Le président du Parti radical, M. Laurent HENART, a appelé samedi « à contenir la panique des ralliements »

Le, 6 février 2017

Parti Radical / Congrès : Le président du Parti radical, M. Laurent HENART, a appelé samedi « à contenir la panique des ralliements », sans citer M. Emmanuel MACRON, et a plaidé pour la traditionnelle alliance avec LR lors du 116ème congrès du parti à Issy-les-Moulineaux.

« Il faut garder la tête froide (…) il faut se méfier de la providence, surtout quand elle se fracasse sur le corps électoral », a lancé le maire de Nancy. Il a expliqué à la tribune que l'alliance du plus vieux parti de France avec LR n'était « pas périmée », car « les Français ont soif d'alternance ».« L'opinion peut se montrer encore bien volatile et bien changeante », a-t-il mis en garde.

Dans les diverses motions débattues samedi matin lors de ce congrès, celle présentée par l'ancien président du Parti radical Thierry CORNILLET pour un soutien à M. MACRON a recueilli moins d'un tiers des voix (149 sur 516).

C'est la motion du député UDI Bertrand PANCHER pour le maintien d'une alliance avec LR et « l'exigence d'un groupe parlementaire centriste à l'Assemblée nationale renforcé » qui a remporté la majorité des suffrages (330 voix sur 516). Le président du groupe UDI à l'Assemblée Philippe VIGIER a récemment indiqué que son parti, en négociation avec LR, était « proche » d'un accord sur les législatives qui permettrait aux centristes d'avoir 70 à 75 sièges au sein d'une future majorité.

Le Bulletin Quotidien

Parti Radical / Congrès : Le président du Parti radical, M. Laurent HENART, a appelé samedi « à contenir la panique des ralliements », sans citer M. Emmanuel MACRON, et a plaidé pour la traditionnelle alliance avec LR lors du 116ème congrès du parti à Issy-les-Moulineaux. « Il faut garder la tête froide (…) il faut se méfier de la providence, surtout quand elle se fracasse sur le corps électoral », a lancé le maire de Nancy. Il a expliqué à la tribune que l'alliance du plus vieux parti de France avec LR n'était « pas périmée », car « les Français ont soif d'alternance ». « L'opinion peut se montrer encore bien volatile et bien changeante », a-t-il mis en garde. Dans les diverses motions débattues samedi matin lors de ce congrès, celle présentée par l'ancien président du Parti radical Thierry CORNILLET pour un soutien à M. MACRON a recueilli moins d'un tiers des voix (149 sur 516). C'est la motion du député UDI Bertrand PANCHER pour le maintien d'une alliance avec LR et « l'exigence d'un groupe parlementaire centriste à l'Assemblée nationale renforcé » qui a remporté la majorité des suffrages (330 voix sur 516). Le président du groupe UDI à l'Assemblée Philippe VIGIER a récemment indiqué que son parti, en négociation avec LR, était « proche » d'un accord sur les législatives qui permettrait aux centristes d'avoir 70 à 75 sièges au sein d'une future majorité.
Parti Radical / Congrès : Le président du Parti radical, M. Laurent HENART, a appelé samedi « à contenir la panique des ralliements », sans citer M. Emmanuel MACRON, et a plaidé pour la traditionnelle alliance avec LR lors du 116ème congrès du parti à Issy-les-Moulineaux. « Il faut garder la tête froide (…) il faut se méfier de la providence, surtout quand elle se fracasse sur le corps électoral », a lancé le maire de Nancy. Il a expliqué à la tribune que l'alliance du plus vieux parti de France avec LR n'était « pas périmée », car « les Français ont soif d'alternance ». « L'opinion peut se montrer encore bien volatile et bien changeante », a-t-il mis en garde. Dans les diverses motions débattues samedi matin lors de ce congrès, celle présentée par l'ancien président du Parti radical Thierry CORNILLET pour un soutien à M. MACRON a recueilli moins d'un tiers des voix (149 sur 516). C'est la motion du député UDI Bertrand PANCHER pour le maintien d'une alliance avec LR et « l'exigence d'un groupe parlementaire centriste à l'Assemblée nationale renforcé » qui a remporté la majorité des suffrages (330 voix sur 516). Le président du groupe UDI à l'Assemblée Philippe VIGIER a récemment indiqué que son parti, en négociation avec LR, était « proche » d'un accord sur les législatives qui permettrait aux centristes d'avoir 70 à 75 sièges au sein d'une future majorité.

Revenir

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire