Interdiction des crèches de Noël au sein des services publics

Le, 4 novembre 2014
 
Interdiction des crèches de Noël au sein des services publics : le Parti radical soutient la décision du Tribunal administratif de Nantes
 
" Le Parti radical soutient l'interdiction prononcée cette semaine par le Tribunal administratif de Nantes à l'égard du Conseil général de Vendée pour l'installation d'une crèche de Noël dans le hall d'accueil du public et réaffirme l'importance de la séparation de l’Église et de l’État.
 

Chaque année, dès le début du mois de décembre, les crèches de Noël, comme les marchés de Noël, font partie de notre quotidien. Souhaitant s'inscrire dans cette tradition, le Conseil général de Vendée, à l'initiative de son ancien président, Philippe de VILLIERS, avait pris pour habitude d'installer, à l’intérieur du hall d’accueil destiné au public, une crèche de la nativité que parents et enfants aimaient découvrir.

Néanmoins, et malgré le sentiment de sévérité que cela peut créer, il est important de rappeler que le Tribunal administratif de Nantes n'a fait qu'appliquer la loi sur les signes ostensibles dans les lieux publics et plus largement les principes de séparation de l’Église et de l'Etat. Les magistrats n'ont ainsi pas eu pour objectif de s'opposer aux traditions qui nous sont chères mais bien de rappeler la séparation qui doit exister entre la nécessaire neutralité du service public et les symboles religieux particulièrement évocateurs et ce, quelque soit la religion concernée.

En conséquence, il est important de respecter la décision rendue par la justice et espérer simplement que la crèche pourra être déplacée dans un endroit privé de la ville."

Jean-Luc CADEDDU,
Secrétaire national en charge de la laïcité et des droits de l’homme

Revenir

Commentaire(s)

Commentaire de POITOU Frédéric |

Bravo Jean-Luc pour cette prise de position courageuse, que j'ai largement relayée sur ma page Facebook.

Le stricte respect de cette dimension constitutionnelle qu'est la laïcité, est le meilleur garant que la République puisse opposer aux velléités et revendications communautaristes, quelles qu'en soient leurs origines.

Commentaire de DEBEVE Mireille |

Je partage entièrement l'avis exprimé ci-dessus, par J-Luc CADEDDU.
Une crèche ne relève pas du domaine culturel, mais bien du domaine religieux, ; les personnages de la crèche représentent bien une expression chrétienne.
Le jugement rendu par le tribunal de NANTES applique strictement la loi sur le respect de la laïcité, en particulier dans le domaine public, à savoir aucun signe ostensible d'une quelconque religion dans le domaine public.
La religion restant une affaire privée et relevant du domaine personnel et intime de la personne.

Commentaire de Frannot |

... c'est "très beau" tout ça, sauf que l'on est en France, et que nul ne peut / ne doit oublier, nier, détruire les racines chrétiennes de notre civilisation européenne

Commentaire de Victor de Cessole |

Le juge des libertés est le Tribunal de Grande Instance. Le TA et ici particulièrement en l'espèce c'est l'administration qui juge l'administration. Pas de quoi sacraliser.

Commentaire de dudu |

Bonjour à tous les adhérents . Je me suis inscrit au PRV UDI pour faire valoir l'esprit de liberté .Si vous lisez les sondages plus de 60 % de Français ne sont pas choqués par l'installation de crèches dans les lieux publics . Je ne suis pas croyant mais je fête noël avec la famille .Si l'on considère que l'urgence est d'interdire ou passer son temps à interdire alors restons socialistes .Serait t'il possible de s'intéresser à l'essentiel .Les chefs d'entreprises souffrent et quoiqu'on dise ce sont les seuls à remplir les caisses . Alors si une entreprise vous propose de faire une crèche sachez que derrière il y a des salariés qui par leurs impôts contribuerons à votre rémunération d'élu . merci

Ajouter un commentaire