Convocation du Parlement en Congrès : nos institutions à bout de souffle



© LP / Olivier Lejeune

Le, 30 juin 2017

 

Le Président la République a choisi de réunir le Parlement en Congrès, la veille du discours de politique générale de son Premier Ministre, suscitant ​une​ polémique.

Après un Parlement discrédité suite au record d’abstention atteint aux élections législatives, c’est aujourd’hui l'affaiblissement de la fonction du Premier Ministre qui est mis en avant, donnant lieu à une dyarchie confuse à la tête de l’exécutif.

Pour Laurent Hénart, Président du Parti Radical, «Nos parlementaires restent dans une logique constructive et assisteront au Congrès afin d’écouter le discours du Président de la République ». Tout en précisant « Il est important de redéfinir les rôles respectifs du Président et du Premier Ministre. Si le chef de l’Etat a raison de vouloir​ reprendre de la hauteur et de la solennité, il faut cependant retrouver un équilibre institutionnel avec un Parlement au pouvoir renforcé, plus représentatif des opinions politiques, élu au scrutin proportionnel, et dont est issu le Gouvernement. Le Parti Radical propose l’élection du Président de la République pour un septennat non renouvelable, afin qu’il retrouve sa fonction d’arbitre et de garant de la Nation, et redonner toute sa place au rôle du Parlement et du Gouvernement ».

Laurent HENART,
Président du Parti Radical

Revenir

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire