvant aller jusqu'à 500 euros par an. Nous demandons le retour immédiat à la situation antérieure.

Que proposez-vous pour doper le secteur du bâtiment?

C'est la deuxième condition, qui n'est pas contestable non plus. La construction de logements est une exigence sociale et économique. Le bâtiment est un secteur très pourvoyeur d'emplois, 1,4 million de salariés, soit un Français sur douze, y travaillent, et si on ajoute les métiers d'appui, on n'est pas loin du double. C'est en outre un secteur non délocalisable, qui ne dépend ni du dollar ni des Chinois, mais que de nous. Le gouvernement a fait voter le passage de 7 à 10 % de la TVA sur la construction de logements sociaux, les travaux de rénovation de l'habitat et l'amélioration de l'énergétique, soit 100 % de hausse en dix-huit mois, puisque ce taux était passé précédemment à 7 %. C'est un véritable coup de grâce! De plus, le champ des prêts à taux zéro a été réduit et les conditions durcies. On entre dans une crise majeure de l'emploi et du logement. On pouvait créer 100.000 emplois de plus dans ce secteur, on va en détruire 100.000. Nous demandons le retour immédiat à la TVA à 5 % sur les travaux dans le bâtiment, les économies d'énergie et la construction de logements sociaux, ainsi que le desserrement des prêts à taux zéro pour les primo-accédants. Nous voulons aussi qu'il y ait, dans certains cas, un droit d'acquisition pour les locataires du parc.

Vous dénoncez aussi l'abandon du secteur des services à la personne…

La gauche a fait une erreur historique en croyant que le secteur des services à la personne offrait des avantages aux personnes les plus aisées, alors que c'est un marché porteur et solvabilisé de 2,2 millions de salariés qui améliorent des conditions de vie: la dépendance, la petite enfance, les soins à domicile et le handicap. Le gouvernement a annoncé la fermeture de l'Agence nationale des services à la personne qui assure la promotion de ces métiers et la coordination de l'offre et la demande. Il faut renoncer à la fermer et au contraire la développer. Il faut aussi rétablir le forfait, procéder à des allégements de charges, mettre en place un plan de formation. Car c'est un secteur solvabilisé et professionnalisé, qui rend service à tout le monde et qui a créé près de 400 000 emplois entre 2006 et 2011. On est parti pour en détruire 100.000 par an au lieu d'en créer 100.000. La gauche a abandonné ce secteur. Ces erreurs commises sur les deux secteurs, services à la personne et bâtiment, empêchent la création ou détruisent de 300.000 à 400.000 emplois directs ou indirects et, donc l'entrée de 7 à 10 milliards d'euros de recettes supplémentaires, tout compte public confondu.

Quel «engagement sur l'honneur» demandez-vous à l'exécutif?

Je demande au président de la République et au premier ministre de décider une pause fiscale. De s'engager sur l'honneur à ne pas augmenter les prélèvements obligatoires d'ici à 2017. Le pays est à l'arrêt, les Français ne savent pas où l'on va. Le taux de prélèvements obligatoires s'élèvera à 46,3 % en 2013, et 46,7 % fin 2014. Il ne faut pas aller au-delà. Cet engagement est indispensable pour que les projets individuels et collectifs redémarrent. L'équilibre budgétaire devant provenir de la réduction des dépenses publiques.

Voterez-vous la censure si le gouvernement ne vous entend pas?

Ces différents sujets font l'unanimité des citoyens, professionnels, experts et élus. C'est maintenant que cela se joue. Si sa réponse est positive, nous aurons le sentiment d'avoir aidé notre pays. Le groupe UDI aura fait son travail d'opposition constructive. Dans le cas contraire, nous voterons la censure sans hésiter.

N'avez-vous pas peur d'apparaître comme une force d'appoint de l'UMP?

La crise de l'emploi est telle que c'est au gouvernement de répondre. Pour le reste, nous connaissons nos alliances. La démocratie c'est la clarté.


Jean-Louis Borloo : François 1er marche sur les pas de Saint François Xavier et de Saint François d’Assise

 

Le, 13 mars 2013


Le nouveau Pape Jorge Mario Bergoglio, Francois 1er n’a pas choisi son nom par hasard. Il marche sur les pas de Saint François Xavier et de Saint François d’Assise.
Pape originaire d'Amérique du Sud, où la vigueur catholique est incontestable, il saura accompagner les plus fragiles et les plus pauvres dans la grande tradition du pasteur

Réactions du Parti Radical aux déclarations du Ministre PEILLON

 

Le, 11 mars 2013

Pour le Parti Radical, les déclarations du Ministre Peillon sur les congés d’été, alors même que la réforme du rythme hebdomadaire n’est pas encore installée, témoignent d’une absence de ligne directrice, d’une sorte d’improvisation permanente pour déplacer le débat. Elles cherchent surtout à masquer les vrais défis qui attendent l’Ecole, et l’absence de vision pour y faire face.

L’école de la République est en situation d’échec. Une profonde remise en cause de l’organisation de l’Ecole doit être conduite. La réforme des rythmes scolaires n’est qu’un aspect de cette mutation de l’Ecole à laquelle nous aspirons.

Nous appelons le gouvernement à lancer une très large consultation afin de repenser dans sa globalité l’Ecole de la République. Au XXIème siècle dans une société profondément changée et diversifiée, l’Ecole doit relever le défi de l’individualisation des parcours, ce qui nécessite une organisation favorisant l’autonomie et les initiatives.

Seul un projet politique ambitieux et cohérent pourra rassembler les citoyens, entraîner l’adhésion des enseignants et mobiliser les collectivités locales qui auront un rôle de plus en plus déterminant à jouer.

Ce Grenelle de l’éducation que nous demandons serait donc le lieu de la concertation pour qu’une vision nouvelle prenne corps. Les petites phrases ministérielles ne doivent pas faire oublier l’essentiel: une jeunesse bien formée est le fondement d’une citoyenneté éclairée, républicaine.